Posts Tagged ‘train’

h1

‘Fallait pas m’quitter, tu vois. Il est beau le résultat’

septembre 1, 2013

Admis !

Quel soulagement de ne plus avoir à trimballer mes lourds manuels ni à subir au quotidien la pression des examens ! J’ai beaucoup appris sur moi-même et surtout gagné en efficacité puisque l’on n’étudie pas de la même manière lorsque l’on est étudiant et lorsque l’on est père de deux enfants et travailleur à plein temps. Avec ces nouveaux ‘acquis’ je me prends à rêvasser à propos du prochain examen à passer, pour le plaisir cette fois.

Après deux mois passés à utiliser le moindre intervalle de 5 minutes pour étudier, la demie-heure de train pour me rendre au travail me semble interminable maintenant que je n’ai aucun objectif concret.

Au travail, cet examen n’est qu’une simple étape, et le commencement d’un paquet d’ennuis …

Publicités
h1

‘j’me dis que Grand Corps Malade a deja ecrit voyage en train … ‘ (1)

août 2, 2013

Les gens qui font autre chose que dormir, tripoter leur voisine ou leur smart-phone dans le train sont tellement rares qu’ils mériteraient, qu’ils mériteraient, qu’ils mériteraient d’être dans mon blog. Premier essai.

Le japonais d’une cinquaintaine d’années assis en face de moi sort cinq ou six exemplaires du Herald Tribune de son sac. Difficile de savoir s’il les a lus ni même s’il sait les lire, mais d’un geste d’habitué il se met avec grand bruit à en déchirer les pages unes a unes, les plie consciencieusement puis en fait des petits tas qu’il fourre ensuite dans le sac. Pendant cinq minutes il reste ensuite assis pensif, comme pour me laisser le temps d’émettre quelques hypothèses sur le sens de tout ce remue-ménage.

Apparaît une énorme feuille où l’on distingue des copies en vrac d’articles de journaux de toutes tailles. Afin sans doute de tout faire tenir sur une page, les articles sont en vrac, imprimés dans tous les sens sans le moindre interstice. J’imagine l’homme en train de tourner la feuille sur sa droite, sur sa gauche au fur et à mesure de sa lecture. J’entends d’ici sa femme qui râle après lui à cause du désordre sur sa table de travail quand il découpe ses articles.

Qui est cet homme ? Quel peut bien être son metier ? Cela semble n’intriguer que moi. Il descend deux stations avant la mienne en laissant mes questions sans reponses. Si je le revois, je me promets de lui adresser la parole. C’est ce que j’appelle communiquer.