Posts Tagged ‘Aichi’

h1

‘So get out your seats and jump around !’ @ Minami Chita Beach Land ( Aichi )

septembre 12, 2017

DSC_0983

DSC_0981

DSC_0997

DSC_1062

DSC_1008

A Nagoya, il y a bien sûr l’aquarium public du port de Nagoya, tellement immense qu’on ne parvient même pas à en faire le tour en une journée. Il y a cet extraordinaire bassin principal où nagent les dauphins, sa gigantesque baie vitrée où il me serait possible de rester pendant des heures si les enfants ne me tiraient pas de mes rêveries pour aller voir les pinguins, les orques ou encore les tourbillons de maquereaux, bien plus divertissants.

Puis il y a Minami Chita Beach Land, au sud de la péninsule de Chita, à une petite heure de route en voiture de chez nous. Plus qu’un aquarium, cela ressemble plutôt à un parc d’attraction  avec sa grand-roue en plein centre. On est à la campagne, c’est très ’at home’, toutes les deux heures on peut serrer la patte aux otaries ou donner à manger aux tortues de mer. Et puis il y a à chaque fois le côté féerique du spectacle de dauphins et d’otaries. Les trois premiers rangs sont pratiquement les pieds dans l’eau, une otarie vient fréquemment se balader au milieu des spectateurs, grands et petits sont ravis ! Cette proximité avec le public me semble inconcevable à l’aquarium de Nagoya …

Publicités
h1

Chausu-yama ( Aichi pref. )

août 7, 2017

Je ne me souviens pas avoir eu l’occasion de me balader en haute montagne en plein été étant enfant, et les seules images que j’ai en tête sont celles des étapes du Tour de France dans les Alpes. C’est ce dont je me suis rendu compte hier au cours d’une conversation lors du retour de notre escapade. Les larges prairies vertes qui contrastent avec le ciel bleu, les nuages si proches que l’on croirait pouvoir les toucher, les lacets interminables … Si j’ai toujours trouvé la montagne superbe, il aura fallu attendre ma venue au Japon et d’avoir la montagne ‘à ma porte’ pour pouvoir pleinement l’apprécier.

Après un éprouvant week-end passé à la mer il y a une semaine, il me fallait un peu de fraîcheur. Le typhon Noru se trimballe déjà au sud-ouest de l’archipel, la mer est agitée. Le temps est instable, on annonce d’éventuels éboulements de terre en haute montagne. Cependant l’été est trop court pour ne pas en profiter ! A défaut d’aller titiller les nuages comme le mois dernier, nous coupons la poire en deux et nous contenterons des 1.000 mètres du Mont Chausu (Chausu-yama) situé en bordure de la préfecture de Nagano et d’Aichi.

Comme nous ne sommes pas pressés nous préférons à l’autoroute la route 153 qui relie Nagoya à Iida. Cela nous fait traverser la cohue du centre-ville de Toyota, mais nous permet de jouir de cet instant de bonheur au moment de traverser le petit pont rouge qui sert -qui me semble servir- de frontière entre la ville et la montagne. Je coupe la clim’, ouvre grand les fenêtres et au bout de 500 mètres de route à l’ombre des arbres il fait déjà 4 ou 5 degrés de moins.

Arrivés à destination, il fait gris, ce qui accentue encore d’avantage la différence de température. Les gens déjeunent au milieu de la prairie, nourrissent biches et chèvres à la petite ferme improvisée. Le télé-siège est en marche malgré le ciel menaçant. Les enfants attrapent quelques insectes avec leurs épuisettes, nous faisons du canoé sur le petit étang. Toujours ce calme …

Fidèle à ma réputation d’homme-pluie, il se met à pleuvoir. L’averse est assez violente, je me félicite de ne pas être monté au sommet. Lorsque la pluie cesse la brume se lève. Nous sommes dans les nuages, le petit vent est très agréable. Je rêvasse dix longues minutes sur mon banc, si loin des tracas et de la chaleur de la ville.

DSC_1075

DSC_0999

DSC_1007

DSC_1005

DSC_1003

DSC_1072

DSC_1080

h1

Vous avez dit automne ? (Tokoname, Aichi)

octobre 2, 2013

Après quelques jours ensoleillés mais légèrement frisquets, il fait à nouveau autour de 30 degrés. Excellente occasion de se balader un peu au bord de la mer en famille, d’organiser un quizz improvisé sur les compagnies aériennes, mais surtout d’inaugurer mon premier téléobjectif.

De nombreuses personnes ont eu la meme idée que nous. Toutes sortes de personnes …

DSC_0068  DSC_0087  DSC_0084  DSC_0090  DSC_0152

h1

‘Arrête ton char !’ (que j’y jette un oeil)

septembre 26, 2013

DSC_0085  DSC_0102  DSC_0224  DSC_0250  DSC_0268

DSC_0259

Owari-Yokosuka Matsuri. Le son aigu des flûtes et des tambours. Les conversations et accalamations de la foule. Les cris, les ‘wasshoi‘ ( ‘oh-hisse’ ) des participants qui tirent et poussent leurs chars en bois qui font plusieurs tonnes. Costumes imprimés d’impressionants caractères afin de se démarquer des autres ‘gumi‘ (clans). Les chars, bien sûr, au centre de la fête. Bois, drâpements rouges et ornements dorés. Je me balade entre les chars à l’arrêt. Les conversations entre participants et spectateurs s’animent. On boit, on prend la pose. L’ambiance est bon enfant, la musique enivrante …

Dans les episodes précédents : Ota Matsuri

h1

Hanabi 2013.

août 21, 2013

L’été, chaque ville y va de son feu d’artifice (hanabi) ‘local’. Je me permets de mettre local entre parenthèses puisque certains spectateurs n’hésitent pas à faire des centaines de kilomètres pour assister aux plus connus. Même celui de notre petit bled, qui ne compte pourtant qu’un peu plus de 100.000 habitants, attire tellement de monde que pour être sur d’avoir le son et surtout l’image, il faut s’installer avec ses provisions quelques heures avant le debut du spectacle.

Cette année, au programme, le désormais rituel feu d’artifice de Tokai, (Aichi), en pleine ville, tranquillement installés au milieu d’un terrain de foot …

DSCF1062Et celui d’Echizen-chou (Fukui), au bord de la mer, auquel j’ai assisté pour la première fois. Alors que c’est pourtant la fête, pourquoi y’a-t-il toujours un léger sentiment de tristesse, de nostalgie qui me parcourt dans ces moments-là ? Suis-je tatamisé pour de bon ?

DSC_0088

h1

Chausu-yama, Aichi.

juillet 4, 2013

Quoi de mieux quand il fait chaud que d’aller se rafraichir a la montagne. Bien qu’il fasse gris il fait 25 degres quand nous quittons Nagoya. Il en fait pratiquement 10 de moins quand nous arrivons a Chausu-yama au bout de deux heures et demie de route. Juste au bord de la prefecture d’Aichi et de Nagano, tele-siege, paquerettes et charmants petites betes de tous poils. Il n’y a pas que le typiquement japonais dans la vie …

Image

Image

DSCF0823