Kakegawa Kachoen (Kakegawa, Shizuoka pref.)

kakegawa0630blog - 4

kakegawa0630blog - 6

kakegawa0630blog - 1

kakegawa0630blog - 5

kakegawa0630blog - 2

kakegawa0630blog - 3

Nous venons régulièrement au parc aux oiseaux et aux fleurs de Kakegawa. Que ce soit en hiver ou en été la température y est la même et l’humidité à l’intérieur est moindre par rapport à celle au dehors en cette saison. De toute manière il pleut depuis trois jours, mais nous enfermer dans l’une des gigantesques Aeon Mall du coin est hors de question – et le gaspillage d’énergie et d’argent qu’il implique m’est complètement incompréhensible.

Ce parc d’amusement compte une variété importante de plantes diverses (les nénuphars géants de la première photo !), mais surtout d’oiseaux allant du canari au flamant rose, présentés en diverses sections en intérieur ou extérieur. La liberté dont bénéficient les volatiles et le fait que l’on puisse nourrir de ses propres mains une majeure partie de ceux-ci font la particularité du lieu. Il suffit d’acheter des graines ou des bouts de pommes pour 100 yens pour bien vite se faire de nouveaux amis. Si l’ambiance est bon-enfant, les enfants en bas âge sont parfois surpris et se mettent à pleurer. A les voir béats de la sorte, je me dis que certains adultes semblent trouver dans cette pratique un certain réconfort, un ordre d’idée proche des neko-café (café aux chats) qui ouvrent leurs portes un peu partout. 

Pour ma part je pourrai rester des heures durant à regarder Futaba, le hashibiroko (Bec-en-sabot du Nil), nommé ainsi à cause de son bec qui est aussi gros voire plus gros que sa tête. Cette tête énorme, ces proportions étranges, cette crête toujours en pagaille ! Cet oiseau est surtout connu pour sa capacité à rester immobile pendant plusieurs minutes. Il fixe ainsi le vide comme perdu dans ses pensées, puis tourne lentement la tête et vous fixe du regard, l’air presque mauvais. Maladroit, il fait tomber le poisson que le personnel tente de lui faire ingurgiter. De nombreux visiteurs se moquent de lui, mais étant moi-même maladroit et loin d’être beau-gosse, je trouve l’animal plutôt attendrissant !