‘Les coïncidences n’existent pas, chaque seconde, je vois des signes partout’

スクリーンショット 2020-03-19 10.48.43スクリーンショット 2020-03-19 11.36.53

Les aéroports du pays sont vides, et Nagoya ne fait pas exception. Les vols internationaux restants se comptent sur les doigts d’une main et seule la moitié des vols intérieurs sont assurés. Tandis que les compagnies aériennes commencent à licencier leurs employés et que le constructeur aéronautique américain Boeing n’est pas loin de faire faillite, je commence sérieusement à prendre peur. Toutes les infrastructures en rapport avec le tourisme sont à genoux, mais que faire ?

En utilisant les sites d’archivage de sites internet que sont oldweb.today et Wayback Machine je suis parvenu à visionner en partie mon vieux site web de.zéro. J’ai jubilé à la vue de la page d’accueil et de la photo de clavier dont je parlais dans le post précédent. Je travaillais beaucoup sur fond noir et utilisais de manière un peu abusive les iframes et les mouse.on/mouse.off qui font apparaître et disparaître des images au passage de souris sur un texte donné. Il fallait trouver un compromis entre la qualité des images et la taille des fichiers .png puisqu’à l’époque on utilisait encore des modems 56k ( au son si particulier ) et qu’un chargement de page trop long repoussait les visiteurs.

Vu la médiocre qualité graphique de ce blog cela semblera incroyable, mais fin 2001 j’hésitais entre devenir web-designer et partir au Japon. J’avais un site depuis une année ou deux et m’étais décidé de faire le grand saut en m’achetant un nom de domaine. Le de.zéro qui donne son nom au site signifiait ‘repartir de zéro‘, le début d’une nouvelle vie, le site devant faire office de portfolio pour mes futurs employeurs. d&o était une abréviation stylisée pour ‘désordre électronique organisé. J’avais à l’époque un penchant pour les paradoxes, mon apparent manque total d’organisation était soi-disant volontaire. Tout un concept ! Avec le recul, je crois que j’ai bien fait de choisir le Japon. Attendez ! En écrivant ces lignes me vient une question qui me perturbe : Pourquoi n’ai-je pas à l’époque pensé à devenir web-designer au Japon ?

Le site Archivarix m’a permis de télécharger une partie archivée du site et d’y naviguer comme s’il existait en ligne. Malheureusement, la majeure partie des images sont manquantes et tout l’aspect graphique du site et les galleries photos n’apparaissent pas. Yslaire, overage4design, Hillman Curtis, Koblenz, Claire Forlani et Van Tomiko (!?) … les mots-clés cachés dans les pages html me remémorent certaines choses. J’ai surtout eu la bonne surprise de voir réapparaître le contenu de ce blog sous sa forme d’origine. J’avais complètement oublié qu’il était au départ incrémenté dans une fenêtre au sein de la page là où la plupart des bloggers utilisaient une page pleine à part. Malheureusement, l’article le plus ancien a exactement la même date que mon premier post sur ce blog. Le fait que j’y parle d’une ‘solution à mon problème de nouveau design du weblog‘ confirme le fait qu’il existe bel et bien une version antérieure, après laquelle je cours après depuis quelques années. Parmi de nombreuses découvertes, j’ai également retrouvé sur une page ‘qui suis-je ?’ mon ancien numéro de messagerie ICQ 5570569. 0569 ! Le préfixe téléphonique de Tokoname, où je travaille. ‘Les coïncidences n’existent pas, chaque seconde, je vois des signes partout.’

De fil en aiguille …

Photo 069

Photo 066

Photo 068

Je parlais des photos en noir et blanc de ce post post comme étant les premières sur ce blog, mais la question semble me titiller depuis bien longtemps. Les photos ci-dessus on été prises à Okazaki lors de mon premier séjour au Japon en tant qu’étudiant, en 2002, dans mon appartement. Alors que je suis toujours en train de corriger mes posts, j’ai été très surpris de constater qu’elles avaient été publiées dans un un précédent article et semblent être d’ailleurs les premières photos prises depuis mon arrivée au Japon, probablement une petite semaine après mon arrivée. J’ai beau réfléchir, je suis incapable de me souvenir si j’avais amené avec moi un appareil photo. Il faut croire que non puisque je n’ai pas réussi à retrouver la moindre photo antérieure à celle de ce post et ne me souviens d’ailleurs pas m’être arrêté où quoi ce soit pour immortaliser mon arrivée.

Les informations sur la photo m’indiquent pourtant qu’elles ont été prises avec un ‘SONY Cybershot‘. En passant sur internet en revue les photos des vieux modèles d’appareils numériques SONY j’ai fini par tomber sur un certain modèle DSC-P30 qui m’est plus que familier. Il s’agit de mon premier appareil numérique. J’avais claqué l’intégralité de l’argent gagné pendant mon job d’été pour me l’acheter. Cet achat coïncidait avec mon intérêt grandissant pour le webdesign. Je me souviens avoir proclamé (auprès de qui, d’ailleurs?) que l’avenir était au digital, que cette camera était un outil indispensable à mon développement personnel, qu’une vocation était née ! Je l’avais acheté au Hi-Fi International du Cactus Belle Etoile, cela me revient maintenant (Quelle surprise au passage de constater que ce magasin existe toujours!)  Je me souviens avoir consciencieusement pris une dizaine de photos de mon clavier d’ordinateur de biais, en gros plan, en rendant les contours flous comme sur ces photos-ci, afin de m’en servir comme banner de mon site !

Curieusement, impossible de mettre la moindre date sur ces événements. Je ne comprends pas non plus pourquoi je n’ai pas davantage de photos du début de mon séjour. Je suis persuadé qu’il manque quelques pièces au puzzle, c’est le post de made in tokyo et ses superbes photos du Forum International de Tokyo qui m’ont mis la puce à l’oreille. Je me souviens y être allé et avoir été très impressionné par ce bâtiment et même m’être appliqué à en prendre quelques photos, mais impossible de mettre le grappin dessus.

Si j’aime via le blog faire des aller-retour dans ma mémoire de la sorte, je suis à chaque fois atterré lorsqu’ils y ouvrent une brèche qui se transforme peu à peu en gouffre. Si seulement l’on pouvait tout noter, tout prendre en photo, tout enregistrer.

No music, no life ( 1999-2000 )

Quelque part en 1999, en pleine cure de désintoxication. Cinq ans de boîte cinquante et une semaines sur cinquante-deux par an, ça laisse des marques. Trop de XS Club. Trop de Didj’. Overdose de house, surtout de vocal house. Se refugier de temps à autre dans l’arrière-salle de l’Elevator, pour un son plus brut, plus agressif, avec Maxwell George comme gourou. Passage à ‘des petites choses tranquilles’, Kruder & Dorfmeister, Waldeck et autres Kevin Yost. Periode de doute. Je me cherche. J’en viens à écouter chaque soir Ambiant Europe 2. J’avoue, j’ai même acheté la première édition de la compilation de l’hôtel Costes. Terrible, je vous dit.

2000. Alors qu’on annonçait la fin du monde, c’est un nouvel univers qui s’ouvre à moi. Alors que je déambule parmi les rayons de la FNAC de Metz, mes yeux sont attirés au rayon electro par la jaquette de remix tomorrow goodbye, d’un dénomme groupe (?) Auch, représentant un champ de riz perdu dans la brume au pied des montagnes. Du calme, exactement ce qu’il me fallait. Une recherche sur internet concernant Auch me mène sur le label ‘mille plateaux’. Quelques clicks plus tard, me voilà en train de découvrir ‘periods.make.sense’ de sutekh et ‘prototypes’ d’alva noto. Il m’aura fallu bon nombre d’écoutes pour ne serait-ce que commencer à cerner quelque chose à cet album. Assemblage de sons produits par ordinateur ( cliquetis, nappes synthétiques, saturations ) à ceux de la vie de tous les jours ( musique d’ascenseurs, bruits de pas, bruit de la pluie qui tombe ). Minimaliste et concret. Indansable car arythmique. Des blancs de cinq secondes par-ci par-là, on croit la chanson finie, puis en fait non. Tant mieux ? Tant pis ?

On m’a un nombre incalculable de fois fait le reproche que la musique électronique n’était que du bruit. C’est la première fois que je me suis dit qu’ils n’avaient peut-être pas tout à fait tort. Je ne sais pas si c’est à cause de ces deux albums, mais je n’ai absolument aucun souvenir de ce que j’ai bien pu écouter pendant toute l’année, comme s’il avait fallu une année entière pour m’en remettre.

C’est ici que tout (re)commence.

‘Meublage, regards gênés et l’impression de lui avoir fait perdre son temps. Je m’étais dit que le tout s’achèverait sur un ‘à un de ces jours’ qui, au Japon comme ailleurs, n’est qu’une forme polie signifiant ‘Merci, mais, on va en rester la hein …’

6 années se sont écoulées depuis ce premier rendez-vous. Pour fêter ça, rien de tel qu’un petit repas dans le même restaurant. Voulant ajouter une touche de romantisme au tout je comptais commander les même plats que ceux que nous avions mangés ce soir là, mais, soit parce que j’étais trop préoccupé à chercher mes mots ou, mieux, parce que j’étais complètement ailleurs, impossible de me remémorer quoique ce soit. Heureusement, elle non plus. Ouf !

agura

Agura

(très)passé.

En raison de problèmes d’encodage, je suis obligé de corriger peu à peu les anciens posts afin de les rendre lisibles. Au départ je pensais que cela serait tout ce qu’il y a de plus pénible, mais finalement cette relecture me fait surtout l’effet d’un petit saut dans le temps, et je m’étonne parfois moi-même de ce que j’ai pu écrire, dans le bon comme dans le mauvais sens du terme.

82005975

J’essayais d’imaginer le nombre de choses, musicalement parlant, auxquelles j’aurai enfin accès une fois sur place. Je tentais d’imaginer ma tête lorsque je verrai dans les bacs cette multitude de cd pour lesquels j’ai entendu et re-entendu les pubs sur avextrax, d’attendre avec impatience la sortie des cours pour me procurer le nouveau single d’hajime chitose ou d’ego wrappin, le nouvel album de do as infinity, ou finalement pouvoir couter asa festoon, dont l’album n’est distribué qu’au Japon.

80456007

Ha au moins trois ou quatre fois j’ai tapé quelques phrases puis ai tout effacé, certain que ça n’intéresserait personne ou que c’était mal écrit. Non pas qu’il ne se soit rien passé aujourd’hui, bien au contraire, mais les mots ne me viennent pas. L’inspiration est quelque chose que j’ai du mal à saisir, j’en ai déjà parlé et reviendrai certainement dessus un bon nombre de fois. Je veux dire, pourquoi tout semble parfois venir tout seul et pourquoi ce soir je suis devant mon clavier depuis 45 minutes et rien ne vient ? Est-ce la musique, suis-je fatigué, est-ce que je n’aime plus écrire, n’ai-je rien à raconter ? Non, bien sûr que non, et pourtant, je ne sais pas. Il faudra sérieusement que je lise un ou l’autre livre sur le sujet, le mécanisme m’échappe. Le pire, c’est que mon manque d’inspiration ne se limite pas au domaine du weblog, mais à tout ce que j’ai entrepris. Mais pourquoi ? Je n’ai pratiquement pas avancé dans mes travaux, mon article sur ego wrappin n’avance pas non plus.

Un professeur nous avait en cours expliqué qu’à certains moments paraît-il, le cerveau, à force de trop travailler, sature complètement. Plus rien ne rentre, plus rien n’en sort. Peut-être qu’il en va de même pour l’inspiration ? Vraiment, ça m’intrigue : /

Hum demain tout le monde part en vacances, j’ai la maison pour moi pour deux semaines. M’est avis qu’au lieu de les passer à faire la fête je ferais bien de me reposer, reprendre un rythme un peu plus normal.