En attendant l’été (Wakasa, Fukui)

DSC_1006

Nous prenons la route vers 5h du matin pour cette petite baie tranquille perdue au fond de la presqu’île de Tsunegami, dans la préfecture de Fukui. Pour nous il s’agit d’un anaba, mot que l’on utilise pour désigner un ‘petit coin perdu uniquement connu des habitués’.

Fukui est victime de son succes. Ses plages tout au long de la mer du Japon sont superbes mais bourrées de monde : Places de parking hors de prix, nourriture immonde, musique infâme qui gueule des haut-parleurs. Entassés sur la plage, avec le voisin qui fait un BBQ à deux mètres de ta tente t’envoyant sa fumée en pleine tronche … Plus jamais !

Quand nous arrivons vers 8h il fait gris et autour de 27 degrés, l’eau est presque froide. Une dizaine de pêcheurs dispersés sont en pleine méditation. Un bateau de pêche quitte la baie de temps à autre, offrant aux enfants quelques vagues pour faire les fous. Puis ils replongent attraper les petits poissons avec leurs épuisettes. Ah, ce calme …

 

Publicités

Hanabi 2013.

L’été, chaque ville y va de son feu d’artifice (hanabi) ‘local’. Je me permets de mettre local entre parenthèses puisque certains spectateurs n’hésitent pas à faire des centaines de kilomètres pour assister aux plus connus. Même celui de notre petit bled, qui ne compte pourtant qu’un peu plus de 100.000 habitants, attire tellement de monde que pour être sur d’avoir le son et surtout l’image, il faut s’installer avec ses provisions quelques heures avant le debut du spectacle.

Cette année, au programme, le désormais rituel feu d’artifice de Tokai, (Aichi), en pleine ville, tranquillement installés au milieu d’un terrain de foot …

DSCF1062Et celui d’Echizen-chou (Fukui), au bord de la mer, auquel j’ai assisté pour la première fois. Alors que c’est pourtant la fête, pourquoi y’a-t-il toujours un léger sentiment de tristesse, de nostalgie qui me parcourt dans ces moments-là ? Suis-je tatamisé pour de bon ?

DSC_0088