Ise Jingu ( Mie )

DSC_0261

DSC_0272

DSC_0280

DSC_0297

DSC_0301

DSC_0306

DSC_0324

DSC_0333

Au départ nous pensions faire une balade à Kyôto, mais les embouteillages sur l’autoroute nous ont fait changer d’itinéraire et c’est un peu par hasard que nous nous sommes retrouvés au sanctuaire d’Ise, situé au sud de la préfecture de Mie. C’est la quatrième ou cinquième fois que j’y viens, et chaque venue est une sorte de pèlerinage puisque c’est ici que j’ai fait connaissance avec ma joyeuse compagnonne il y a de cela quinze ans déjà, et c’est sans doute ce qui nous a amené à y revenir après la naissance de Léo puis Louis.

Aujourd’hui c’est le hasard qui nous guide, mais l’endroit n’en reste pas moins sacré. Le superbe cerisier après le pont Uji est en fleurs, l’eau en contre-bas est d’une exceptionnelle pureté, les arbres tous gigantesques. Avec le temps radieux qu’il fait, les couleurs, les reflets des dorures sur les toitures des bâtiments, les ombres des arbres dans la cour, tout est tout simplement ’divin’.

Nous descendons de notre petit nuage et nous baladons dans okage-yokocho, la galerie marchande à l’entrée du sanctuaire, bourrée de monde en ce dimanche. Bouffe et souvenirs. Je n’aime pas trop ce genre d’endroits, on s’y sent toujours obligé d’y acheter des gadgets inutiles ou d’y manger debout, bousculé ou hâté par la foule d’onéreux mets soi-disant locaux que l’on retrouve finalement dans les grands magasins à Nagoya. ’Cela fait partie du folklore’, rouspète Keiko à chaque fois. Au centre de la place on donne une représentation de taiko, les tambours japonais. Le bruit est monumental, les vibrations des percussions me donnent la chaire de poule.

Retour par la route, tout doucement. Matsusaka, Tsu, Yokkaichi … Chaque ville a son lot d’embouteillage, mais l’autoroute est tout autant encombrée, alors pourquoi s’énerver ? Je suis serein, un homme nouveau, un nouveau-né ! Le sanctuaire d’Ise a décidément quelque chose de spécial …

Publicités

‘Dans la vallée …’ @ Hôrai-ji (Aichi)

DSC_0222

DSC_0271

DSC_0258

DSC_0229

Depuis l’ouverture de la nouvelle autoroute Shin-Tômei qui relie Tôkyô à Nagoya en passant non pas le long des côtes mais plus à l’intérieur des terres, des lieux touristiques auparavant ’peu accessibles’ se situent désormais à une petite heure de route. C’est notamment le cas de la mystérieuse région autour du Mt.Hôrai (Hôraisan) que je vois souvent apparaître dans les brochures de la préfecture d’Aichi et qui attire mon attention depuis un bon moment.

Peut-être est-ce parce que n’en ai pas assez étudié le contexte historique pour l’apprécier à sa juste valeur, mais je n’ai pas trouvé le temple en lui même exceptionnel. Par contre le paysage est sublime ! Difficile de croire que nous ne sommes qu’à 695 mètres d’altitude tant la vallée semble profonde. Difficile de croire que nous sommes à une heure de route de Nagoya alors que nous sommes entourés de montagnes à perte de vue. Sur la dernière photo, ne se croirait-on pas dans les montagnes en pleine campagne chinoise quelques siècles en arrière ? Il se met à neiger, ce qui ne fait que rendre le lieu encore plus magique, et malgré le froid j’ai beaucoup de peine à partir.

Des brochures parlent d’une randonnée de 4 heures partant du bas de la montagne jusqu’au sommet avec un crochet par le temple avec 1,425 marches de pierre à monter sur le trajet. Il me faudra absolument m’offrir une journée pour y faire un ’pèlerinage’ en solitaire quand il fera un peu meilleur.

‘Alors qu’ici, a Yabuhara …’

DSCF6671

DSCF6667

DSCF6650

DSCF6645

DSCF6639

Avec tout ce que les environs comptent comme montagnes, nous avons l’embarras du choix pour aller aux sports d’hiver. La plupart des habitants de la région semblent privilégier les hautes montagnes de la préfecture de Gifu pour leur proximité, mais pour en profiter pleinement il faut partir au milieu de la nuit afin d’éviter les bouchons au nord de Nagoya et à l’entrée des montagnes. Bien qu’un peu plus éloignées, je préfère les stations de la préfecture de Nagano, dans les ‘Minami Alps’ (Alpes du Sud). La neige m’y semble de meilleure qualité et la clientèle un peu plus âgée, plus expérimentée et moins agressive.

Cette année il neige énormément, on a mesuré plus de 4 mètres de neige à Hakuba au nord de Nagano. Le week-end dernier nous sommes allés a Yabuhara Kogen. Comme il a neigé pendant la nuit, il y avait de le poudreuse un peu partout, ce fût un vrai régal malgré des températures très basses.

Fuji Marathon Festa 2017 in Fuji Speedway [4]

[1][2][3] Quatrième et dernier épisode.

Après l’effort, le réconfort ! Quoi de mieux pour éviter les courbatures d’après-course qu’un bon bain brûlant ? Ashigara Onsen, situé à 15 minutes de route, est plein à craquer. J’y retrouve mes camarades de course, bien plus détendus qu’il y a de cela quelques heures. Comme les enfants ne sont pas là, je prends tout mon temps et manque de peu de m’évanouir. Dans la salle de repos, je zigzague entre les sacs de sport et les coureurs qui roupillent. Il ne manque plus qu’une bonne bière pour compléter ce tableau de ce qui à ce moment me semble être le paradis sur terre. Mais 3-4 heures de route m’attendent.

Je roule au milieu de la campagne, un peu au hasard, en direction de l’entrée d’autoroute la plus proche. Il ne pleut plus mais d’épais nuages semblent me suivre où que j’aille. ‘Ah !’ Je Mont Fuji, invisible jusqu’alors, montre le bout de son nez sur ma droite. Je m’arrête en fracas sur le bord de la route, et n’ai tout juste le temps que de prendre les trois photos ci-dessous avant qu’il ne disparaisse aussi mystérieusement qu’il est apparu. Je reprends la route en rêvassant : Un jour il faudra que je monte au sommet.

DSC_0990DSC_0987DSC_0993

 

 

Push stop to listen [2] Sakae, Nagoya.

Bien que je ne sois qu’à 20 minutes en train du centre de Nagoya, je ne m’y rends pas souvent, préférant souvent la campagne, les montagnes, la mer. En effet, La ville m’épuise autant qu’elle m’excite et m’inspire. Quand je réfléchis pourquoi, je me rends compte que c’est à cause du bruit qui y est omniprésent.

J’ai sorti mon dictaphone et tenté de capturer quelques bribes de ce brouhaha qui n’en est peut-être pas un tant le son de la ville est particulier. Une manière de dompter la bête.

D’ailleurs, mon voisin de palier a eu la même idée, sur made in tokyo.

selection du moi[s] 1802

DSC_0162 (1)

Rapide passage au Tsutaya du coin pour la première sélection de l’année.

Sheena Ringo Reimport vol.2. Cela faisait un longtemps que je n’avais pas écouté de musique de celle qui caracole pourtant en tête de mon classement last.fm depuis des années. D’ailleurs, il me semble qu’il s’agissait de Reimport vol.1, album regroupant les titres qu’elle a écrit pour d’autres artistes.

Quruli Philarmonic or die. Il a toujours des périodes comme ça où je ressens un pressant besoin d’écouter du Quruli. Les mélodies sont superbes, le timbre de voix à quelque chose d’apaisant. Puis au bout de quelques jours d’écoute intensive, je suis gavé. Et à chaque fois que je ressens à nouveau cette envie, un nouvel album est sorti. Avec un orchestre cette fois-ci ?

deadmau5 4 x 4=12. Je n’aime pas l’EDM. Les titres sont trop courts, les transitions trop rapides et imprévisibles, il n’a y pas cette montée en puissance de la techno d’il y a une dizaine d’années. Après le revival Takkyu Ishino, c’est au tour de deadmau5. Quel bonheur, ces pistes de 5-7 minutes !

Missy Elliot Respect M.E. Je me suis rendu compte dernièrement, en regardant sur youtube des élèves d’une école de danse newyorkaise réputée se déchaîner sur son récent WTF (Where They From) que la dame est indémodable. Dire que le premier titre de l’album, Get ur freak on, qui passait en boucle au Virgin Megastore de San Francisco, a 20 ans !

Solange A seat at the table Mon regard est attiré par ce personnage qui semble me dire ’Ecoutes-moi !’ La location me permet de me laisser aller à quelques folies. Bonne ou mauvaise surprise ?

Fuji Marathon Festa 2017 in Fuji Speedway [3]

スクリーンショット 2018-01-23 14.39.23

[épisode précédent] 5 minutes avant le départ. Les enragés sont au premier rang et ne tiennent pas en place, sautillant sur place, presque la bave aux lèvres. Je décide de me placer au centre du petit millier de coureurs afin de ne pas partir trop vite, emporté par les coureurs trop rapides, sans pour autant être attardé par ceux qui sont venus faire leur jogging. A regarder les ’T-shirt souvenir’ autour de moi, il semble y avoir dans le coin un engouement certains pour le trail (Takayama, UTMF…) et les courses longues distances (Tsukuba100…). Le type devant moi semble avoir couru le semi de Kisogawa le week-end dernier. Pour ma part j’arbore le maillot de ma boîte, un peu triste de devoir courir seul …

Mon objectif est de finir autour d’1h55, temps plutôt moyen j’en conviens, mais après deux marathons j’ai perdu toute notion de vitesse. Le départ, sur la ligne de départ du circuit, est plutôt silencieux, nous sommes bien loin des acclamations de la foule du marathon de Nara. Je sautille gaiement plus que je ne cours, en saluant des inconnus dans les gradins, ivre de joie.

Je pars lentement, à mon rythme, un tour d’échauffement presque. Le vent souffle fort, le Mont Fuji est complètement caché par d’épais nuages. La montée en fin de circuit est plus raide que je ne le pensais. Dans l’interminable ligne droite des stands, on ne peut s’empêcher d’accélérer l’allure.

Le temps de rêvasser à propos de la vitesse que peuvent atteindre les voitures de course sur ce circuit, de râler à propos du fait qu’il n’y ait pas la moindre nourriture à disposition au ravitaillement et de venir à bout de la montée pour la deuxième fois, qu’un quart du parcours est déjà parcouru. Je me rends compte que je suis parti beaucoup trop lentement ! Sur une course de 5 heures mon retard est facilement rattrapable, mais il ne reste ’plus’ qu’une petite quinzaine de kilomètres. J’accélère dans la ligne droite des stands, fonce dans la descente, cours plusieurs kilomètres aux alentours des 5mn/km en serrant les dents – ce qui ne m’empêche pas d’être cloué sur place par le premier de la course qui vient de me prendre un tour.

Dernier tour : Vent de face, légère pluie. Je tiens le rythme, mais mon accélération me scie les jambes dans la dernière montée, mettant en évidence mon manque flagrant d’entraînement ! Je pique un dernier sprint dans la ligne droite, la langue pendante. 1h58. Mon temps est curieusement médiocre par rapport à mon état avancé d’épuisement. L’aire d’arrivée est pratiquement déserte, personne n’a daigné m’attendre ?! Je retrouve tout le monde en train de se réchauffer autour d’énormes marmites de ‘butajiru’, soupe à base de porc et de légumes, que je déguste à mon tour.

DSCF6611