Archive for the ‘bébé’ Category

h1

Méfiez vous des brunes !

novembre 26, 2010

Léo est amoureux ! La simple évocation du nom de sa douce le met dans tous ses états. Il sursaute, comme s’il se sentait coupable d’avoir oublié ne serait-ce qu’un instant son éxistence. Les yeux presque en larmes il part alors à sa recherche, fouille en scandant son nom le moindre recoin de cette trop grande maison. ‘Jackiiiiiie’ !

Les retrouvailles sont des plus émouvantes. Léo prend Jackie dans ses bras et la fait tourner dans les airs plusieurs fois. Il la sert très fort en répétant son nom encore et encore. Le soir venu, dormir sans Jackie à ses côté lui semble inconcevable. Il faut les voir, dormir enlacés, pour comprendre que ces deux là s’aiment.

Nous, on est un peu jaloux et inquiets. Tout ce vacarme, ce tapage alors que je suis quasiment ignoré quand je pars au travail ? Léo ne va-t-il pas d’ici quelques temps nous dire, déterminé, que ça y est, c’est décidé, il nous quitte pour emménager avec elle ? Nous voir arraché notre fils chéri par une nounours en pyjama …

Publicités
h1

Léo parleur.

novembre 17, 2009

Léo parle. Dans quelle langue, on ne sait pas encore, mais il parle. Pour l’instant, il parle tout seul. Avec ma joyeuse compagnonne, nous en sommes encore en phase d’apprentissage. On étudie, on répète après lui. Parfois, il s’énerve, frappe des poings sur la table. Notre manque d’assiduité le met dans tous ses états. Son regard dans ces moments là est universellement compréhensible : ‘Qui m’a fichu des parents pareils ?’. Il fond ensuite généralement en larmes, désespéré.

Pour ce qui est de l’éducation de la langue donc, ce n’est pas encore tout à fait au point – comme le montre le ridicule titre de ce post.

h1

‘write my name, write my name’

octobre 8, 2009

C’est pas le tout de lui avoir trouvé un nom, encore faut-il attribuer au nom Léo une retranscription écrite. En fait nous aurions très bien pu nous contenter de le retranscrire en caractères dits katakanas, qui servent à écrire les noms et mots d’origine étrangère. Cependant, comme il semblerait que les idéogrammes soient fascinants au point que certaines personnes soient prêtes a se faire tatouer des idéogrammes aux significations obscures un peu partout sur le corps, autant ne pas se priver.

La recherche de l’écriture idéale est un véritable casse-tête régi par des lois que les japonais eux-même ne saississent pas tout à fait si j’en juge par le nombre incalculable de manuels et de sites internet sur le sujet : Une sombre histoire d’idéogrammes porte-malheur, de nombre de traits et de noms pouvant facilement faire l’objet de surnoms parfois difficiles à porter.

Les plus fainéants pourront charger un voyant de s’en occuper. Ne même pas être capable de décider du nom de son enfant soi-même, ça promet pour la suite, mais les parents sont soulagés et le voyant empoche, tout le monde est content.

Nous, à l’ancienne, on a sorti nos dictionnaires et passé en revue la signification de tous les idéogrammes qui se lisent re(i) et o. Il a fallu laisser de côté les combinaisons jolies graphiquement mais dont la lecture pouvait prêter à confusion ( le caractère ‘bruit, son’ qui se lit ‘on’, ce qui nous aurait donné Léon, par exemple ). Les caractères intraçables avant l’âge de 15 ans vu leur complexité, mais aussi les caractères au(x) double(s) sens caché(s). Au final, ne restait plus qu’à savoir si nous voulions faire de Léo un homme [雄] ‘de sagesse’ [怜] ou ‘qui fait un bruit mélodieux’ [玲]. Comme je fais déjà bien assez de bruit à moi tout seul, et ce même au repos, ( paraît-il que je ronfle ), ce fût rapidement décidé.

h1

‘Call my name, call my name’

juillet 26, 2009

Dupont Akira, Bintener Hiroshi ou pourquoi pas même Müller Naruto ? Vous regardez trop la télé – japonaise, bonsoir.

Le choix du prénom fût compliqué. Mon nom de famille ayant presque une sonorité japonaise, un prénom typiquement japonais comme ceux sus-cités passe évidemment sans problème au Japon, mais aura une connotation ‘fan de manga’ en Europe. Un prénom typiquement francophone est pratique au pays mais sera imprononçable pour la moitié des japonais. Le principal problème consistait donc à savoir où serait éduqué notre petite tête blonde bridée.

Comme dans la vie on ne fait pas toujours ce que l’on veut et que tout ne se passe pas toujours comme on le souhaite, on a pris un raccourci en préférant trouver un nom qui serait utilisable dans les deux cas. Un truc court, facile à prononcer. Pour les prénoms de filles il y a l’embarras du choix. Pour les garçons, en un mois de recherches on n’a réussi à trouver comme candidats potentiels que Léo, Lucas et Kyle.

A vrai dire on n’a pas cherché bien longtemps puisque Léo a rapidement fait l’unanimité ( deux voix contre zéro ), aidé du fait que Lucas nous ait été piqué par un compatriote luxembourgeois au Japon et que Kyle soit influencé South Park et de l’inconnu génie électro Kyle Bobby Dunn. Tant d’efforts afin d’éviter de faire otaku pour finalement lui donner une image sous-culture rebelle ? Bof.

Léo, c’est mignon, c’est court, ça se prononce pareil en français et en japonais. Puis surtout, ça lui va bien.

h1

Le cd officiel de la paix dans le monde.

juillet 8, 2009

L’autre jour nous est parvenu un colis de la part d’une copine à Keiko. Celui-ci contenait divers cds pour enfants, dont un mystérieux cd intitulé ‘ho-ra, nakiyanda !’ ( ‘tiens, il s’est arrêté de pleurer !’ ), une série de 12 chansons compilées par des docteurs mélomanes, qui auraient le pouvoir de réussir à faire s’arrêter de pleurer tout enfant, mieux, de l’aider à s’endormir d’un profond sommeil.

Foutaises ! Je connais ces trucs-là, c’est du même acabit que les formules miracles pour maigrir, les produits pour enlever les taches sur votre tapis irrécupérable ou encore les réformes économiques du père Asô. Tout le monde en dit beaucoup de bien, mais personne n’en a encore jamais vu des résultats probants.

Ce que j’avais oublié, c’est que la copine en question a une fille de deux ans qui court le 100 mètres en 15 secondes, fait le poirier sur sa chaise au lieu de s’asseoir dessus et saute à pieds joints dans toute flaque d’eau qui passe sous son nez. Je m’en suis occupé une fois pendant une après-midi. Le lendemain j’avais des courbatures de partout.

3h de l’après-midi, il fait chaud et humide. Léo est en pleurs depuis près d’une demie-heure, tout son corps d’un joli rouge tomate. J’ai peur de voir débarquer la police appelé par quelque voisin inquiet de voir cet enfant pleurer autant. Je suis tout seul et j’ai déjà tout essayé – sauf la violence et l’allaitement. Tout, sauf le fameux cd. J’insère le peut-être futur Graal dans la chaîne sans trop y croire. Les premières mesures laissent entendre un battement de coeur régulier, soi-disant apaisant pour le bébé. Commence une version ultra-soft de ‘quand on prie la bonne étoile’ agrementée de sons de cloches et de douces nappes de synthés. Une minute s’écoule, Léo s’arrête de pleurer. Une minute plus tard il commence à s’assoupir. Après trois minutes, il dort paisiblement. Et moi aussi.

h1

Né !

juillet 2, 2009

Léo est né. Le 13 juin, autour de midi. 2800g et des poussières. Il se porte fort bien, surtout quand c’est nous qui le portons. Il est règlé comme une montre suisse made in China, se réveille toutes les trois heures, parfois quatre quand nous avons de la chance. Il ne fait que roupiller et manger toute le journée, comme son père. Fait d’inimitables grimaces, serre très fort de ses minuscules mains tout ce qui passe à sa portée. Nous tire la langue, éternue fréquemment. Fait de grands gestes qui laissent présager un grand chef d’orchestre. Il nous est parfois difficile de distinguer s’il rigole, pleure, ou tente de nous dire quelque chose, mais quoiqu’il fasse, il est adorable.

h1

Le monde appartient à ceux qui se lèvent, tout court.

mai 5, 2009

Je vois venir ceux qui me connaissent – et ils sont la bienvenue.

‘Mahl, qu’est-ce que c’est que ces bêtises ? 10 ans durant tu t’es réveillé chaque dimanche à midi après être rentré à 4h du mat’. Un jour d’été ’98 tu étais tellement décalé qu’alors qu’il était 5h de l’après-midi tu as dit le plus sérieusement du monde ‘les cinémas sont ouverts le matin maintenant ?’, et tu viens nous pondre un post genre top-santé ? Mahl, reviens, tu te fais du mal !’

Me traîner jusqu’à la gare, lutter pour trouver une place assise et m’endormir avant même que le train n’ait démarré. M’écrouler devant la télé et dormir du sommeil du juste. M’assoupir dans le bain. Incapable de lire ou d’écrire quelque chose plus de dix minutes sans bailler à m’en décrocher la mâchoire. Cela ne pouvait plus durer, sans compter qu’avec la naissance toute proche du petit, il fallait entreprendre quelque chose si je ne voulais pas passer pour un odieux père paresseux.

J’ai longtemps rejeté la faute sur mes horaires, qui m’obligeaient à dormir 4 heures par nuit 3 nuits de suite puis 10 heures la nuit suivante, pour récupérer. Avec un rythme pareil, le corps ne sait plus trop où il en est. A 20 ans, passe encore, mais dans mon état avancé de décrépitude …

Nous avons profité du fait qu’avril soit le mois du re-nouveau pour nous faire violence et nous lever chaque matin à 7h01, et ce qu’il pleuve, qu’il neige, que je sois de service le soir ou en congé. A l’heure où nous nous levions habituellement il y a de cela deux mois à peine, ménage et lavages sont déjà faits, ma joyeuse compagnonne s’est mise au jardinage et de mon côté je me suis relancé dans l’étude du coréen en utilisant cette fois les cours de la NHK à la radio, qui m’étaient jusqu’ici inaccessibles puisque diffusés en plein milieu de la nuit, à 7h15.

Promis, je reviens au pays une fois que je me serai mis au yoga, serai devenu végétarien et écrit un livre sur le bien-être au Japon.