Étiquette : run

Fuji Marathon Festa 2017 in Fuji Speedway [3]

スクリーンショット 2018-01-23 14.39.23

[épisode précédent] 5 minutes avant le départ. Les enragés sont au premier rang et ne tiennent pas en place, sautillant sur place, presque la bave aux lèvres. Je décide de me placer au centre du petit millier de coureurs afin de ne pas partir trop vite, emporté par les coureurs trop rapides, sans pour autant être attardé par ceux qui sont venus faire leur jogging. A regarder les ’T-shirt souvenir’ autour de moi, il semble y avoir dans le coin un engouement certains pour le trail (Takayama, UTMF…) et les courses longues distances (Tsukuba100…). Le type devant moi semble avoir couru le semi de Kisogawa le week-end dernier. Pour ma part j’arbore le maillot de ma boîte, un peu triste de devoir courir seul …

Mon objectif est de finir autour d’1h55, temps plutôt moyen j’en conviens, mais après deux marathons j’ai perdu toute notion de vitesse. Le départ, sur la ligne de départ du circuit, est plutôt silencieux, nous sommes bien loin des acclamations de la foule du marathon de Nara. Je sautille gaiement plus que je ne cours, en saluant des inconnus dans les gradins, ivre de joie.

Je pars lentement, à mon rythme, un tour d’échauffement presque. Le vent souffle fort, le Mont Fuji est complètement caché par d’épais nuages. La montée en fin de circuit est plus raide que je ne le pensais. Dans l’interminable ligne droite des stands, on ne peut s’empêcher d’accélérer l’allure.

Le temps de rêvasser à propos de la vitesse que peuvent atteindre les voitures de course sur ce circuit, de râler à propos du fait qu’il n’y ait pas la moindre nourriture à disposition au ravitaillement et de venir à bout de la montée pour la deuxième fois, qu’un quart du parcours est déjà parcouru. Je me rends compte que je suis parti beaucoup trop lentement ! Sur une course de 5 heures mon retard est facilement rattrapable, mais il ne reste ’plus’ qu’une petite quinzaine de kilomètres. J’accélère dans la ligne droite des stands, fonce dans la descente, cours plusieurs kilomètres aux alentours des 5mn/km en serrant les dents – ce qui ne m’empêche pas d’être cloué sur place par le premier de la course qui vient de me prendre un tour.

Dernier tour : Vent de face, légère pluie. Je tiens le rythme, mais mon accélération me scie les jambes dans la dernière montée, mettant en évidence mon manque flagrant d’entraînement ! Je pique un dernier sprint dans la ligne droite, la langue pendante. 1h58. Mon temps est curieusement médiocre par rapport à mon état avancé d’épuisement. L’aire d’arrivée est pratiquement déserte, personne n’a daigné m’attendre ?! Je retrouve tout le monde en train de se réchauffer autour d’énormes marmites de ‘butajiru’, soupe à base de porc et de légumes, que je déguste à mon tour.

DSCF6611

 

Publicités

‘Pourquoi je cours, autant me demander pourquoi je respire …’ (1)

3.5km pour s’échauffer, puis faire quatre fois le tour du Fuji Speedway à fond.

Non, je ne suis pas devenu pilote de course. Il ne s’agit pas non plus d’une tentative visant à envoyer ma voiture à la casse ’façon Nürburgring’. Je me suis juste inscrit au ’Fuji Marathon Festa in Fuji Speedway’. Il me faudra donc en novembre prochain courir un semi-marathon sur le mythique Fuji Speedway en contemplant le Mont Fuji tout proche.

header_banner

Je cours à peu près sérieusement depuis maintenant un peu moins de trois ans. Ce sera ma quatrième course au Japon, après un semi-marathon en 2015 et deux marathons accomplis l’année dernière, dont le marathon de Nara, réputé pour être assez difficile.

Plutôt que de me soucier du chrono, je pense surtout apprécier le concept de la course et le fait de pouvoir courir là où des bolides font du 300km/h. Il va falloir que je m’achète une GoPro pour faire ’caméra embarquée’, les bruits de moteurs seront exclusivement faits à la bouche !