‘Silence, on roule !’ – Takeshima Island (Aichi pref.)

gama - 2gama - 1gama - 5gama - 11gama+ - 2gama+ - 1

C’est par hasard que nous arrivons ici aujourd’hui. Au fur et à mesure que les enfants grandissent il devient de plus en plus difficile de trouver l’unanimité à propos de nos destinations. Nous sommes montés en voiture sans réussir à nous mettre d’accord et je me suis retrouvé à conduire au hasard. Même la radio est coupée afin de ne pas troubler le silence de mort. Je me contente de me concentrer sur la route. La situation me fait penser au livre ‘La musique du hasard‘ de Paul Auster, dans lequel le personnage principal, ayant hérite d’une petite fortune de son père méconnu, décide d’acheter une voiture et de sillonner les Etats-Unis jusqu’à ce qu’il ait dépensé son dernier dollar.

Après une grosse heure de route, ce que j’appellerai volontiers ‘le hasard du silence‘, nous mène à Gamagori, au sud est de la préfecture d’Aichi. Une fête a lieu sur la plage, le ‘Takeshima Garden Picnic‘ (Takepi). Dans des tipis on vend des bricoles faites mains et des aliments organiques. Tandis qu’on joue de la musique reggae sur la scène principale, des groupes jouent des classiques du rock, ou encore du blues un peu partout. Les gens discutent et rigolent, dansent vaguement ou dorment affalés de tout leur long sur la pelouse. Après un été particulièrement long, le vent frais de la mer est en effet très agréable. 

Reliée à la plage de Gamagori par un long pont de 387 mètres, flotte au loin la mystérieuse île de Takeshima. Quand nous traversons le pont, le vent souffle fort et donne naissance à des sifflements invraisemblables en passant entre les barreaux. Bien que nous soyons éloignés de la plage le vent transporte la musique jouée live jusqu’à nos oreilles, il faut monter les escalier jusqu’au centre du sanctuaire Yaotomi pour finalement trouver un silence propice au lieu. Du côté opposé au pont, un promontoire offre une vue dégagée sur la baie de Mikawa. Un étroit passage permet le faire le tour de l’île mais il y a trop de vent pour oser m’y aventurer avec les enfants. 

 

 

Publicités

‘Je ne trouve pas l’équilibre’ @ Umi-terasu 14 (Yokkaichi,Mie pref.)

yokka - 2yokka - 1yokka - 4yokka - 3yokka - 5yokka - 6

Le port de Yokkaichi fête cette année ses 100 ans ! … mais pour être franc ce n’est pas du tout ce qui nous a amené à rendre visite au ‘Yokkaichi Port Building‘, aussi surnommé ‘Umiterasu 14′.

Alors que nous nous baladons en voiture aux alentours du port de Yokkaichi, le grand bâtiment de 100m de haut m’est en fait familier. Il se détache clairement du paysage au loin quand je traîne sur le Sky Deck, le point d’observation de l’aéroport international de Nagoya, et apparait régulièrement sur mes photos d’aviation puisqu’il se trouve juste dans l’angle au moment de l’atterrissage des appareils lorsque le vent vient du sud.

L’endroit est en fait surtout connu pour les photos que l’on peut y prendre des conglomérats pétrochimiques. Nous montons au 14ème étage, la vue panoramique est en effet surprenante. Je me jette sur les jumelles géantes et les braque sur l’aéroport (sud-est). Il aurait été amusant de donner rendez-vous sur le Sky Deck à une connaissance qui me ferait signe de la main au même moment. On peut également apercevoir les grattes-ciel de Nagoya (nord-est). Je ne m’étais jamais rendu compte à quel point les bateaux étaient nombreux. A côté (plein sud) on trouve les fameux combinats. Cette multitude de tours, de citernes, de tubes en tout genres a quelque chose de fascinant. De la fumée se dégage des tours, les usines doivent donc être en fonctionnement, mais pas la moindre trace de présence humaine dans ce complexe. Je pars dans mes délires, explique aux enfants qu’il s’agit sans doute d’une base extra-terrestre occupée par des robots, en référence à la B.D. ‘les cosmonautes du futur‘, qu’ils connaissent bien pour l’avoir découverte dans ma collection lors de notre retour au pays l’année dernière.

Au fur et à mesure que la nuit tombe les photographes prennent leur place près de la baie vitrée. Trépieds, minuteurs, tissus anti-reflets … Ils campent là avec tout leur matos et plus personne n’y voit plus rien. Je m’approche un peu quand même, après tout j’ai payé 300 Yens pour monter jusqu’ici moi aussi. ‘Euh … c’est ma place !’ ‘Euh … ben non ?!’ N’insistons pas …

Entre-temps des astronomes amateurs ont investi la partie sud-est de l’étage avec des machines de tailles diverses et invitent les visiteurs à y jeter un oeil. On aperçoit clairement Jupiter ou encore les anneaux de Saturne. Les cratères sur la lune sont gigantesques ! On s’exclame, on s’émerveille, l’ambiance est bonne enfant, ça discute, ça explique. Je m’amuse du contraste avec les énergumènes de toute à l’heure. Est-ce là la différence entre ceux qui lèvent les yeux au ciel et ceux qui les baissent au sol ?

A huit heures pile débute le feu d’artifice de Nagashima (nord-est ) Comme j’ai de mauvais yeux je n’y vois pas grand chose, je profite d’avoir champ libre pour contempler la vue puis prendre quelques photos des combinats. Comme nous sommes venus à l’improviste je ne suis pas équipé pour. Toutes les 5 minutes un avion passe en clignotant à environ 500 mètres de la tour, avec Léo nous ne pouvons nous empêcher de deviner sa provenance et de quel appareil il s’agit. Regarder en haut, en bas ou vers l’horizon ? ‘Je ne trouve pas l’équilibre’.

Atera no Nanataki @ Shinshiro-shi (Aichi pref.)

shinshiro - 2

shinshiro - 1

shinshiro - 3

shinshiro - 5

shinshiro - 4

Après notre promenade aux gorges Kakizore au mois de juin, la présence de cascades, qu’elles soient petites ou grandes, est désormais un nouveau critère de sélection dans nos destinations lorsque nous partons en promenade. Avec tout ce que les préfectures de Nagano et Gifu comptent comme hautes montagnes il n’est guère étonnant d’en trouver de splendides, mais j’ignorais qu’il existait à Aichi des cascades dignes d’être citées dans le classements des 100 plus belles cascades du Japon. 

Nous voici donc à Shinshiro, dans la région autour du temple Hôraiji. Il faut comme d’habitude emprunter d’étroites routes à travers forêts et montagnes. Suite aux pluies diluviennes de la semaine dernière certaines routes sont coupées par les écoulements de terre. Est-il bien raisonnable de se fier au GPS ? Finalement, arrivés à Atera no Nanataki (阿寺の七滝), nous nous enfonçons à pied dans la forêt. Il doit faire 5 degrés de moins que toute à l’heure. L’endroit est un peu moins sauvage qu’à Nagano ; le chemin jusqu’à la cascade est aménagé, même goudronné par endroits. Pas de sangliers cette fois, mais des libellules et des petits lézards. Une petite rivière se fraye un chemin tranquillement sur notre droite, avec un petit bruit des plus rafraîchissants. Je ne peux m’empêcher de penser à quel point il serait agréable de courir le long de ces chemins, et me promet d’y revenir pour faire un trail.

Après un petit kilomètre de marche, nous arrivons à la cascade. Bien qu’elle fasse tout de même 62 mètres de haut, elle reste moins impressionnante que celles vues auparavant, mais son esthétique particulière explique sa place dans le classement cité plus haut. Parmi la dizaine de personnes présentes, trois d’entre-elles la prennent en photo sous tous ses angles en utilisant d’encombrants trépieds.

Les enfants eux ne pensent qu’à une seule chose : se baigner ! L’eau est trop froide pour moi, je me contente de les regarder. Un grand escalier de fer monte le long de la paroi sur la gauche de la cascade. Une butte en son centre ne permet pas de voir jusqu’où celui-ci monte. Le temps de me demander si j’aurai le temps d’y grimper que Louis sort de l’eau en grelottant, les lèvres déjà pourpres. Léo, lui, plonge encore et encore. Mon fils serait-il un kappa, un de ces êtres mystérieux vivant dans les rivières ?

Kakegawa Kachoen (Kakegawa, Shizuoka pref.)

kakegawa0630blog - 4

kakegawa0630blog - 6

kakegawa0630blog - 1

kakegawa0630blog - 5

kakegawa0630blog - 2

kakegawa0630blog - 3

Nous venons régulièrement au parc aux oiseaux et aux fleurs de Kakegawa. Que ce soit en hiver ou en été la température y est la même et l’humidité à l’intérieur est moindre par rapport à celle au dehors en cette saison. De toute manière il pleut depuis trois jours, mais nous enfermer dans l’une des gigantesques Aeon Mall du coin est hors de question – et le gaspillage d’énergie et d’argent qu’il implique m’est complètement incompréhensible.

Ce parc d’amusement compte une variété importante de plantes diverses (les nénuphars géants de la première photo !), mais surtout d’oiseaux allant du canari au flamant rose, présentés en diverses sections en intérieur ou extérieur. La liberté dont bénéficient les volatiles et le fait que l’on puisse nourrir de ses propres mains une majeure partie de ceux-ci font la particularité du lieu. Il suffit d’acheter des graines ou des bouts de pommes pour 100 yens pour bien vite se faire de nouveaux amis. Si l’ambiance est bon-enfant, les enfants en bas âge sont parfois surpris et se mettent à pleurer. A les voir béats de la sorte, je me dis que certains adultes semblent trouver dans cette pratique un certain réconfort, un ordre d’idée proche des neko-café (café aux chats) qui ouvrent leurs portes un peu partout. 

Pour ma part je pourrai rester des heures durant à regarder Futaba, le hashibiroko (Bec-en-sabot du Nil), nommé ainsi à cause de son bec qui est aussi gros voire plus gros que sa tête. Cette tête énorme, ces proportions étranges, cette crête toujours en pagaille ! Cet oiseau est surtout connu pour sa capacité à rester immobile pendant plusieurs minutes. Il fixe ainsi le vide comme perdu dans ses pensées, puis tourne lentement la tête et vous fixe du regard, l’air presque mauvais. Maladroit, il fait tomber le poisson que le personnel tente de lui faire ingurgiter. De nombreux visiteurs se moquent de lui, mais étant moi-même maladroit et loin d’être beau-gosse, je trouve l’animal plutôt attendrissant ! 

Fête des hortensias ( Inazawa-shi, Aichi pref.)

D’habitude je ne suis pas du genre à m’extasier devant les fleurs, mais je dois avouer que notre balade au temple Otsuka Shokai, dans le cadre de la fête des hortensias qui a lieu chaque année début juin, a été bien agréable.

Pas moins de 90 variétés pour 10,000 bouquets en pleine floraison dans ce joli parc aménagé autour du temple. Comme si la panoplie de couleurs des hortensias et leurs dégradés ne suffisaient pas, celles-ci sont joliment mises en scène avec des petits cours d’eau qui traversent le parc, de discrets ponts en bois ainsi qu’une butte en son centre qui permet de surplomber ce bel espace coloré.

Comme nous y sommes allés dans l’après-midi, la lumière était éblouissante et avec le monde qu’il y avait il était difficile de prendre la moindre photo sans avoir quelqu’un dans le cadre se prenant en selfie. Qu’il doit être agréable de s’y promener dans la douce lumière, un matin de semaine …

inazawa - 2

inazawa - 7

inazawa - 4

inazawa - 5

inazawa - 6

inazawa - 1

Aux gorges Kakizore (Nagiso-cho, Nagano Pref.)

nagiso - 2

nagiso - 4

nagiso - 5

nagiso - 7

nagiso - 11nagiso - 12

Mezame no toko, Atera … La route nationale 19 qui rejoint Nagoya a Nagano est longée par le fleuve Kiso (Kiso-gawa) et de nombreuses merveilleuses cascades insoupçonnées, parfois presque cachées. Les gorges Kakizore, prochaine étape sur notre liste, est autoproclamé comme étant un lieu dit ‘hikyo‘, terme que l’on pourrait définir comme ‘lieu inexploré connu uniquement des habitants du coin’. Rien que d’arriver à l’entrée relève déjà de la chasse au trésor, il faut se faufiler à travers montagnes et champs en suivant consciencieusement les panneaux dont on ne peut pas dire qu’ils soient très explicatifs.

Nous arrivons finalement au petit parking plutôt bien aménagé pour pareil endroit. Le ciel s’est couvert, la forêt n’en paraît que plus dense encore. Il doit bien faire 5 degrés de moins que tout à l’heure. A en juger par le bruit sourd qui résonne dans la vallée, la cascade ne peut pas être bien loin. Sur notre droite apparaît un pont suspendu d’une cinquantaine de mètres qui passe au dessus de la rivière. Un écriteau indique ‘Pas plus de deux personnes à la fois’. Je passe en premier, ne sait-on jamais, et avance prudemment tel un Indiana Jones du dimanche.

Nous remontons la rivière sur son flanc en utilisant une passerelle en bois. L’eau en contre-bas est très limpide, presque transparente, il doit être très agréable de s’y baigner lorsqu’il fait un peu plus chaud – quelques téméraires n’ont pas attendu. Un peu plus loin un long escalier monte en zig-zag le long de la paroi de la montage. Il y a des espaces assez importants entre chaque marche, de surcroît rendue glissante par la pluie récente, il faut faire attention où l’on met les pieds. Après quinze minutes de marche nous arrivons enfin au promontoire où nous faisons une petite pause et contemplons la cascade en contre-bas. Je suis très impressionné par le rafût qu’elle provoque et me sens comme absorbé par le vide. Une étroite passerelle permet de s’approcher encore un peu plus, mais les enfants, inquiets, m’interdisent de l’emprunter. 

Le chemin du retour se fait par un sentier faisant un léger détour à travers la forêt. Léo dit avoir entendu un bruit dans les buissons un peu plus bas. Je regarde discrètement en contre-bas, y aperçois un sanglier qui semble me fixer droit dans les yeux. J’ignore pourquoi mais je suis certain qu’il s’agit d’un mâle. On lit souvent dans les brochures que crier ou lancer des cailloux pour leur faire peur ne fait que les exciter et se ruer vers vous. Nous attendons donc un peu, perplexes, puis entendons après une minute ou deux distinctement deux grognements rauques, mais qui n’ont rien de menaçants. Je jette un rapide coup d’oeil, le (ou les) sanglier(s) ont disparu. Nous descendons silencieusement le sentier et arrivons finalement saints et saufs au pont suspendu du point de départ. 

Nous avions prévus de faire une autre balade un peu plus loin, mais aurons eu notre dose d’aventures. Les enfants s’endorment instantanément, le silence règne dans la voiture. Je suis absorbé dans mes pensées, quelque peu ému par le côté mystérieux et majestueux de la montagne et la magie de ce que nous venons d’y vivre.

‘It’s good to see green’ (Nagoya,Naka-ku,Iseyama)

ngo0514 - 1

崇覚寺

ngo0514 - 3

ngo0514 - 4

ngo0514 - 6

ngo0514 - 5

Où que j’aille, je m’y rends toujours trop tôt, et me retrouve donc toujours avec du temps devant moi. Au lieu de prendre le métro, j’ai ainsi probablement parcouru à pied une bonne cinquantaine de fois les deux ou trois kilomètres séparant la gare de Kanayama au centre-ville de Sakae. Généralement je longe Otsu-dori deux ou trois ruelles sur sa droite, comme lors de cette précédente promenade. 

Sans trop réfléchir, je suis cette fois sorti de la gare de Kanayama pour me diriger sur la partie gauche de l’avenue. Je tombe au bout de 100 mètres sur une curieuse façade [1] plutôt agressive pour ce quartier résidentiel. Le bâtiment est maintenant vide, il s’y trouvait auparavant un garage à motos. Un peu plus au nord je trouve sur ma gauche un minuscule passage qui passerait presque inaperçu. Je passe le portail, le passage fait une petite centaine de mètres de longueur, avec un petit temple en son centre. Le temple Sogaku-ji regorge d’une verdure que rien ne laisserait supposer de l’extérieur. Il n’y a pas un bruit, même pas le moindre oiseau. [2][3]

Je découvre un peu plus au nord un autre passage beaucoup plus ouvert et fréquenté qui mène a un temple nommé Eikoku-ji [4]. Celui-ci abrite en son sein un jardin d’enfant, les cris et pleurs des enfants contrastent avec le calme de tout à l’heure. Un discret écriteau indique l’existence d’un musée (dédié, je l’apprendrais plus tard aux catholiques romains au Japon aux xvie et xviii siècles) mais impossible de savoir s’il est ouvert ou non.

Vu de loin, l’arbre qui dépasse de la maison sur la dernière photo semble avoir été planté dans la terrasse à l’étage, mais en contournant l’escalier on s’aperçoit que l’arbre longe en fait la paroi de la maison et fait bien 5 ou 6 mètres de haut. Il y a encore quelque temps l’arbre était bien plus touffu, comme on peut le voir sur la Street View ci-dessous. Toute cette verdure me fait passer le reste de la matinée à réfléchir à propos de ce bon vieux cliché du Japon communiant ruralité et nature.

スクリーンショット 2019-05-13 21.47.01