‘Je ne trouve pas l’équilibre’ @ Umi-terasu 14 (Yokkaichi,Mie pref.)

yokka - 2yokka - 1yokka - 4yokka - 3yokka - 5yokka - 6

Le port de Yokkaichi fête cette année ses 100 ans ! … mais pour être franc ce n’est pas du tout ce qui nous a amené à rendre visite au ‘Yokkaichi Port Building‘, aussi surnommé ‘Umiterasu 14′.

Alors que nous nous baladons en voiture aux alentours du port de Yokkaichi, le grand bâtiment de 100m de haut m’est en fait familier. Il se détache clairement du paysage au loin quand je traîne sur le Sky Deck, le point d’observation de l’aéroport international de Nagoya, et apparait régulièrement sur mes photos d’aviation puisqu’il se trouve juste dans l’angle au moment de l’atterrissage des appareils lorsque le vent vient du sud.

L’endroit est en fait surtout connu pour les photos que l’on peut y prendre des conglomérats pétrochimiques. Nous montons au 14ème étage, la vue panoramique est en effet surprenante. Je me jette sur les jumelles géantes et les braque sur l’aéroport (sud-est). Il aurait été amusant de donner rendez-vous sur le Sky Deck à une connaissance qui me ferait signe de la main au même moment. On peut également apercevoir les grattes-ciel de Nagoya (nord-est). Je ne m’étais jamais rendu compte à quel point les bateaux étaient nombreux. A côté (plein sud) on trouve les fameux combinats. Cette multitude de tours, de citernes, de tubes en tout genres a quelque chose de fascinant. De la fumée se dégage des tours, les usines doivent donc être en fonctionnement, mais pas la moindre trace de présence humaine dans ce complexe. Je pars dans mes délires, explique aux enfants qu’il s’agit sans doute d’une base extra-terrestre occupée par des robots, en référence à la B.D. ‘les cosmonautes du futur‘, qu’ils connaissent bien pour l’avoir découverte dans ma collection lors de notre retour au pays l’année dernière.

Au fur et à mesure que la nuit tombe les photographes prennent leur place près de la baie vitrée. Trépieds, minuteurs, tissus anti-reflets … Ils campent là avec tout leur matos et plus personne n’y voit plus rien. Je m’approche un peu quand même, après tout j’ai payé 300 Yens pour monter jusqu’ici moi aussi. ‘Euh … c’est ma place !’ ‘Euh … ben non ?!’ N’insistons pas …

Entre-temps des astronomes amateurs ont investi la partie sud-est de l’étage avec des machines de tailles diverses et invitent les visiteurs à y jeter un oeil. On aperçoit clairement Jupiter ou encore les anneaux de Saturne. Les cratères sur la lune sont gigantesques ! On s’exclame, on s’émerveille, l’ambiance est bonne enfant, ça discute, ça explique. Je m’amuse du contraste avec les énergumènes de toute à l’heure. Est-ce là la différence entre ceux qui lèvent les yeux au ciel et ceux qui les baissent au sol ?

A huit heures pile débute le feu d’artifice de Nagashima (nord-est ) Comme j’ai de mauvais yeux je n’y vois pas grand chose, je profite d’avoir champ libre pour contempler la vue puis prendre quelques photos des combinats. Comme nous sommes venus à l’improviste je ne suis pas équipé pour. Toutes les 5 minutes un avion passe en clignotant à environ 500 mètres de la tour, avec Léo nous ne pouvons nous empêcher de deviner sa provenance et de quel appareil il s’agit. Regarder en haut, en bas ou vers l’horizon ? ‘Je ne trouve pas l’équilibre’.

Publicités

‘Hep, taxi !’

meieki0705 - 1

meieki0705 - 7

meieki0705 - 2

meieki0705 - 4

meieki0705 - 3

meieki0705 - 5

meieki0705 - 6

meieki0705 - 9

meieki0705 - 10

Est-ce encore aujourd’hui ainsi que l’on hèle les taxis ? Partout dans le monde, lever le bras à leur approche suffit-il à les faire s’arrêter, tel un signe universel ?

J’avais l’intention de prendre quelques photos d’immeubles aux alentours de la gare de Nagoya, mais le temps grisâtre ne m’inspire pas. Au fur et à mesure que je me balade, je me rends compte qu’ils sont partout ! Cachés derrière les panneaux ou les arbres, volants au dessus des masses ou bien tout là-bas sous nos pieds. Noirs, bleus, blancs ou verts. Les derniers modèles friment avec leurs portes coulissantes. Dissipés, ignorant le code de la route. Ou encore bien élevés, attendant sagement en rangs.

Je prends le taxi deux ou trois fois par mois dans le cadre du travail, quand nos horaires sont avant ou après ceux des transports en commun. Les taxis sont confortables et toujours cinq minutes en avance sur l’horaire prévu, le service est bien entendu impeccable. Comme c’est toujours moi qui conduit pendant de longues heures lors de nos promenades en famille, me faire trimballer de la sorte est plutôt agréable.

Le seul point qui m’intrigue est le silence qui règne a l’intérieur du véhicule. Par chance, les chauffeurs sont peu bavards, ce qui m’épargne d’avoir à répondre poliment aux ‘vous parlez bien japonais’ et autres ‘vous venez d’où ?’ qui ne mènent nulle part. Mais la radio est toujours éteinte. Le chauffeur allumerait-il la radio pour moi si je le lui demandai ? Ou bien me mettrait-t-il un peu d’enka enregistré par ses soins sur une cassette au son déformé a force de l’écouter en boucle ? A sa place je serai incapable de tenir dix minutes sans m’assoupir, surtout autour de minuit. N’est-il pas fatigué ?

Je profite du silence pour rêvasser un peu. Sur ma gauche la mer est noire comme l’encre. Tout au loin,  de l’autre cote de la rive de la baie d’Ise, à Yokkaichi, les tours des combinat pétrochimiques crachent d’impressionnantes flammes. M’en serais-je rendu compte si j’avais été distrait par la musique ?