‘Etoile des neiges …’ Yabuhara Kogen (Nagano)

dscf7255

dscf7261

dscf7264

dscf7268

Le vendeur du magasin de sport m’a longuement expliqué que l’année prochaine, skis et snowboards disparaîtront vraisemblablement des rayons. Qu’en raison du réchauffement climatique (?) il neige de plus en plus tard et la saison des sports d’hiver se fait chaque année plus courte. Que la population de skieurs diminue, que les investissements sont trop importants et risqués … Il m’aurait presque fait pitié ! Mais ce ne seront pas ses lamentations qui me feront acheter une paire de skis. Quoiqu’il en soit, c’est un fait qu’alors que l’année dernière nous passions un Noël blanc sur de belles pistes, il n’y a que 80 petits centimètres de neige à Yabuhara, où nous faisons notre première sortie cette saison. 

Je ne suis pas seulement un ame-otoko (homme qui amène la pluie), mais également un yuki-otoko (homme qui amène la neige) semble-t-il. Alors qu’il a fait beau pendant une semaine, le temps se dégrade au fur et à mesure que nous approchons. Tout au long de la journée il neige et le vent est plutôt violent en hauteur. L’après-midi la neige se fait lourde, nous sommes trempés et grelottons sur le télé-siège avec Léo. D’habitude tout le monde râle lorsque les remonte-pente s’arrêtent, mais aujourd’hui nous levons le camp aux alentours de 15h. Le parking pourtant plein à craquer le matin est déjà presque vide, preuve que nous aurons tout de même été téméraires !

Publicités

Nagato Farm ( Nagano pref.)

DSC_0305

DSC_0293

DSC_0288

DSC_0310

Après ce court séjour dans l’espace nous revenons sur le plancher des vaches, à la ferme Nagato plus exactement, à 15 minutes de route d’où nous sommes partis ce matin. Alors que le soleil se couche tout doucement et que le froid a fait fuir la plupart des visiteurs, les enfants donnent à manger aux vaches et montent sur les vieux tracteurs abandonnés au milieu de la prairie. Les photographier lorsqu’ils sont trop occupés par ce qu’ils font pour faire attention à l’appareil est à chaque sortie un de mes grands plaisirs. L’espace gigantesque leur donne des ailes, ils sont déchaînés. Avec le peu de lumière qu’il reste la moitié des photos finiront floues. Epuisé de leur courir après, je prends en photo les montagnes immobiles, un bien curieux arc-en-ciel, et ce nuages en forme de zeppelin ? de baleine ? non, de citron ?

Usuda Deep Space Center (Saku-shi, Nagano pref.)

DSC_0144

JAXA Usuda Deep Space Center 臼田宇宙空間観測所

JAXA Usuda Deep Space Center 臼田宇宙空間観測所

JAXA Usuda Deep Space Center 臼田宇宙空間観測所

DSC_0214

Lors de notre première tentative, le GPS a tenté de nous tuer en nous faisant passer par un minuscule passage traversant la forêt. Après y avoir plongé le capot en premier je me suis bien vite rendu compte que la route n’était pas praticable, mais la pente était trop raide pour la remonter en marche arrière, et le chemin bien trop étroit pour faire demi-tour. Il avait fallu faire descendre toute la petite famille de voiture, marcher un peu jusqu’en contre-bas pour y trouver un endroit où faire demi-tour, y rouler en évitant d’énormes nids-de-poule, puis refaire le même chemin en sens inverse, seul à bord, en collant la voiture à la falaise pour ne pas tomber dans le ravin sur ma droite. Aujourd’hui nous en rigolons, mais j’ai eu la trouille de ma vie, le pire moment étant sans doute celui où, avant de remonter la pente, au creux de la montagne, je me suis aperçu que mon portable ne captait aucun signal. 

Malgré une préparation sans faille, ce n’est donc pas sans une certaine appréhension que nous sommes partis à l’assaut de l’Usuda Deep Space Center. Non seulement un deuxième échec serait impardonnable, mais c’est aujourd’hui le dernier jour où le site est accessible au public, la route verglacée devenant dangereuse à partir de décembre. 

Nous roulons vers l’ouest direction Karuizawa en contemplant l’imposant Mont Asama sur notre droite. A hauteur de la gare d’Usui, nous nous arrêtons au supermarché Tsuruya pour acheter à manger et vérifier une dernière fois la route sur nos cartes. Nous quittons la voie principale pour une discrète petite route qui part sur la droite. Nous sommes encore au flanc de la montagne mais déjà le chemin se fait étroit, traversant sur toute sa longueur un village que bordent disséminées d’énormes baraques paysannes en bois. Il est autour de midi, avec le soleil derrière nous les feuilles colorées en rouge et or sont superbes, mais il n’est pas question de s’arrêter. La bande originale du film Interstellar en musique de fond donne le ton.

Le GPS est depuis longtemps éteint et hors d’état de nuire, je roule prudemment et m’arrête à chaque croisement pour vérifier notre itinéraire. Nous grimpons pendant dix ou quinze minutes, puis la parabole apparaît soudain à la sortie d’un virage. C’est un peu ma rencontre du troisième type à moi, je suis fou de joie ! 

Après avoir photographié la parabole ( 64m, la plus large du Japon ) sous tous les angles possibles et rêvassé en prenant notre déjeuner sur un banc au pied de l’installation, nous faisons le tour du petit musée juste à côté. Pendant que les enfants s’affairent sur le simulateur de la mission Hayabusa ( lancement de fusée, atterrissage sur l’astéroïde Ryugu … ) je lis consciencieusement les explications détaillées sur l’utilisation des paraboles, médite devant les cartes des gigantesques paraboles dans le monde, les superbes photos des lancements H20 à Tanegashima et autres maquettes de fusées. Il n’a y a pas un chat, nous avons tout notre temps pour profiter de l’endroit. Quel plaisir de voir nos efforts récompensés!

Il est six heures, Shirakaba-ko s’éveille ( Chino-shi, Nagano pref. )

Shirakabako 白樺湖
 
Shirakabako 白樺湖
Shirakabako 白樺湖
Shirakabako 白樺湖
 

Je me promène avec Léo autour du lac Shirakaba au lever du jour. Il n’y a pas un bruit, les gros nuages noirs dédoublés reflétés dans les eaux du lac n’en sont que plus menaçants. Tandis que je m’attarde sur la jetée pour prendre quelques photos Léo prend peur. Il y a au bord du lac, juste derrière nous, un vieil hôtel en ruine désaffecté qui rend l’endroit un peu lugubre. Je n’aurai pas dû le narguer en disant y avoir cru voir quelque chose bouger un peu plus tôt.

J’espère que nous aurons l’occasion de revenir ici dans deux mois, quand ce même lac sera recouvert de glace et les alentours sous la neige. Et quand nous reviendrons l’année prochaine fin novembre, le paysage sera à nouveau identique à celui d’aujourd’hui, seuls les enfants auront encore grandi un peu. Léo aura peut-être moins peur, Louis sera peut-être en mesure de se lever assez tôt pour se joindre à nous. Pour l’embêter, je lui dirai avoir vu, dans l’hôtel un peu plus en ruine, quelque chose bouger.

Shirakabako > Kurumayama (Chino-shi, Nagano pref.)

Après le ski en hiver et les randonnées à vélo en été, c’est cette fois-ci en automne, afin de prendre une grande bouffée d’air frais que nous revenons à Shirakabako (白樺湖) en famille. Si le paysage est superbe quelle que soit la saison, la diversité des couleurs en automne me semble plus intéressante que le vert omniprésent et presque oppressant du printemps. Nous nous faufilons à travers la montagne et à chaque descente de voiture le paysage nous offre un autre visage. Bientôt, le Mont Fuji, déjà enneigé, apparait au loin. Il semble flotter dans les airs, au dessus des nuages. Alors qu’ils couraient dans tous les sens il y de cela juste un instant, les enfants sont tout d’un coup bien calmes et rêveurs. A 1,800 mètres d’altitude il ne fait plus que trois maigres degrés. Nous reviendrons rêvasser au printemps, quand le temps s’y prêtera davantage.

(Pre)Kôyô 2018 @ Expo ‘Moricoro’ Park (Aichi)

DSC_0795

DSC_0797

DSC_0809

DSC_0803

DSC_0814

DSC_0812

Il fait froid en matinée et en soirée depuis deux semaines, mais il est encore trop tôt pour vraiment apprécier le kôyô à Nagoya et la préfecture d’Aichi en général. Les érables ne sont encore qu’à peine orange, et ce que dans certaines parties. C’est peut-être pourquoi le gigantesque parc, qui abritait l’exposition universelle en 2005 et dans lequel j’ai couru mon premier semi-marathon il y a de cela trois ans déjà est quasiment désert. A moins que ce soit parce qu’il est mal entretenu ? Certains plans étaient tellement illisibles que j’ai bien failli ne pas retrouver le parking où je m’étais garé. Néanmoins, le petit espace autour de la réplique de la maison de Satsuki et Mei qui apparait dans ‘Mon voisin Totoro’ est particulièrement plaisant.

Comme celle des cerisiers en fleurs au printemps, la saison du kôyô se termine aussi brusquement qu’elle débute. En verrais-je quelque chose cette année ?

Nagoya Castle & Hommaru Palace (Aichi)

Le ciel bleu est superbe et uniforme. Le violent typhon passé, je me sens obligé d’en profiter pour sortir faire mon touriste. Je décide de me rendre là où tout touriste se rend en premier : au château de Nagoya, où je n’ai pas mis les pieds depuis plusieurs années, du moins pas depuis la renovation du Hommaru Palace.

DSC_0815DSC_0837DSC_0821DSC_0830DSC_0823

Le beau temps aidant, les touristes sont nombreux, bien plus nombreux que lors de mes balades précédentes. Les deux ‘Kin-Shachi’ (金鯱 ) – animal imaginaire mi-tigre mi-poisson en or – qui ornent le toit du château sont éblouissants. Les ninjas et samouraïs qui se baladent dans leurs tenues sont particulièrement populaires. Je souris lorsque j’entends l’un d’eux parler en chinois. Les puristes râlent, moi cela me fait plaisir que les efforts des associations touristiques préfectorales visant à rendre l’endroit plus attractif soient récompensés.

Le Hommaru Palace (本丸御殿 ) est une imposante bâtisse adjacente au château qui servait si l’on peut dire de chambre d’amis aux puissants maitres féodaux de passage à Nagoya il y a 400 ans de cela. Murs et portes coulissantes étaient peintes par les grands maîtres peintres de l’époque. Comme le château, le bâtiment est détruit par les bombardements pendant la deuxième guerre mondiale. Si le château est reconstruit en 1959, il faudra attendre jusqu’en 2009 pour que débutent les travaux de reconstruction à l’identique du Hommaru Palace, travaux qui ont pris fin en juin dernier.

DSC_0768DSC_0774DSC_0780DSC_0799

‘Ces quelque photos prises parlent d’elles-mêmes’ me semble être une manière élégante de me tirer de ce pétrin, mes connaissances en art japonais se limitant à celles de mon année de cursus d’art moderne auprès du passionnant M.Lucken il y a de cela 15 ans. Les peintures me paraissent très modernes dans le trait et dans le choix des couleurs, parfois très vives, sans doute afin de ne pas être noyées par cette couleur dorée omniprésente. Entouré de la sorte d’œuvres d’art et de couleurs lumineuses, il me semble un instant devenir plus sage et créatif : ‘Tiens, et si je reprenais mon blog ?’