Motor Show Nagoya 2013

On a tous tout un tas de projets que l’on remet toujours a l’annee prochaine sans veritable raison autre qu’une bonne part de faineantise et de manque d’organisation ou/et de volonte. Cela fait des annees que je dis vouloir aller a un salon automobile, et chaque annee j’ai lamentablement rate ceux de Tokyo et Nagoya. Aujourd’hui, j’ai laisse femme et enfants a la maison, invite un pote et on a fait les beaufs au Motor Show Nagoya 2013. Jolies voitures, superbes filles au sourire ultrabright, que du bonheur !

   DSC_0048

DSC_0131

Cette Crown Athlete rose fluo me fait rever depuis son annonce il y a quelques mois. Le decalage entre le conducteur type de ce genre de voiture ( le nouveau riche, mais pas assez riche pour se payer une Lexus ) et cette couleur ( genre, ‘Ma voiture est rose ? Et alors ! ) est genial. Mes collegues et la plupart des hommes ne semblent pas etre de mon avis, c’est pourquoi il n’en sera fabrique que 500 modeles …

DSC_0271

DSC_0380Une des trois filles de Volkswagen. Vous parlez allemand aussi ?

DSC_0373Subaru …

DSC_0088La plus belle fille du salon roulait pour Porsche.

Vous m’excuserez pour le niveau aux ras des paquerettes. Il fait froid, un peu mal en point ces derniers temps, je tourne au ralenti. Remettre tout doucement la machine en marche.

Publicités

‘Shoot, shoot, le ryhtme suit sa route’

Pour feter la sortie de reparation de mon cher D40, j’ai traine un peu dans Nagoya. Le ciel bleu etait superbe. Il me fallait le prendre en photo en souvenir avant l’arrivee du prochain typhon.

DSC_0003

Le ciel m’a semble quadrille telle une carte par les trainees de condensation. Je me rappelle de la carte a l’echelle 1/1 d’Umberto Eco. Nous contemple-t-on de la-haut, genre, ‘La tour de Nagoya se trouve sur votre gauche, en H4‘ ?

DSC_0010

J’ai retrouve plus loin quelques nuages, enfermes a l’interieur du Nadya Park.

DSC_0039

Depuis la lecture de ‘Blame!‘, l’interieur des immeubles prend a mes yeux autant d’interet que leur facade. Les architectes sont des malades et c’est tres bien ainsi.

DSC_0044Le sol est archi-propre, pour faire l’economie des miroirs, sans doute.

DSC_0049

Yunoyama.

Yunoyama, dans la préfecture de Mie, se trouve à une petite heure en voiture de chez nous. Si la région est surtout connue pour ses nombreuses stations thermales, les fameux onsen, sa moyenne-montagne ( Gozaisho a 1.212m ) offre d’agréables escapades et un peu de fraîcheur salvatrice alors que l’été commence à se faire long.

DSC_0016DSC_0066

Après avoir été plusieurs fois à la mer avec sa foule, ses luttes pour trouver une place, son sable qui colle aux pieds et les yeux qui piquent, cela nous à fait du bien de nous (re)poser au bord de la rivière, a l’ombre des arbres, au calme.

DSC_0009

DSC_0090

‘Time for a change ! Not the thing in your pocket, real change !’

Un jour il faudra que je je songe sérieusement à m’occuper un peu de la présentation de ce blog. Tout d’abord je n’arrive pas à m’expliquer la présence de cette immonde photo de moi au bord de la mer à Irago (Aichi), mais qui aurait tout aussi bien pû être prise au bord de n’importe quelle mer du monde.

Les rubriques d’un autre temps nécessitent également une mise à jour : Depuis que nous sommes devenus trois puis quatres, plus moyen de s’offrir la moindre virée à deux. Je ne lis pratiquement plus de livres et ne fais du sport que de manière irréguliere … Avec l’impressionant nombre de photos prises pendant toutes ces années je pourrai faire un petit effort pour mettre à jour la gallerie flickr, mais cela implique que j’en effectue le classement !

Comme je prends beaucoup de plaisir à l’ecriture, le design est passé au second plan. Je me souviens de l’époque ou c’était l’inverse, ou je pouvais passer des nuits entières à travailler sur la création d’un site ou d’une gallerie photos. Cela me plaisait au point que je m’étais vaguement renseigné pour en faire mon métier, encouragé par deux-trois personnes qui connaissaient mon travail. Mais comme le marché était saturé j’ai fini au Japon (j’abrège).

J’ai aujourd’hui tout oublie du maniement de ces programmes compliqués. A bien y réfléchir, il me semble que le webdesign était surtout une excuse pour pouvoir rester des heures et des heures avec les écouteurs sur les oreilles à écouter en mode alléatoire des albums par dizaines.

Ce blog a plus de 10 ans, un petit lifting s’impose.

‘j’me dis que Grand Corps Malade a deja ecrit voyage en train … ‘ (1)

Les gens qui font autre chose que dormir, tripoter leur voisine ou leur smart-phone dans le train sont tellement rares qu’ils mériteraient, qu’ils mériteraient, qu’ils mériteraient d’être dans mon blog. Premier essai.

Le japonais d’une cinquaintaine d’années assis en face de moi sort cinq ou six exemplaires du Herald Tribune de son sac. Difficile de savoir s’il les a lus ni même s’il sait les lire, mais d’un geste d’habitué il se met avec grand bruit à en déchirer les pages unes a unes, les plie consciencieusement puis en fait des petits tas qu’il fourre ensuite dans le sac. Pendant cinq minutes il reste ensuite assis pensif, comme pour me laisser le temps d’émettre quelques hypothèses sur le sens de tout ce remue-ménage.

Apparaît une énorme feuille où l’on distingue des copies en vrac d’articles de journaux de toutes tailles. Afin sans doute de tout faire tenir sur une page, les articles sont en vrac, imprimés dans tous les sens sans le moindre interstice. J’imagine l’homme en train de tourner la feuille sur sa droite, sur sa gauche au fur et à mesure de sa lecture. J’entends d’ici sa femme qui râle après lui à cause du désordre sur sa table de travail quand il découpe ses articles.

Qui est cet homme ? Quel peut bien être son metier ? Cela semble n’intriguer que moi. Il descend deux stations avant la mienne en laissant mes questions sans reponses. Si je le revois, je me promets de lui adresser la parole. C’est ce que j’appelle communiquer.

Onoura 2013.

DSCF0946

Situee a un peu moins d’une heure de route au sud de la presqu’ile de Chita, la plage d’Onoura est devenue un classique, un peu comme le midi pour nos amis belges -que je salue au passage.  Ce n’est pas le paradis non plus, mais on ne peut pas non plus s’offrir Honolulu ou Guam chaque annee.

DSCF0936

C’est la troisieme annee de suite que nous nous y rendons, et chaque annee notre equipement est de plus en plus complet. Cette anne, comme la famille s’est agrandie nous avons fait l’acquisition d’une sorte de tente de 4 metres carres afin que chacun ait son coin d’ombre, et d’une rudimentaire chaise longue afin de papa puisse faire sa sieste sous la-dite tente.

DSCF0956

Comme il fallait s’y attendre, pas moyen de fermer l’oeil ne serait-ce que deux minutes. Faire des chateaux de sable, courir sur la plage, jouer au ballon, s’eclabousser dans la mer, plonger dans les vagues etc. La mer, c’est partout pareil, c’est universel … Pendant ce temps c’est Louis qui roupille tranquillement sur la (ma) chaise longue, et ce n’est qu’apres avoir bu la moitie de la mer en tombant de sa boue que Leo m’accorde un peu de repos.

J’avais pourtant mis de la creme solaire mais rien n’y fait. Il doit y avoir un micro-trou dans la couche d’ozone juste au-dessus de cette plage puisqu’a chaque fois je rentre d’Onoura dans le meme etat, rouge comme une ecrevisse. Meme le petit vent frais qui souffle par la fenetre alors que j’ecris ces lignes me fait grimper aux rideaux …

Vague à (double) l’âme.

Parfois, ça ne va pas, ou pas trop. Le climat peut-être, ou bien le travail, la fatigue qui s’accumule. La faute aux gens alentours, aux collègues ou aux supérieurs. Le fait d’avoir sans cesse à me justifier ( ‘pourquoi vous êtes ici ?’ ) et faire face aux jugements hâtifs ( ‘vous etes americain ?’ ).

La pire chose à faire dans ce cas-là, c’est de demander conseil : Parlez-en aux japonais, ils vous diront que la meilleure chose à faire c’est de rentrer au pays pour de bon ( ‘je ne comprends pas ce que tu fais ici‘ ). Parlez-en a vos amis, a vos proches restés au pays, ils vous diront … la même chose ( ‘je ne comprends pas ce que tu fais la-bas !‘)