‘Les coïncidences n’existent pas, chaque seconde, je vois des signes partout’

スクリーンショット 2020-03-19 10.48.43スクリーンショット 2020-03-19 11.36.53

Les aéroports du pays sont vides, et Nagoya ne fait pas exception. Les vols internationaux restants se comptent sur les doigts d’une main et seule la moitié des vols intérieurs sont assurés. Tandis que les compagnies aériennes commencent à licencier leurs employés et que le constructeur aéronautique américain Boeing n’est pas loin de faire faillite, je commence sérieusement à prendre peur. Toutes les infrastructures en rapport avec le tourisme sont à genoux, mais que faire ?

En utilisant les sites d’archivage de sites internet que sont oldweb.today et Wayback Machine je suis parvenu à visionner en partie mon vieux site web de.zéro. J’ai jubilé à la vue de la page d’accueil et de la photo de clavier dont je parlais dans le post précédent. Je travaillais beaucoup sur fond noir et utilisais de manière un peu abusive les iframes et les mouse.on/mouse.off qui font apparaître et disparaître des images au passage de souris sur un texte donné. Il fallait trouver un compromis entre la qualité des images et la taille des fichiers .png puisqu’à l’époque on utilisait encore des modems 56k ( au son si particulier ) et qu’un chargement de page trop long repoussait les visiteurs.

Vu la médiocre qualité graphique de ce blog cela semblera incroyable, mais fin 2001 j’hésitais entre devenir web-designer et partir au Japon. J’avais un site depuis une année ou deux et m’étais décidé de faire le grand saut en m’achetant un nom de domaine. Le de.zéro qui donne son nom au site signifiait ‘repartir de zéro‘, le début d’une nouvelle vie, le site devant faire office de portfolio pour mes futurs employeurs. d&o était une abréviation stylisée pour ‘désordre électronique organisé. J’avais à l’époque un penchant pour les paradoxes, mon apparent manque total d’organisation était soi-disant volontaire. Tout un concept ! Avec le recul, je crois que j’ai bien fait de choisir le Japon. Attendez ! En écrivant ces lignes me vient une question qui me perturbe : Pourquoi n’ai-je pas à l’époque pensé à devenir web-designer au Japon ?

Le site Archivarix m’a permis de télécharger une partie archivée du site et d’y naviguer comme s’il existait en ligne. Malheureusement, la majeure partie des images sont manquantes et tout l’aspect graphique du site et les galleries photos n’apparaissent pas. Yslaire, overage4design, Hillman Curtis, Koblenz, Claire Forlani et Van Tomiko (!?) … les mots-clés cachés dans les pages html me remémorent certaines choses. J’ai surtout eu la bonne surprise de voir réapparaître le contenu de ce blog sous sa forme d’origine. J’avais complètement oublié qu’il était au départ incrémenté dans une fenêtre au sein de la page là où la plupart des bloggers utilisaient une page pleine à part. Malheureusement, l’article le plus ancien a exactement la même date que mon premier post sur ce blog. Le fait que j’y parle d’une ‘solution à mon problème de nouveau design du weblog‘ confirme le fait qu’il existe bel et bien une version antérieure, après laquelle je cours après depuis quelques années. Parmi de nombreuses découvertes, j’ai également retrouvé sur une page ‘qui suis-je ?’ mon ancien numéro de messagerie ICQ 5570569. 0569 ! Le préfixe téléphonique de Tokoname, où je travaille. ‘Les coïncidences n’existent pas, chaque seconde, je vois des signes partout.’

430 and counting …

スクリーンショット 2019-06-19 22.31.34

Je suis en train de repasser en revue uns à uns la première centaine d’articles du blog. En effet, lors de la migration définitive vers WordPress il y a une dizaine d’années, certains caractères ont été remplacés par des ronds ou des points d’interrogations, rendant les billets illisibles. Ces vieux articles datant de 2002 où je raconte ma vie quotidienne n’ont aucun intérêt pour mes visiteurs, mais j’aime y jeter un oeil de temps à autre. Je ne peux m’empêcher de sourire bêtement en me relisant, alors confronté à mes ‘gros’ problèmes et incertitudes. Et que dire de cette écriture erratique ? Faut-il corriger les fautes, effacer les ‘arf’, ‘argh’ et autres ‘nan’ ?

Je ne me souviens pas en avoir parlé auparavant, mais j’ai commencé à bloguer sur blogger.com début 2002, alors que j’étais à Paris dans le cadre de mes études universitaires. N’ayant pas internet où je logeai, j’allais exprès au cybercafé à Saint-Michel. J’étais à l’époque modérateur sur un forum de musique sur Compuserve. Je tâtais du html et m’amusais sur Fireworks et Dreamweaver depuis un ou deux ans. J’avais mon nom de domaine et mis en place mon premier site, d&o (désordre électronique organisé), où je mettais en ligne des photos et chroniques d’albums dans un large répertoire allant de Fiona Apple à Kevin Yost. Hillman Curtis, pionnier du web design, était mon idole et j’avais été marqué par son slogan ‘God is in the details‘ ! La création d’un blog devait être dans la suite d’idées, la prochaine étape à suivre … 

Tout est si loin que je n’arrive pas à tout replacer dans l’ordre chronologique. Relire et retoucher ces vieux articles en profondeur me permet de me replonger dans le contexte. Je suis étonné d’avoir pu de par le passé écrire 36 articles en un mois, alors que maintenant même en une année entière je n’y parviens pas. Avec le temps les articles sont également devenus moins personnels, moins spontanés. Il me semble également avoir perdu les tous premiers billets. J’ai tenté de me connecter à mon compte Blogger, sans succès. Le site me propose de m’envoyer mon mot de passe sur une adresse Hotmail que je n’arrive pas à réactiver non plus. Si au moins je me souvenais du titre du blog. Il me plairait de retrouver ces premiers billets ainsi que mes vieilles pages web dans le disque dûr de quelque PC retrouvé dans le grenier …