la sélection du moi[s] 1811 – débriefing

Pourquoi avoir choisi tel album et pas un autre ? Ce que j’en attends, et au final, est-ce qu’il m’a plu ou pas ? Alors que pratiquement n’importe quelle chanson peut être écoutée quasiment instantanément sous un format ou sous l’autre sur internet, j’aime m’attarder sur la démarche autour de l’écoute d’un album en tant qu’entité. Jusqu’à présent dans mes sélection du moi[s] je ne parlais que de l’avant, il me semblait juste d’également parler de l’après. L’exercice est loin d’être évident.

Wednesday Campanella – Galapagos. Quand un album balance dés l’ouverture son morceau phare sorti en single, on est souvent soit face à un album extraordinaire, soit un album … dont c’est le seul bon morceau. Kaguyahime (かぐや姫) est un très bon titre, j’aime beaucoup l’ambiance qui y règne et son refrain sorti de nulle part -à l’image de la légende – Mais c’est aussi le seul. La suite est mal construite et bâclée, sans narration ni fil conducteur. 

Utada Hikaru – Hatsukoi (宇多田ヒカル – 初恋) Les trois premiers morceaux sont un regroupement des tubes entendus dans divers drama et publicités. Au moins ici tout s’enchaîne efficacement bien que certains morceaux soient d’un niveau un peu inférieur. Puis vient en fin d’album, alors qu’on est sur le point de lâcher prise, le meilleur morceau de l’album, Yunagi (夕凪 ). Un morceau très lent, tout en douceur, avec un beau texte. A en croire les commentaires sur le site officiel de l’artiste, le morceau fait l’unanimité, même si les ‘je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer dés la première écoute’ sont un brin éxagérés. 

Beck – Colors C’est net et sans bavure, un bon album, mais sans véritable identité. Si je n’en avais pas entendu à répétition deux ou trois morceaux à la radio je serai bien incapable de me souvenir de quoique ce soit. 

Rokuro – Meiso (轆轤- Meiso ). Youssoupha, dans un autre couplet de ‘Viens !’ aurait écrit : ‘Viens on va à Hard Off ! Viens on achète une boîte à rythme ! Viens on appelle not’ pote ‘ricain Myka9. Viens on fait un disque !’ Le reproche est le même que je faisais au rap français quand il a commencé à me gaver il y a 20 ans : n’importe qui s’y met ! Déçu par déjà tant de disques je pars sans doute sur un à-priori, mais ce disque est un des pires de l’année. Quelques sons comme celui sur ushimitsu sont originaux mais les featuring sont trop nombreux, le flow change constamment et que soit ce soit en japonais ou en anglais, ça rappe pour ne rien dire. Je n’ai pas tenu tout l’album. 

The Velvet Underground. En un mot : Surprenant ! Vraiment surprenant. Je m’en suis pris plein les oreilles au point d’avoir à faire une pause au milieu pour digérer et tenter de comprendre ce que je venais d’entendre. En cette fin de 2018 cette fresque psychédélique est encore trop moderne pour moi, alors imaginez lors de sa sortie en 1967. Ou alors je suis tout simplement trop coincé dans mes choix musicaux …

Publicités

selection du moi[s] 1802

DSC_0162 (1)

Rapide passage au Tsutaya du coin pour la première sélection de l’année.

Sheena Ringo Reimport vol.2. Cela faisait un longtemps que je n’avais pas écouté de musique de celle qui caracole pourtant en tête de mon classement last.fm depuis des années. D’ailleurs, il me semble qu’il s’agissait de Reimport vol.1, album regroupant les titres qu’elle a écrit pour d’autres artistes.

Quruli Philarmonic or die. Il a toujours des périodes comme ça où je ressens un pressant besoin d’écouter du Quruli. Les mélodies sont superbes, le timbre de voix à quelque chose d’apaisant. Puis au bout de quelques jours d’écoute intensive, je suis gavé. Et à chaque fois que je ressens à nouveau cette envie, un nouvel album est sorti. Avec un orchestre cette fois-ci ?

deadmau5 4 x 4=12. Je n’aime pas l’EDM. Les titres sont trop courts, les transitions trop rapides et imprévisibles, il n’a y pas cette montée en puissance de la techno d’il y a une dizaine d’années. Après le revival Takkyu Ishino, c’est au tour de deadmau5. Quel bonheur, ces pistes de 5-7 minutes !

Missy Elliot Respect M.E. Je me suis rendu compte dernièrement, en regardant sur youtube des élèves d’une école de danse newyorkaise réputée se déchaîner sur son récent WTF (Where They From) que la dame est indémodable. Dire que le premier titre de l’album, Get ur freak on, qui passait en boucle au Virgin Megastore de San Francisco, a 20 ans !

Solange A seat at the table Mon regard est attiré par ce personnage qui semble me dire ’Ecoutes-moi !’ La location me permet de me laisser aller à quelques folies. Bonne ou mauvaise surprise ?

La sélection du moi(s) [1017]

La chose prêtera à débat, mais pour moi l’âge d’or du rap français s’arrête en 1998. Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas eu de pépites par la suite, mais qu’il a fallu se mettre à creuser pour les trouver. Ces deux décennies j’ai suivi à peu près sérieusement Arkanson, Hocus Pocus et 1995 et apprécié quelques morceaux éparpillés aux beats rafraîchissants, aux textes sans prise de tête et sans égos surdimensionnés. Dans le même style, je suis tombé la semaine dernière sur Léon du groupe belge L’Or du commun. Même 20 ans plus tard, le mot d’ordre est le même : ’Tranquille …’

Le skate a le punk rock, le basket le hip hop et le patin à glace la musique classique. Moi la drum and bass, ça me fait courir comme un dératé, et Take you higher de Wilkinson en particulier. A chaque drop je ne cours plus, je vole, gesticulant les bras et la tête et faisant des tours sur moi-même comme un possédé.

Mes enfants ont la tête dans la lune, ma femme vient de Venus. Tandis que je suis chaque lancement de SpaceX, ai presque pleuré en regardant en direct sur internet les derniers instants de la sonde Cassini-Hyugens et suis abonné à la chaîne éducative de la NASA, elle pourrait rester des heures a regarder le live de la Station spatiale internationale. ’Uchu Kyôdai’ (Space Brothers) est la seule et unique série manga que nous possédions en entier, et la chanson qui suit, qui sert d’opening aux premiers épisodes de l’animé, envoie du rêve elle aussi.

la sélection du moi(s) [0717]

Je reprends cette petite série de sélections musicales, bien pratique quand on est en manque d’inspiration et/ou de temps. Enfin juillet, c’est l’été !

(Le contenu des vidéos n’est pas pris en compte lors de la rédaction du billet)

Bowland & Cameron – Blue Danube

Un Best-of de Bob Marley doit être le seul album de reggae dans ma discographie. Bref, je n’y connais strictement rien ! Chanté, ça passe encore, mais j’ai du mal avec ces interminables et incompréhensibles passages toastés. Le fait qu’au Japon le reggae en général ait depuis quelques années pas mal de succès sans qu’aucun de ses adhérants ne soit en mesure de m’expliquer pourquoi, et qu’au Tsutaya du coin le rayon j-reggae ait envahi deux des trois rayons électro ne fait rien pour arranger les choses.

‘Blue Danube’ est un titre dub instrumental, je suis donc épargné de toute vocifération. L’intro a la flûte à ce quelque chose d’aérien qui me fait penser au ‘Summertime’ d’Herbie Mann découvert en début d’année, et le petit air nonchalant de trompette me trotte dans la tête plusieurs jours durant. Et puis il y surtout la ligne de basse bien grasse qui raccorde les différentes parties. On ne sait plus trop si c’est du jazz ou du reggae en fin de compte …

Quoiqu’il en soit, c’est l’été, je fais mon beauf en voiture, musique à fond, toutes vitres ouvertes – les enfants à l’arrière. C’est un autre ‘Summertime’, celui de Dj Jazzy Jeff & The Fresh Prince : ‘Chillin’ in the car they spent all day waxin’ / Leanin’ to the side but you can’t speed through / Two miles an hour so everybody sees you.’

The Avalanches – Subways

C’est à la fois funk, à la fois house, plutôt agréable non ? Sur l’album ‘Wildflower’, ‘Subways’ est suivi de ‘Going Home’, qui sert de transition à ‘If I was a Folkstar’ et c’est ce dernier titre que je voulais présenter, mais je n’ai pas réussi à trouver de source.

Tim Hecker – Virginal ii

Au Japon, l’été, pour oublier la chaleur une coutume veut qu’a la tombée de la nuit on se raconte entre potes des histoires effrayantes qui vous glacent le sang. Si vous n’avez pas d’amis, écoutez Tim Hecker, l’effet est le même …

La boucle hypnotisante du début qui se répète pendant trois longues minutes, ces sons étranges qui prennent le relais, cette montée en puissance … L’album ‘Virgins’, dans son intégralité est du même acabit. Dérangeant, dérangé, la bande son de votre meilleur thriller. Vous ne trouvez pas qu’il fait frais d’un coup ?

 

P.S. Tout commentaire sera la bienvenue, j’adore parler musique. Je suis aussi disponible sur last.fm.

 

 

‘Ecoutes, Feist-toi plaisir !’

IMG_20170616_134822Quand ai-je écouté un album pour la dernière fois ? Non pas en marchant, en lisant ou même en dessinant, mais au calme. Concentré sur la musique, sur son contenu, sur la signification de chaque mot, de chaque note.

Assis sur un banc d’une terrasse, je tente, donc, d’écouter ‘Pleasures’, le nouvel album de Feist. Je ne sais que faire de mes mains et encore moins ou poser mon regard. Je fixe l’horizon, ferme les yeux de temps a autre. Au bout de 4 titres – aux alentours de ‘Lost Dreams’ je n’y tiens plus ! Je sors un stylo, du papier, et griffonne quelques notes. Ce sera ce qui m’aura amené à reprendre l’écriture de ce blog.

La concentration nécessaire a l’écoute est-elle ce qui rend un concert de musique classique aussi peu accessible ? S’y endort-on épuisé par l’effort et non par l’ennui ? Le temps de penser à tout cela que je suis déjà 3 ou 4 titres plus loin, à ‘The Wind’ plus exactement.

Je me reprends, me concentre à nouveau sur l’album. 15 minutes plus tard – m’est-il donc impossible d’être attentif plus longtemps ? Alors que débute ‘I’m not running away’, je me rends compte que déjà la fin de l’album est imminente. Cela me rend un peu triste et nostalgique, comme un vacancier qui savoure ses derniers instants au bord de quelque plage paradisiaque avant son retour au pays.

Le dernier titre s’est terminé et j’ai enlevé mes écouteurs. Un môme passe derrière moi en criant. Le bruit du trafic en contre-bas. Au loin retentit la sonnerie annonçant la fin des cours. Je reste assis 5 minutes, lessivé.

Cela fait bien longtemps qu’un album ne m’avait pas mis dans un tel état. Au fait, quand ai-je écouté un album pour la dernière fois … ?

Leo Dj Kicks

Qui dit balade en voiture dit musique ! Parce que les comptines et autres chansons pour enfants c’est sympa mais que ca ne s’ecoute pas en boucle pendant des heures, parce que toutes les deux heures, la pause s’impose, je zappe et Leo s’en prend plein les oreilles. Trois titres qui semblent l’avoir marque :

1. Kururi – Akai Densha.

Alors qu’il est question du train rouge ( akai densha ) de la compagnie Keihin qui roule en banlieue de Tokyo, Leo s’est reapproprie la chanson. Les seuls trains qu’il connaisse sont ceux de Nagoya et de ses environs, la Meitetsu ( que je prends d’ailleurs pour me rendre au travail. ) La vue du clip n’a fait qu’empirer les choses …

2. Massive Attack – Black Milk

Je me suis rendu qu’il aimait autant cette chanson que moi quand je l’ai surpris en train d’en fredonner l’entetante ligne de basse, qui donne toute sa dimension au morceau. Quel bon gout !

3. Akhenaton & Faf la Rage – Je danse pas

Que la danse ne fait pas partie des activites favorites, il nous l’a bien fait savoir. Son interet pour cette chanson n’a donc rien de revendicatif. Selon lui, il ( Akhenaton ) a la meme voix que papa ! Vraiment ? J’avoue, je suis ravi …

Bref. Merci Nova !

Quand je sature musicalement, que je ne sais plus trop quoi ecouter, j’adule Nova. Une petite heure d’ecoute suffit generalement pour tomber sur un ( ou plusieurs) morceau(x) coup de coeur/foudre. Morceau qui vous fait decouvrir un artiste, qui vous fait decouvrir un label etc … Ce mois-ci :

David Lemaitre – ‘Megalomania’. L’ete approche …

Hanni El Khatib – ‘Head in the dirt’. Pour le riff tres efficace …

Flume – ‘What you need’. Pour ‘l’effet Porcelain’ ( sur lequel je reviendrai prochainement … )