Tokai City Half Marathon 2019

スクリーンショット 2019-12-09 18.08.30

Dimanche dernier j’ai couru le semi-marathon de la ville de Tokai, ville où nous résidons. Chaque année l’événement est constitué de courses de 10km, 4km et 2km. Les courses de 10km étant beaucoup trop rapides à mon goût je n’y ai jamais pris part, mais cette année à l’occasion des 50 ans de la fondation de la ville a été rajouté un semi-marathon. Je m’y suis inscrit en pensant qu’un mois après Ibigawa, en m’entraînant un minimum la distance ne devrait pas me poser de problème particulier. Le principal intérêt est surtout de courir dans les rues que je parcours au quotidien sans avoir à m’arrêter à chaque foutu feu de croisement tous les 100 mètres. Et quel bonheur de n’être qu’à deux gares du départ de la course ! 

La course part très vite, comme s’il s’agissait d’un 10km. J’ai beau faire attention, je me fais entraîner dans un rythme trop rapide pour moi, autour de 5’/km. Ce n’est guère convenable, mais soyons fous ! Je viens de courir plus de 100km par mois pendant trois mois d’affilée pour la première fois de ma vie et ai même fait des exercices de vitesse à m’écrouler à terre, cela ne peut-être que payant. Alors je m’accroche.

Pour être franc, le parcours est sans grand intérêt et on ne peut pas non plus dire qu’il y ait foule au bord des rues. Après une interminable ligne droite de 5 kilomètres, les coureurs reprennent la même route en sens inverse. Les coureurs se croisent, c’est l’occasion de se divertir en saluant et encourageant les collègues de travail et connaissances qui participent à la course eux aussi. 

Une fois ainsi avoir croisé les derniers de la course je me retrouve seul avec moi-même et la fatigue se fait soudainement sentir, mais je m’efforce de maintenir mon rythme. Je rattrape ceux qui sont partis trop vite, des types me doublent en haletant comme s’ils allaient perdre connaissance dans quelques secondes. Mais pourquoi nous faisons-nous autant de mal ? La légère pente en fin de course est bien plus pénible que lorsque nous l’avons parcourue avec quelques amis coureurs il y a deux semaines de cela. Mais au moins je sais qu’une fois franchie, il n’y a plus qu’une descente puis un plat sur un kilomètre. Je décide de ne pas m’arrêter au dernier ravitaillement. Non pas par prétention, mais pour ne pas avoir à casser mon rythme et faire l’effort mental de me remettre à courir après avoir marché quelques mètres. 

Je finis en faisant la grimace, mais en améliorant de 4 minutes mon record personnel sur la distance alors que ce n’était même pas mon objectif. Je ne suis pu genre à crier ‘No pain, no gain’ sur tous les toits, mais cette année l’entraînement a été largement récompensé. Je dois désormais me reposer un peu, c’est la saison du ski !

スクリーンショット 2019-12-09 18.09.54

Ibigawa Marathon 2019 – débriefing.

img_20191110_071143

Je suis venu à bout du marathon d’Ibigawa et j’améliore mon record personnel de 20 minutes à 4h32. Résultat tout à fait satisfaisant après un blanc de presque trois ans sur l’épreuve reine. Il faut dire que cette fois-ci j’avais un objectif concret : Courir autour de 6’15 au kilomètre  du début à la fin. Au marathon de Nara, de peur de courir à trop vive allure au départ emporté par la foule, j’y étais allé un peu trop doucement et je n’avais pas réussi à trouver mon rythme. J’ai cette fois-ci couru au rythme proclamé, et je m’y suis tenu, ralentissant un peu dans les montées puis accélérant dans les descentes.

Comme on annonçait jusqu’à 20 degrés en après-midi j’ai pris le départ en manches courtes, mais la majeure partie du parcours se déroule en montagnes et qui de plus est en bord de rivière. A l’ombre de l’épaisse forêt en deuxième moitié du parcours (assez épaisse par ailleurs pour complètement détraquer ma montre GPS) j’ai carrément eu froid. Par ailleurs, le paysage était somptueux, bien qu’il soit encore un peu trop tôt pour totalement apprécier le kôyô, le feuillage d’automne.

Au bout d’une quinzaine de kilomètres je me retrouve dans un petit groupe de cinq ou personnes courant au même rythme que moi. Au tant redouté mur des 30 km, bête noire de tout coureur, je les cloue sur place. Alors que tout le monde marche, je trottine. En continuant de la sorte la barre des 4h30 est à ma portée !

Comme je suis resté plutôt calme alors que j’aurai pu m’emballer au vu de la situation (garder mon rythme !) le mur invisible, mais pourtant bien là, dressé devant moi quelques kilomètres plus loin, au 37km exactement, n’en est que plus incompréhensible encore. Mon genoux droit hurle soudain de m’arrêter, ma cheville droite lui fait coeur. Je grimace, je parle tout seul. Je ralentis, mais ne m’arrête pas. Un chic type à côté de moi m’encourage et m’accompagne, nous finissons la course ensemble.

Pendant que je m’étire vaguement, un constat : Lors de ma préparation j’ai gagné en vitesse mais il m’aurait fallu faire une ou deux sorties longues supplémentaires pour pouvoir tenir le rythme jusqu’au bout. Je quitte rapidement les lieux et me rue au onsen le plus proche. L’eau brûlante apaise immédiatement toutes les douleurs possibles et inimaginables. L’endroit est bientôt envahi de coureurs de tout poil. Vainqueurs et perdants, jeunes et vieux. Tous parlent déjà de leur prochaine course.

A un mois d’Ibigawa – Je cours toujours (ça t’intéresse ?) (2)

スクリーンショット 2019-10-17 15.20.31

Nous voici à moins d’un mois du marathon d’Ibigawa. Comme l’année dernière, le mois d’août a été catastrophique. Il fait déjà 30 degrés a 9 heures du matin et à peine moins en pleine nuit. L’été est la seule saison où je ne me plains pas du nombre trop important de conbinis et de distributeurs puisqu’une bouteille de 500ml ne suffit pas ne serait-ce que pour courir 10 malheureux kilomètres. Pour éviter d’avoir a m’arrêter tous les 5 km je me suis acheté un beau sac-à-dos bleu ciel de type trail de la marque Salomon‘Tu pars en excursion ?’ ‘Euh non, je vais juste courir un peu …’

Fin août. Je regarde les retransmissions des courses de l’UTMB sur internet. Si des dingues peuvent parcourir 101km (la CCC), 121 km (la TDS) voire 171 km (l’UTMB) en courant autour du Mont-Blanc sans sommeil, je peux bien me faire violence en me levant à 5 heures du matin et courir 15 km ! Motivé, je finis le mois de septembre en renouvelant mon record de distance parcourue en un mois en ayant même le courage d’alterner sorties longues de plus ou moins 20 kilomètres et sorties courtes à vitesse élevée.

En raison des hasards du calendrier et du dérèglement climatique dû au tristement célèbre typhon Hagibis, la première moitié du mois d’octobre est à nouveau compliquée à gérer. En principe je devais y accomplir une ou deux sorties avoisinant les 30 km puis progressivement diminuer les distances, mais le compteur est bloqué aux alentours des 25 km. Si cette année j’ai gagné en vitesse grâce aux entraînements du club d’athlétisme local au printemps dernier (J’y ai notamment appris que je peux courir vite !), je ne peux pas affirmer avec conviction pouvoir finir ce marathon sans difficultés.

Demain, je pense faire Otagawa-Tokoname le long de la mer, version longue de cette sortie faite en juin dernier. 28km. On annonce de la pluie, au moins je ne crèverai pas de chaud.

‘I got to get away, I want to get away’ (Yeah Yeah Yeah)

ngp0624 - 4ngp0624 - 2ngp0624 - 5ngp0624 - 7ngp0624 - 6ngp0624 - 3ngp0624 - 1

Nous avons failli habiter ici. Lors de sa construction nous avions visité ce bel immeuble situé au bord de mer. La plage, toute proche. Plage artificielle, certes, mais plage quand même. Nous étions à l’époque tous excités rien que d’imaginer ce que nous allions y faire les jours de congés. Promenades à vélo, course à pied, beach-volley et planche-à-voile … 

Il fait déjà très chaud pour cette fin de mois de juin. Je viens exprès jusqu’ici pour courir et profiter de l’air marin, bien moins désagréable que l’air moite de la saison des pluies. Je cours vers le sud en direction de l’aéroport, dont on peut apercevoir la tour de contrôle. C’est l’heure de pointe aux arrivées, toutes les 5 minutes un avion passe à basse altitude le long de la rive sur ma droite, ce qui m’offre un peu de distraction alors que la température grimpe et que les jambes se font lourdes. Au bout de 45 minutes de course je fais le chemin en sens inverse. J’ai maintenant pour divertissement les vols nationaux partant pour Hokkaido. Lorsque le vent souffle du sud vers le nord, après le décollage ceux-ci ont la particularité de faire un grand virage vers l’ouest puis de remonter la baie d’Ise en son centre, procédure qui leur permet de ne pas entrer en collision avec les vols entrants. 

Courir pendant une heure et demie avec le vrombissement incessant des moteurs tout autour de moi m’a ouvert l’appétit – et presque donné le torticolis. Je m’étire vaguement puis décide d’aller prendre quelques photos d’avions à partir d’un spot que j’ai découvert par hasard lors de mon tour d’échauffement. La jetée en béton de 600 mètres qui coupe la baie en angle droit est envahie de tout son long par des pêcheurs à la ligne. Je me fais une place et attends sous le soleil au zénith. L’emplacement est exceptionnel, je suis pratiquement sous l’avion. Malheureusement il y a très peu de vols à cette heure-ci, et quand il y en a ce sont de petits appareils. Je reste un peu sur ma faim, il me faudra venir plus tôt, en matinée. Entre deux vols j’ai eu tout le loisir d’observer diverses sortes de bateaux. Je ne m’étais jamais rendu compte qu’il y en avait de toutes les formes possibles et imaginables.

Les pêcheurs sont absorbés dans leurs pensées. Hormis quelques enfants turbulents ayant perdu patience à force d’attendre que ça morde on n’entend que le bruit des vagues, le piaillement des oiseaux et le bruit sourd des jet-ski, des bateaux et des avions qui quadrillent mer et ciel. Si j’ai toujours beaucoup de difficultés à m’étirer correctement après mes entraînements, ce havre de paix m’a grandement aidé à recharger mes batteries. 

Fuji Marathon Festa 2017 in Fuji Speedway [4]

[1][2][3] Quatrième et dernier épisode.

Après l’effort, le réconfort ! Quoi de mieux pour éviter les courbatures d’après-course qu’un bon bain brûlant ? Ashigara Onsen, situé à 15 minutes de route, est plein à craquer. J’y retrouve mes camarades de course, bien plus détendus qu’il y a de cela quelques heures. Comme les enfants ne sont pas là, je prends tout mon temps et manque de peu de m’évanouir. Dans la salle de repos, je zigzague entre les sacs de sport et les coureurs qui roupillent. Il ne manque plus qu’une bonne bière pour compléter ce tableau de ce qui à ce moment me semble être le paradis sur terre. Mais 3-4 heures de route m’attendent.

Je roule au milieu de la campagne, un peu au hasard, en direction de l’entrée d’autoroute la plus proche. Il ne pleut plus mais d’épais nuages semblent me suivre où que j’aille. ‘Ah !’ Je Mont Fuji, invisible jusqu’alors, montre le bout de son nez sur ma droite. Je m’arrête en fracas sur le bord de la route, et n’ai tout juste le temps que de prendre les trois photos ci-dessous avant qu’il ne disparaisse aussi mystérieusement qu’il est apparu. Je reprends la route en rêvassant : Un jour il faudra que je monte au sommet.

DSC_0990DSC_0987DSC_0993

 

 

Fuji Marathon Festa 2017 in Fuji Speedway [3]

スクリーンショット 2018-01-23 14.39.23

[épisode précédent] 5 minutes avant le départ. Les enragés sont au premier rang et ne tiennent pas en place, sautillant sur place, presque la bave aux lèvres. Je décide de me placer au centre du petit millier de coureurs afin de ne pas partir trop vite, emporté par les coureurs trop rapides, sans pour autant être attardé par ceux qui sont venus faire leur jogging. A regarder les ’T-shirt souvenir’ autour de moi, il semble y avoir dans le coin un engouement certains pour le trail (Takayama, UTMF…) et les courses longues distances (Tsukuba100…). Le type devant moi semble avoir couru le semi de Kisogawa le week-end dernier. Pour ma part j’arbore le maillot de ma boîte, un peu triste de devoir courir seul …

Mon objectif est de finir autour d’1h55, temps plutôt moyen j’en conviens, mais après deux marathons j’ai perdu toute notion de vitesse. Le départ, sur la ligne de départ du circuit, est plutôt silencieux, nous sommes bien loin des acclamations de la foule du marathon de Nara. Je sautille gaiement plus que je ne cours, en saluant des inconnus dans les gradins, ivre de joie.

Je pars lentement, à mon rythme, un tour d’échauffement presque. Le vent souffle fort, le Mont Fuji est complètement caché par d’épais nuages. La montée en fin de circuit est plus raide que je ne le pensais. Dans l’interminable ligne droite des stands, on ne peut s’empêcher d’accélérer l’allure.

Le temps de rêvasser à propos de la vitesse que peuvent atteindre les voitures de course sur ce circuit, de râler à propos du fait qu’il n’y ait pas la moindre nourriture à disposition au ravitaillement et de venir à bout de la montée pour la deuxième fois, qu’un quart du parcours est déjà parcouru. Je me rends compte que je suis parti beaucoup trop lentement ! Sur une course de 5 heures mon retard est facilement rattrapable, mais il ne reste ’plus’ qu’une petite quinzaine de kilomètres. J’accélère dans la ligne droite des stands, fonce dans la descente, cours plusieurs kilomètres aux alentours des 5mn/km en serrant les dents – ce qui ne m’empêche pas d’être cloué sur place par le premier de la course qui vient de me prendre un tour.

Dernier tour : Vent de face, légère pluie. Je tiens le rythme, mais mon accélération me scie les jambes dans la dernière montée, mettant en évidence mon manque flagrant d’entraînement ! Je pique un dernier sprint dans la ligne droite, la langue pendante. 1h58. Mon temps est curieusement médiocre par rapport à mon état avancé d’épuisement. L’aire d’arrivée est pratiquement déserte, personne n’a daigné m’attendre ?! Je retrouve tout le monde en train de se réchauffer autour d’énormes marmites de ‘butajiru’, soupe à base de porc et de légumes, que je déguste à mon tour.

DSCF6611

 

Fuji Marathon Festa 2017 in Fuji Speedway [2]

[Première partie] Je passe sous l’arche ’Bridgestone’ à l’entrée du circuit un peu plus d’une heure avant la course, et l’excitation monte ! Comme il s’agit d’un évènement ’pour toute la famille’ avec des distances allant du 3km au semi-marathon, le parking est déjà bien rempli. J’entends au loin le vrombissement des moteurs et les crissements de pneus. Me serais-je trompé de date ? Je me dirige vers ce qui semble être le bâtiment principal, ce qui m’offre une belle vue sur le circuit, vide, en contre-bas.

DSCF6593DSCF6594

Jusqu’au départ c’est la routine. Récupérer mon dossard, perdre un peu de temps à chercher le vestiaire plutôt mal indiqué, déposer mes bagages au centre toujours tenu par de très sympathiques lycéens et lycéennes du coin (’Good luck !’ me lance l’une d’elles, tout sourire ), puis m’échauffer en me baladant à droite à gauche. On trouve les habituels stands de bouffe locale de type B-gourmet, sur une scène improvisée des jeunes chantent un tube à la mode, trois voitures de course sont exposées. La température étant plutôt basse il n’y a pas grand monde, mais l’ambiance est bon-enfant, les gens sont aimables et je ne me vois pas harcelé de questions. J’assiste en tant que spectateur au départ du 10km. Certains coureurs sont déguisés, d’autres partent en trombe telle une Formule 1. Tout cela me semble très amusant !

DSCF6607

DSCF6601