‘Ame ni mo makez’ – saison des pluies

ooinatoko - 1ooinatoko - 2ooinatoko - 3ooinatoko - 4ooinatoko - 5ooinatoko - 6ooinatoko - 7ooinatoko - 8

C’est la saison des pluies. J’ai le sentiment de me répéter chaque année, mais c’est la saison que je déteste le plus. Les années ont beau passer, mon corps ne semble jamais pouvoir s’habituer à cette étouffante humidité, pendant un mois pars au travail équipé contre les soudaines pluies torrentielles comme si j’allais en excursion à la montagne.

Après trois longs mois bloqué dans un périmètres de 5km autour de la maison, les balades sont enfin possibles, bien que par précaution nous évitons les espaces fermés. Si l’on contemple les cerisiers en fleurs au printemps, les momiji en automne, ce sont les nombreuses variétés de chrysanthèmes en fleurs qui serviront de prétexte pour sortir malgré la pluie à l’espace vert d’Odaka, ou faire comme l’année dernière le tour du temple Otsuka Shokai à Inazawa.

Les enfants réclament depuis quelques temps des médakas. Les médakas sont des petits poissons de 2 à 4 cm de longs que l’on trouve généralement dans les rizières, mais que l’on peut évidemment tenir comme animal de compagnie. Il y a quelques mois j’adulais les somptueuses videos d’aquariums et de biotopes sous fond de musique classique de Foo the Flowerhorn et pensais un jour faire la même chose, mais me connaissant j’aurai tout abandonné au bout d’un mois. Un petit bassin extérieur demandera moins de travail et donnera un petit air rafraîchissant au jardin. Nous partons ainsi pour Tokoname, ville célèbre pour ses poteries afin de trouver un récipient adéquat. Encore un loisir de plus !

‘I didn’t wanna self destruct…’ @ Nagoya Minato-ku

ngobis - 1ngobis - 2ngobis - 3ngobis - 4ngobis - 5ngobis - 6

Le choc ressenti lorsque je suis retourné à Paris après plusieurs années au Japon en empruntant le RER B partant de l’aéroport Charles de Gaulle. Au fur et à mesure que l’on s’approche du centre de la capitale les graffitis sont de plus en plus nombreux et agressifs, plus le moindre espace vide. Je me souviens m’être demandé comment Michel Butor (※) aurait 50 ans plus tard décrit cette vue dans une version moderne de ‘la modification‘ que je venais de lire à l’époque, et quelle est la première impression qu’elle procure aux touristes, et particulièrement aux japonais alors que l’art du graffiti est quasiment inexistant au Japon, ou du moins à Nagoya.

Les personnages que l’on trouve parfois dessinés sur les pans de murs sont trop maladroits et mignons pour être considérés comme étant des graffiti. J’ai même du mal à imaginer qu’ils aient pu être dessinés par un adulte ou même un adolescent.

Les photos ci-dessus ont été prises dans Minato-ku, au même endroit que cette série-ci. J’aime le côté étroit et bordélique mais malgré tout propret de ce quartier où destruction est synonyme de renouvellement. Une simple modification, en somme.

 

 

(※) En bas de page de ce lien on pourra lire en ligne les 20 premières pages de ‘la modification’. Je n’aime d’habitude pas particulièrement les longues phrases descriptives, mais ici, la précision, le détail, le réalisme des descriptions donnent le sentiment d’être au centre du roman, dans ce wagon quittant Paris. J’en feuillette régulièrement quelques pages au hasard pour me souvenir à quel point écrire peut être beau quand on s’y applique.

‘Murakami would have told you so …’ @ Nagoya Minato-ku

ngodim - 1ngodim - 2ngodim - 3ngodim - 4ngodim - 6ngodim - 5

Avec la reprise progressive des activités extra-scolaires des enfants, j’ai désormais une heure à tuer à droite à gauche. Je me balade dans Minami-ku à Nagoya, près de la gare d’Oe. Dans le quartier chaque bloc de maison a son usine bruyante tournant à plein régime, en semaine cela sent la graisse et l’huile à plein nez. En ce dimanche tranquille et ensoleillé je décide de suivre la mystérieuse ligne de chemin de fer Nagoya Rinkai. Comme celle-ci n’apparait sur aucune carte je suppose qu’elle sert à transporter des cargaisons, mais je crois ne jamais avoir vu y circuler quoique ce soit et suis bien incapable de dire si elle est encore utilisée ou non. La voie surélevée en longue ligne droite traverse le sud de la ville d’est en ouest de sorte qu’on passe forcément en dessous lorsque l’on se dirige vers le centre de Nagoya, mais personne ne semble en savoir davantage.

J’ai ‘Yeah Ghost‘, quatrième album du groupe Zero 7 dans les oreilles. Mettre des écouteurs me permet d’être dans ma bulle, mais aussi d’éviter que l’on m’adresse trop facilement la parole. En écoutant récemment la compilation Nova Tunes 1.4 je suis retombé sur leur agréable ‘Throw it all away‘. En passant en revue leur discographie je me suis rendu compte que je n’en connaissais vraiment que ‘The Garden‘, certainement leur album le plus connu. ‘Yeah Ghost‘ est l’album suivant et le dernier en date.

En dehors de la douzaine d’arbres et des trois bancs en plastique qui sont disposés dans les petits squares aménagés par-ci par-là, fleurs et plantes poussent où elles le peuvent. De jolies fleurs violettes côtoient cannes à pêche et vélos démembrés, au coin d’une rue des arbres gigantesques cachent une maison. Difficile de savoir si cette apparente négligence est volontaire ou non. Même les chats restent sagement sur le pas de la porte.

L’album se termine sans qu’aucun morceau en particulier n’attire mon attention. Il y a bien quelques mixtures interessantes à base d’électro dans le dernier tiers mais je ne me souviens de rien hormis ce soudain ‘Murakami would have told you so‘ au quatrième titre ‘Everything Up (Zizou)’. Peut être que ce n’était tout simplement pas l’endroit ni le moment pour apprécier cet album à sa juste valeur. ‘Yeah Ghost‘ … A réécouter lors d’une balade en voiture en soirée toutes fenêtres ouvertes, ou en marchant sereinement au retour du travail.

‘Fuyu yo, boku ni koi’ – Kakuozan, Chikusa-ku, Nagoya

kakuozan - 1 (3)kakuozan - 2 (3)kakuozan - 3 (3)kakuozan - 4 (3)kakuozan - 5 (3)kakuozan - 6 (3)

Il fait froid, enfin ! Que l’hiver soit clément cette année ne me réjouit guère. Non seulement le manque de neige nous empêche d’aller au ski, mais bien que j’aie horreur du froid l’hiver me semble être un mal nécessaire afin d’apprécier pleinement le printemps.

Je pars de la gare de Kakuôzan, située dans Chikusa-ku. Cela doit faire une dizaine d’années que je n’ai pas mis les pieds dans le coin et suis bien incapable de dire si le quartier à changé ou non. Il parait que l’on y trouve de nombreuses petites boutiques dites zakkaya et des petits cafés sympas, mais j’ai plutôt envie de marcher et de profiter du froid. Les rues sont désertes. Je me dirige tout d’abord vers le temple Nittai-ji (日泰寺), puis me balade complètement au hasard.

Dés que l’on s’écarte un peu des voies principales, c’est le silence le plus complet. Où sont donc passés tous les habitants de cette ville ? Le calme me fait hésiter à franchir les portails des temples Sôô-ji (相応寺) et Zentoku-ji (善篤寺) que je croise sur mon chemin. Je visite les lieux en prenant soin d’éviter de marcher sur les graviers qui parsèment ce genre d’endroits afin de ne pas faire de bruit inutile, mais le déclencheur de ma caméra à chaque photo fait un vacarme épouvantable

Je marche, perdu dans mes pensées et plus épuisé que nécessaire. Un bruit sourd et familier me ramène à la réalité. Je cherche au sommet de la colline une vue dégagée à partir de laquelle prendre en photo les avions en phase d’approche de la piste d’atterrissage de l’aéroport de Komaki (NKM), mais le moindre mètre-carré de terre est couvert d’habitations gâchant la vue, et la moindre parcelle de ciel quadrillée par les câbles électriques.

Terminal 2

t2 - 7

t2 - 6

t2 - 3

t2 - 2

t2 - 5

t2 - 8

Le 20 septembre dernier ouvrait le Terminal 2 de l’aéroport international de Nagoya. Celui-ci est constitué de deux étages, ( arrivées au rez-de-chaussée, départs au premier ) 45.000 mètres carrés pouvant accueillir 4.5 millions de passagers par an. Désormais les vols domestiques et internationaux des 5 compagnies low-cost AirAsia Japan, Jetstar Japan, Air Busan, Jeju Air et T’way seront desservis ici.

Je suis toujours sidéré par la rapidité avec laquelle les bâtiments sont construits au Japon. Les travaux n’ont débuté qu’au mois de mai 2018 et il y a deux mois encore tout le monde se demandait s’il allait ouvrir à temps. Afin de diminuer au maximum les coûts le terminal a l’apparence d’un hangar allongé, les tuyaux d’aération et autres tubes en tout genres ne sont même pas cachés mais je ne doute pas qu’en terme d’efficacité nous n’ayons pas a rougir devant nos prédécesseurs que sont le Terminal 3 de l’Aéroport de Tokyo (Narita – NRT) ou l’extension du Terminal 2 de l’Aéroport International de Kansai (Osaka – KIX), également destinés aux compagnies low-cost.

Pour pouvoir faire la comparaison il me faudrait effectuer les vols entre ces différents aéroports. Il me plairait d’ailleurs de faire la tournée des 98 aéroports que compte le Japon. Comme je ne suis pas certain que Keiko approuve ces dépenses, je pourrai toujours dire qu’il s’agit d’importantes recherches en rapport avec mon travail. Ou alors attendre la retraite pour parcourir le pays à deux – dans un avion piloté par Léo ou Louis, qui sait ?

tumblr_ae45521055f951917baa5ab2410050bd_2b7d8489_540

Le studio photo ANTI.LAB propose ici des portraits pour certains assez intéressants de Reina Nagata pris dans le nouveau terminal. Il m’arrive souvent en conduisant d’écouter l’émission qu’elle anime sur Zip-fm, l’une des principales radios locales. J’écoute beaucoup plus la radio que je ne regarde la télé. Il m’arrive fréquemment d’apprécier une voix, comme celle de l’actrice Riho Yoshioka dernièrement, alors que les films ou dorama dans lesquels elle apparait n’ont pour moi aucun intérêt. Quoiqu’il en soit, cela fait toujours bizarre de mettre une tête sur une voix. Si j’aime beaucoup parler, j’ai horreur de la mienne. Passer des annonces à l’aéroport a longtemps m’a longtemps été pénible.

 

‘Hep, taxi !’

meieki0705 - 1

meieki0705 - 7

meieki0705 - 2

meieki0705 - 4

meieki0705 - 3

meieki0705 - 5

meieki0705 - 6

meieki0705 - 9

meieki0705 - 10

Est-ce encore aujourd’hui ainsi que l’on hèle les taxis ? Partout dans le monde, lever le bras à leur approche suffit-il à les faire s’arrêter, tel un signe universel ?

J’avais l’intention de prendre quelques photos d’immeubles aux alentours de la gare de Nagoya, mais le temps grisâtre ne m’inspire pas. Au fur et à mesure que je me balade, je me rends compte qu’ils sont partout ! Cachés derrière les panneaux ou les arbres, volants au dessus des masses ou bien tout là-bas sous nos pieds. Noirs, bleus, blancs ou verts. Les derniers modèles friment avec leurs portes coulissantes. Dissipés, ignorant le code de la route. Ou encore bien élevés, attendant sagement en rangs.

Je prends le taxi deux ou trois fois par mois dans le cadre du travail, quand nos horaires sont avant ou après ceux des transports en commun. Les taxis sont confortables et toujours cinq minutes en avance sur l’horaire prévu, le service est bien entendu impeccable. Comme c’est toujours moi qui conduit pendant de longues heures lors de nos promenades en famille, me faire trimballer de la sorte est plutôt agréable.

Le seul point qui m’intrigue est le silence qui règne a l’intérieur du véhicule. Par chance, les chauffeurs sont peu bavards, ce qui m’épargne d’avoir à répondre poliment aux ‘vous parlez bien japonais’ et autres ‘vous venez d’où ?’ qui ne mènent nulle part. Mais la radio est toujours éteinte. Le chauffeur allumerait-il la radio pour moi si je le lui demandai ? Ou bien me mettrait-t-il un peu d’enka enregistré par ses soins sur une cassette au son déformé a force de l’écouter en boucle ? A sa place je serai incapable de tenir dix minutes sans m’assoupir, surtout autour de minuit. N’est-il pas fatigué ?

Je profite du silence pour rêvasser un peu. Sur ma gauche la mer est noire comme l’encre. Tout au loin,  de l’autre cote de la rive de la baie d’Ise, à Yokkaichi, les tours des combinat pétrochimiques crachent d’impressionnantes flammes. M’en serais-je rendu compte si j’avais été distrait par la musique ?

‘It’s good to see green’ (Nagoya,Naka-ku,Iseyama)

ngo0514 - 1

崇覚寺

ngo0514 - 3

ngo0514 - 4

ngo0514 - 6

ngo0514 - 5

Où que j’aille, je m’y rends toujours trop tôt, et me retrouve donc toujours avec du temps devant moi. Au lieu de prendre le métro, j’ai ainsi probablement parcouru à pied une bonne cinquantaine de fois les deux ou trois kilomètres séparant la gare de Kanayama au centre-ville de Sakae. Généralement je longe Otsu-dori deux ou trois ruelles sur sa droite, comme lors de cette précédente promenade. 

Sans trop réfléchir, je suis cette fois sorti de la gare de Kanayama pour me diriger sur la partie gauche de l’avenue. Je tombe au bout de 100 mètres sur une curieuse façade [1] plutôt agressive pour ce quartier résidentiel. Le bâtiment est maintenant vide, il s’y trouvait auparavant un garage à motos. Un peu plus au nord je trouve sur ma gauche un minuscule passage qui passerait presque inaperçu. Je passe le portail, le passage fait une petite centaine de mètres de longueur, avec un petit temple en son centre. Le temple Sogaku-ji regorge d’une verdure que rien ne laisserait supposer de l’extérieur. Il n’y a pas un bruit, même pas le moindre oiseau. [2][3]

Je découvre un peu plus au nord un autre passage beaucoup plus ouvert et fréquenté qui mène a un temple nommé Eikoku-ji [4]. Celui-ci abrite en son sein un jardin d’enfant, les cris et pleurs des enfants contrastent avec le calme de tout à l’heure. Un discret écriteau indique l’existence d’un musée (dédié, je l’apprendrais plus tard aux catholiques romains au Japon aux xvie et xviii siècles) mais impossible de savoir s’il est ouvert ou non.

Vu de loin, l’arbre qui dépasse de la maison sur la dernière photo semble avoir été planté dans la terrasse à l’étage, mais en contournant l’escalier on s’aperçoit que l’arbre longe en fait la paroi de la maison et fait bien 5 ou 6 mètres de haut. Il y a encore quelque temps l’arbre était bien plus touffu, comme on peut le voir sur la Street View ci-dessous. Toute cette verdure me fait passer le reste de la matinée à réfléchir à propos de ce bon vieux cliché du Japon communiant ruralité et nature.

スクリーンショット 2019-05-13 21.47.01

‘It’s so peaceful and quiet’ – Hanami 2019 @ Tsuruma Koen

Avril déjà. Cette année aussi, c’est déjà la saison des cerisiers en fleurs. L’hiver a été plutôt doux, je suis un peu déçu de ne pas avoir pu profiter pleinement de la montagne. Tout le monde semblait s’accorder à dire que cette année les cerisiers fleuriraient plus tôt que d’habitude, mais une soudaine vague de froid a fait durer le plaisir.

Tsuruma Koen est un grand et agréable parc connu pour ses cerisiers. Nous y avions fait un hanami, déguisés, il y a deux ans avec des collègues et étions même passés à la télé. J’ai eu bien de la peine à me remémorer celui de l’année dernière, jusqu’à ce que je me souvienne que nous étions alors de retour en France. Je suis retourné à Tsurumai Koen, en famille cette fois. Les fleurs de cerisiers étaient en pleine éclosion. La télé était au rendez-vous, mais impossible d’y retrouver d’éventuels collègues tant le parc entier grouillait de monde. Les gens mangent, boivent ou roupillent, jouent de la guitare, bavardent, les enfants jouent au ballon. Il y a beaucoup d’étrangers, des touristes bien sûr mais certains d’entre-eux semblent habiter à Nagoya, j’entends même parler français. 

Plus que la beauté des cerisiers, j’apprécie surtout le sentiment de paix et de liberté totale qui règne pendant cette période. A défaut de savoir expliquer cela avec des mots, je me fais bref et vous laisse avec quelques photos. 

hanami2019blog - 5

hanami2019blog - 2

hanami2019blog - 3

hanami2019blog - 1

hanami2019blog - 4hanami2019blog - 6

‘Un jour j’habiterai dans une maison en Lego’

DSC_0755

DSC_0721

DSC_0731

DSC_0766

DSC_0767

J’ai toujours aimé jouer aux Lego, et me sers maintenant des enfants comme prétexte pour pouvoir encore aujourd’hui m’amuser avec. Les thèmes de construction récurrents sont bien sûr les avions, mais aussi toutes sortes de bâtiments.

Je n’ai jamais su construire autre chose que des bâtiments parfaitement symétriques. Deux tours ne peuvent être que d’une hauteur égale. Le balcon d’une maison doit impérativement faire soit la totalité de la longueur de la façade, soit, s’il est coupé en deux, être de longueur égale. Je n’ai jamais compris les enfants – ou les adultes d’ailleurs – qui arrivent à construire un bâtiment sans plan en tête, selon le hasard des briques qui leurs tombent sous la main, en mélangeant parfois même les couleurs.

Les milliers d’immeubles plus ou moins élevés que l’on trouve à travers toute la ville de Nagoya, et dont les 5 photos ci-dessus, prises entre les gares de Kanayama et Kamimaezu ne sont qu’un minuscule exemple, éxercent sur moi une très forte fascination. N’est-ce pas parfait ? On pourrait prendre un étage de chacun de ces immeuble et le répéter tel-quel à l’infini … Les oeuvres d’architectes flemmards, sans doute.

Nagoya Castle & Hommaru Palace (Aichi)

Le ciel bleu est superbe et uniforme. Le violent typhon passé, je me sens obligé d’en profiter pour sortir faire mon touriste. Je décide de me rendre là où tout touriste se rend en premier : au château de Nagoya, où je n’ai pas mis les pieds depuis plusieurs années, du moins pas depuis la renovation du Hommaru Palace.

DSC_0815DSC_0837DSC_0821DSC_0830DSC_0823

Le beau temps aidant, les touristes sont nombreux, bien plus nombreux que lors de mes balades précédentes. Les deux ‘Kin-Shachi’ (金鯱 ) – animal imaginaire mi-tigre mi-poisson en or – qui ornent le toit du château sont éblouissants. Les ninjas et samouraïs qui se baladent dans leurs tenues sont particulièrement populaires. Je souris lorsque j’entends l’un d’eux parler en chinois. Les puristes râlent, moi cela me fait plaisir que les efforts des associations touristiques préfectorales visant à rendre l’endroit plus attractif soient récompensés.

Le Hommaru Palace (本丸御殿 ) est une imposante bâtisse adjacente au château qui servait si l’on peut dire de chambre d’amis aux puissants maitres féodaux de passage à Nagoya il y a 400 ans de cela. Murs et portes coulissantes étaient peintes par les grands maîtres peintres de l’époque. Comme le château, le bâtiment est détruit par les bombardements pendant la deuxième guerre mondiale. Si le château est reconstruit en 1959, il faudra attendre jusqu’en 2009 pour que débutent les travaux de reconstruction à l’identique du Hommaru Palace, travaux qui ont pris fin en juin dernier.

DSC_0768DSC_0774DSC_0780DSC_0799

‘Ces quelque photos prises parlent d’elles-mêmes’ me semble être une manière élégante de me tirer de ce pétrin, mes connaissances en art japonais se limitant à celles de mon année de cursus d’art moderne auprès du passionnant M.Lucken il y a de cela 15 ans. Les peintures me paraissent très modernes dans le trait et dans le choix des couleurs, parfois très vives, sans doute afin de ne pas être noyées par cette couleur dorée omniprésente. Entouré de la sorte d’œuvres d’art et de couleurs lumineuses, il me semble un instant devenir plus sage et créatif : ‘Tiens, et si je reprenais mon blog ?’