Flying Honu – ‘Tout ce qui a deux ailes me fait planer’ (7)

ANA380 - 1 (1)

ANA380 - 3 (1)

ANA380 - 4 (1)

ANA380 - 5 (1)

ANA380 - 6 (1)

ANA380 - 7 (1)

Hawaii étant la destination préférée des japonais pour leurs vacances, lignes et vols en direction de Honolulu sont saturés. Pour résoudre ce problème, la compagnie privée japonaise ANA (All Nippon Airways) va doubler le nombre potentiel de passagers par vol sur cette ligne en introduisant dans sa flotte le colossal A380 à partir du 24 mai prochain. 

Outre sa configuration cabine spécifiquement conçue pour cette ligne, la principale particularité de cette flotte est qu’elle porte la livrée Flying Honu dédiée à la tortue de mer de Hawaii, en trois couleurs : bleu, vert, et orange. Dans le cadre d’une série de vols tests, la première livrée bleue est passée à Nagoya. Après avoir l’avoir traqué deux jours durant sur Flightradar, j’ai fini par réussir à mettre l’animal en boîte lors de son atterrissage en fin de soirée.

Il est très peu probable que je prenne ce vol, et en principe les trois appareils seront basés à l’aéroport de Narita. Les A380 ne seront plus produits à partir de 2021 et aucune autre compagnie japonaise n’en a passé commande. C’était peut-être bien la première, mais aussi la dernière fois que je verrai la petite famille nager dans le ciel de Nagoya.

Publicités

‘Tout ce qui a deux ailes me fait planer’ (6) @ Centrair (NGO)

dsc_0015dsc_0029dsc_0053dsc_0086dsc_0065

A force de contempler les magnifiques photos de Luke Ozawa et autres Charlie Furusho, j’ai décidé que cette année j’allais m’appliquer un peu et faire les choses sérieusement. Délaisser un peu les gros plans faciles intéressants pour les fanatiques, mais moins pour … la famille, entre autre.

J’ai donc pris position en fin de matinée bien loin de mon Sky Deck habituel, en bord de mer en ce froid matin pour une première tentative. La piste étant cachée par les bâtiments je pensais utiliser Flightradar pour au moins connaître l’ordre d’arrivée et de départ des appareils, mais la batterie de mon smartphone me lâche au bout de 10 minutes sans explications. Soit, à l’ancienne alors ! Après tout je connais les horaires départs internationaux pratiquement par coeur. Il y a beaucoup de vent, même les long courriers n’utilisent pas toute la piste et apparaissent soudain au dessus des hangars là où on ne les attend pas. Avec les bourrasques, difficile de prendre une photo sans que l’horizon ne soit plus ou moins incliné. Voilà donc pourquoi Ozawa expliquait qu’il est indispensable d’utiliser un trépied et d’attendre que l’avion entre dans le cadre, au lieu de le chasser …

Je me bats ainsi une heure durant avec le vent, le matériel et mon incompétence. Le résultat est plutôt médiocre, mais je me suis beaucoup amusé. Il faudra également que j’apprenne à retoucher mes photos. A suivre, donc.