Japan Airlines × A350-900 – ‘Tout ce qui a deux ailes me fait planer’ (8) @ NGO

ngo350 - 2

ngo350 - 4

ngo350 - 7

ngo350 - 8

ngo350 - 12

Japan Airlines vient de réceptionner le mois dernier le premier de ses 31 Airbus 350. L’événement a fait pas mal de bruit dans les médias spécialisés du monde entier puisque c’est à la fois l’entrée dans sa flotte de son premier appareil Airbus, du premier moteur Rolls Royce, et alors qu’à la base cet avion est utilisé pour les vols long-courriers (Singapour-New York, 19 heures de vol, plus long vol commercial actuel) JAL va utiliser cet appareil pour des vols intérieurs, ce qui est là encore une première.

L’appareil flambant neuf, dans sa livrée ‘Challenge Red’ doit entrer en service le 1er septembre sur la ligne Tokyo (Haneda) – Fukuoka, mais effectue depuis une semaine une série de vols d’essai dans les principaux aéroports du pays, dont un passage à Nagoya, en soirée.

Je n’ai jamais su prendre de photos de nuit. D’ailleurs, pourquoi faut-il toujours se sentir obligé de tout prendre en photos ? Il serait pourtant tellement agréable d’être capable de tout simplement apprécier la scène avec ses yeux, ses oreilles (les moteurs sont de plus en plus silencieux) ou bien même son nez (l’odeur particulière du kérosène), au lieu d’avoir à m’énerver sur mon appareil, surtout au vu du résultat ! Un ami, ancien mécanicien avionique, m’a un jour expliqué que sa mémoire photographique s’était développée au point que chaque appareil lui paraissait transparent, qu’il lui semblait pouvoir voir à travers la coque l’emplacement exact du moindre petit boulon vu sur les schémas pendant de longues années. ‘Je ne prends jamais de photos, que ce soit d’avions ou de famille. Tout est gravé ici !’ a-t-il ajouté, pointant son crâne de l’index de sa main droite.

Publicités

‘Tout ce qui a deux ailes me fait planer’ (4) Premier A350 à NGO

Un client m’a raconté que chaque année au Nouvel An il venait à l’aéroport. Voir les avions décoller avec légèreté puis prendre de l’altitude dans le ciel bleu sans nuages, m’a-t-il expliqué, est pour lui la meilleure façon de commencer l’année d’une manière positive, ou ‘sur une courbe ascendante’ selon ses mots. Puisque c’est de bonne augure, je me permets donc t’entamer cette nouvelle année avec un billet sur l’aviation.

Le 29 décembre dernier, un Airbus 350 a atterri pour la première fois à Nagoya. Le dernier né d’Airbus ne compte encore qu’autour de 150 exemplaires, détenus par une douzaine de compagnies aériennes. Principalement utilisé sur les vols long-courrier reliant l’Asie à l’Europe, au Japon on peut l’apercevoir depuis quelques mois à l’aéroport d’Osaka ou Tokyo (Haneda), et j’attendais avec beaucoup d’impatience sa première venue à Nagoya.

Et manifestement, je n’étais pas le seul. Par rapport aux aéroports cités plus haut nous nous sentons toujours un peu délaissés en terme de nouveautés. Même s’il s’agit à chaque fois surtout d’un coup de marketing et qu’il faut ’comparer ce qui est comparable’, lire il y a de cela quelques mois que l’A350 de Lufthansa desservira l’Osaka (KIX)-Francfort dans le Journal de l’aviation m’avait rendu plus jaloux que nécessaire. Il ne faut donc pas s’étonner, malgré le froid, de voir les plus téméraires aux aguets à partir de 6h du matin pour assister au spectaculaire ‘water salute’ de l’A350 de Vietnam Airlines lors de son arrivée vers 6h30.

Le départ est prévu à 10:30, ce qui est déjà beaucoup plus abordable. La concurrence n’en est que plus rude, ça bataille pour prendre position. Comme c’est la première fois qu’il part de cet aéroport, difficile de prévoir à quel endroit de la piste il va décoller. Tout le monde se place vers le nord, laissant présager une longue glissade tout le long de la piste qui nous laisserait profiter de la svelte silhouette de l’appareil. N’étant pas de nature à me battre, je me place tranquillement au sud, et converse avec un agréable monsieur dans la soixantaine, ’pacifiste’ lui aussi, qui distribue ses magnifiques photos d’avions aux enfants alentours.

Bientôt, la vedette du jour quitte son spot et se place en bout de piste, s’arrête un instant puis démarre. ’Bien qu’à bloc, les moteurs sont silencieux !’, ’le reflet du soleil sur la carlingue va nous pourrir nos photos ?’ sont les deux seules pensées qui me traversent l’esprit avant que l’engin ne décolle contre toute attente dans le premier tiers de la piste malgré le peu de vent.

‘Ils l’ont fait exprès ?’ est la question que tout le monde se pose. Certains râlent devant ce comportement de petit jeune insolent, je suis plutôt amusé. Les enfants s’en moquent éperdument. Les avions, les aéroports, les gens qui y viennent … quel monde formidable !

DSC_0051

DSC_0001

DSC_0063

DSC_0118

DSC_0123