‘I got to get away, I want to get away’ (Yeah Yeah Yeah)

ngp0624 - 4ngp0624 - 2ngp0624 - 5ngp0624 - 7ngp0624 - 6ngp0624 - 3ngp0624 - 1

Nous avons failli habiter ici. Lors de sa construction nous avions visité ce bel immeuble situé au bord de mer. La plage, toute proche. Plage artificielle, certes, mais plage quand même. Nous étions à l’époque tous excités rien que d’imaginer ce que nous allions y faire les jours de congés. Promenades à vélo, course à pied, beach-volley et planche-à-voile … 

Il fait déjà très chaud pour cette fin de mois de juin. Je viens exprès jusqu’ici pour courir et profiter de l’air marin, bien moins désagréable que l’air moite de la saison des pluies. Je cours vers le sud en direction de l’aéroport, dont on peut apercevoir la tour de contrôle. C’est l’heure de pointe aux arrivées, toutes les 5 minutes un avion passe à basse altitude le long de la rive sur ma droite, ce qui m’offre un peu de distraction alors que la température grimpe et que les jambes se font lourdes. Au bout de 45 minutes de course je fais le chemin en sens inverse. J’ai maintenant pour divertissement les vols nationaux partant pour Hokkaido. Lorsque le vent souffle du sud vers le nord, après le décollage ceux-ci ont la particularité de faire un grand virage vers l’ouest puis de remonter la baie d’Ise en son centre, procédure qui leur permet de ne pas entrer en collision avec les vols entrants. 

Courir pendant une heure et demie avec le vrombissement incessant des moteurs tout autour de moi m’a ouvert l’appétit – et presque donné le torticolis. Je m’étire vaguement puis décide d’aller prendre quelques photos d’avions à partir d’un spot que j’ai découvert par hasard lors de mon tour d’échauffement. La jetée en béton de 600 mètres qui coupe la baie en angle droit est envahie de tout son long par des pêcheurs à la ligne. Je me fais une place et attends sous le soleil au zénith. L’emplacement est exceptionnel, je suis pratiquement sous l’avion. Malheureusement il y a très peu de vols à cette heure-ci, et quand il y en a ce sont de petits appareils. Je reste un peu sur ma faim, il me faudra venir plus tôt, en matinée. Entre deux vols j’ai eu tout le loisir d’observer diverses sortes de bateaux. Je ne m’étais jamais rendu compte qu’il y en avait de toutes les formes possibles et imaginables.

Les pêcheurs sont absorbés dans leurs pensées. Hormis quelques enfants turbulents ayant perdu patience à force d’attendre que ça morde on n’entend que le bruit des vagues, le piaillement des oiseaux et le bruit sourd des jet-ski, des bateaux et des avions qui quadrillent mer et ciel. Si j’ai toujours beaucoup de difficultés à m’étirer correctement après mes entraînements, ce havre de paix m’a grandement aidé à recharger mes batteries. 

Publicités

Flying Honu – ‘Tout ce qui a deux ailes me fait planer’ (7)

ANA380 - 1 (1)

ANA380 - 3 (1)

ANA380 - 4 (1)

ANA380 - 5 (1)

ANA380 - 6 (1)

ANA380 - 7 (1)

Hawaii étant la destination préférée des japonais pour leurs vacances, lignes et vols en direction de Honolulu sont saturés. Pour résoudre ce problème, la compagnie privée japonaise ANA (All Nippon Airways) va doubler le nombre potentiel de passagers par vol sur cette ligne en introduisant dans sa flotte le colossal A380 à partir du 24 mai prochain. 

Outre sa configuration cabine spécifiquement conçue pour cette ligne, la principale particularité de cette flotte est qu’elle porte la livrée Flying Honu dédiée à la tortue de mer de Hawaii, en trois couleurs : bleu, vert, et orange. Dans le cadre d’une série de vols tests, la première livrée bleue est passée à Nagoya. Après avoir l’avoir traqué deux jours durant sur Flightradar, j’ai fini par réussir à mettre l’animal en boîte lors de son atterrissage en fin de soirée.

Il est très peu probable que je prenne ce vol, et en principe les trois appareils seront basés à l’aéroport de Narita. Les A380 ne seront plus produits à partir de 2021 et aucune autre compagnie japonaise n’en a passé commande. C’était peut-être bien la première, mais aussi la dernière fois que je verrai la petite famille nager dans le ciel de Nagoya.

‘Tout ce qui a deux ailes me fait planer’ (6) @ Centrair (NGO)

dsc_0015dsc_0029dsc_0053dsc_0086dsc_0065

A force de contempler les magnifiques photos de Luke Ozawa et autres Charlie Furusho, j’ai décidé que cette année j’allais m’appliquer un peu et faire les choses sérieusement. Délaisser un peu les gros plans faciles intéressants pour les fanatiques, mais moins pour … la famille, entre autre.

J’ai donc pris position en fin de matinée bien loin de mon Sky Deck habituel, en bord de mer en ce froid matin pour une première tentative. La piste étant cachée par les bâtiments je pensais utiliser Flightradar pour au moins connaître l’ordre d’arrivée et de départ des appareils, mais la batterie de mon smartphone me lâche au bout de 10 minutes sans explications. Soit, à l’ancienne alors ! Après tout je connais les horaires départs internationaux pratiquement par coeur. Il y a beaucoup de vent, même les long courriers n’utilisent pas toute la piste et apparaissent soudain au dessus des hangars là où on ne les attend pas. Avec les bourrasques, difficile de prendre une photo sans que l’horizon ne soit plus ou moins incliné. Voilà donc pourquoi Ozawa expliquait qu’il est indispensable d’utiliser un trépied et d’attendre que l’avion entre dans le cadre, au lieu de le chasser …

Je me bats ainsi une heure durant avec le vent, le matériel et mon incompétence. Le résultat est plutôt médiocre, mais je me suis beaucoup amusé. Il faudra également que j’apprenne à retoucher mes photos. A suivre, donc.

‘Tout ce qui a deux ailes me fait planer’ (5) @ Beijing (PEK)

DSC_0361 (1)

DSC_0388 (1)
DSC_0724 (1)

DSC_0735 (1)

DSC_0353 (1)

Nous sommes rentrés au pays pour les fêtes de Pâques. Je connais désormais le terminal 3 de l’aéroport international de Pékin comme ma poche après un transfert de 10 heures à l’aller et au retour. Si les enfants ont dormi pendant la plupart du vol et du transfert, je n’en ai pour ma part pas raté une miette, émerveillé tel un gosse qui va pour la première fois à Disneyland. Rester calme ? Ici, quand un déjà rarissime B747 aux couleurs de la Skyteam quitte son bloc, c’est un monstrueux A380 d’Emirates qui y fait son apparition 15 minutes plus tard !

‘Tout ce qui a deux ailes me fait planer’ (4) Premier A350 à NGO

Un client m’a raconté que chaque année au Nouvel An il venait à l’aéroport. Voir les avions décoller avec légèreté puis prendre de l’altitude dans le ciel bleu sans nuages, m’a-t-il expliqué, est pour lui la meilleure façon de commencer l’année d’une manière positive, ou ‘sur une courbe ascendante’ selon ses mots. Puisque c’est de bonne augure, je me permets donc t’entamer cette nouvelle année avec un billet sur l’aviation.

Le 29 décembre dernier, un Airbus 350 a atterri pour la première fois à Nagoya. Le dernier né d’Airbus ne compte encore qu’autour de 150 exemplaires, détenus par une douzaine de compagnies aériennes. Principalement utilisé sur les vols long-courrier reliant l’Asie à l’Europe, au Japon on peut l’apercevoir depuis quelques mois à l’aéroport d’Osaka ou Tokyo (Haneda), et j’attendais avec beaucoup d’impatience sa première venue à Nagoya.

Et manifestement, je n’étais pas le seul. Par rapport aux aéroports cités plus haut nous nous sentons toujours un peu délaissés en terme de nouveautés. Même s’il s’agit à chaque fois surtout d’un coup de marketing et qu’il faut ’comparer ce qui est comparable’, lire il y a de cela quelques mois que l’A350 de Lufthansa desservira l’Osaka (KIX)-Francfort dans le Journal de l’aviation m’avait rendu plus jaloux que nécessaire. Il ne faut donc pas s’étonner, malgré le froid, de voir les plus téméraires aux aguets à partir de 6h du matin pour assister au spectaculaire ‘water salute’ de l’A350 de Vietnam Airlines lors de son arrivée vers 6h30.

Le départ est prévu à 10:30, ce qui est déjà beaucoup plus abordable. La concurrence n’en est que plus rude, ça bataille pour prendre position. Comme c’est la première fois qu’il part de cet aéroport, difficile de prévoir à quel endroit de la piste il va décoller. Tout le monde se place vers le nord, laissant présager une longue glissade tout le long de la piste qui nous laisserait profiter de la svelte silhouette de l’appareil. N’étant pas de nature à me battre, je me place tranquillement au sud, et converse avec un agréable monsieur dans la soixantaine, ’pacifiste’ lui aussi, qui distribue ses magnifiques photos d’avions aux enfants alentours.

Bientôt, la vedette du jour quitte son spot et se place en bout de piste, s’arrête un instant puis démarre. ’Bien qu’à bloc, les moteurs sont silencieux !’, ’le reflet du soleil sur la carlingue va nous pourrir nos photos ?’ sont les deux seules pensées qui me traversent l’esprit avant que l’engin ne décolle contre toute attente dans le premier tiers de la piste malgré le peu de vent.

‘Ils l’ont fait exprès ?’ est la question que tout le monde se pose. Certains râlent devant ce comportement de petit jeune insolent, je suis plutôt amusé. Les enfants s’en moquent éperdument. Les avions, les aéroports, les gens qui y viennent … quel monde formidable !

DSC_0051

DSC_0001

DSC_0063

DSC_0118

DSC_0123

‘Tout ce qui a deux ailes me fait planer’ (3) @ Matsumoto

DSC_0968

DSC_0974

DSC_1003

DSC_1025

Comme nous nous baladions près de Matsumoto, chef-lieu de la préfecture de Nagano, j’ai prétexté sur un coup de tête vouloir faire un peu d’espionnage chez la concurrence pour traîner toute la famille à l’aéroport de Matsumoto, Shinshu Matsumoto Airport.

Aéroport construit en 1965 possédant une seule piste de 2,000m (18/36), il est l’aéroport situé le plus haut du Japon à 657m. Matsumoto ne compte que trois vols quotidiens, un vers Hokkaido (Sapporo), deux vers Kyushu (Fukuoka), desservis par la compagnie ’Fuji Dream Airlines’ (FDA) qui m’est bien familière puisque ses avions passent régulièrement juste au dessus de notre maison. Elle est surtout connue pour sa flotte dont chaque engin possède une couleur différente – et une maquette du huitième modèle, vert pomme, trône sur mon bureau si vous jetez un oeil au billet précédent.

Quand nous arrivons, le dernier vol du jour est sur le point de prendre le départ. Je me gare en catastrophe, me rue à l’intérieur du bâtiment et suis tout de suite séduit par la petitesse de l’endroit qui me rappelle le minuscule aéroport de Luxembourg de mon enfance, avant sa rénovation. Je monte l’escalier qui me mène à l’étage en hurlant comme un gosse, tout heureux qu’il y ait un balcon d’où je vais pouvoir prendre quelques photos.

Les arbres qui commencent à prendre les couleurs de l’automne, le soleil qui se couche, le rose de l’appareil, les montagnes au loin lors du décollage. C’était très différent de mes sessions photos habituelles, il me tarde d’avoir assez de temps et de ressources pour prendre des photos des 95 autres aéroport de l’archipel …

 

 

Tout ce qui a deux ailes me fait planer (2)

Je suis dehors à 7h pour l’ouverture du Sky Deck après une nuit très calme. Il fait déjà 27 degrés mais il souffle un agréable vent frais, qui contrairement à ma séance précédente, souffle du nord au sud. Cela me permet de prendre mes photos sous un angle différent et m’évite d’être à contre-jour sur les décollages au fur et à mesure que le soleil monte dans le ciel.

A part moi je compte une dizaine de photographes. L’un d’eux, particulièrement acharné, commence à déballer sa valise et à monter trois appareils. Une fois son gigantesque télé-objectif monté, le plus gros fait la longueur de mon bras. Casque sur les oreilles, antenne qui dépasse de la poche de sa veste, il écoute certainement les échanges entre le pilote et la tour de contrôle.

DSC_1269

DSC_1075

DSC_1110

DSC_1188

Je retrouve le Flower Jet de la session précédente. Les inverseurs de poussée à la verticale du jet privé Gulfstream G450 me fascinent, c’est la première fois que j’en vois de la sorte. Le temps de rêvasser à propos des avantages d’un tel procédé que le A320 d’Uzbekistan Airways est en bout de piste. La compagnie effectue quelques vols charters vers Guam en été. Tashkent, Urgench … rien que le nom des villes desservies offre un dépaysement total. Entre-temps le vent s’est fait plus fort, le Bombardier d’ANA décolle instantanément, je peux distinguer la tête du pilote qui est juste à ma hauteur.

Je compte maintenant autour de 30 personnes autour de moi. A les voir tous sortir leur attirail et vérifier leur smartphone toutes les deux minutes, il ne fait nulle doute qu’ils attendent comme moi la venue du Dreamlifter.

DSC_1125

Pour transporter les différentes pièces de ses avions construits un peu partout dans le monde, Airbus a ses Beluga, et Boeing ses Dreamlifter. Il n’existe que quatre Dreamlifter, mais ils viennent fréquemment à Nagoya, de nombreux sous-traitants étant localisés dans le coin. Néanmoins, la drôle de forme et la taille de l’engin, le boucan produit par ses quatre moteurs et l’irrégularité des allers et venues font de chaque visite un évènement.

DSC_1272

Plus que satisfait, je décide de quitter les lieux, la chaleur et la fatigue ont raison de moi. Tandis que le 787 de Japan Airlines en partance pour Narita quitte son spot, celui provenant de Bangkok atterrit et les deux appareils viennent s’aligner dans mon cadre. La probabilité que cela se reproduise est quasiment nulle. Je jubile !