‘Si proche et pourtant si lointaine Osaka’ (2)

kix - 1kix - 2kix - 3kix - 4kix - 5kix - 6

Je saurai à l’avenir qu’Osaka est une ville où une voiture ne sert à rien. J’avais en tête de prendre le repas du soir dans les environs du parc d’attraction Universal Studio Japan, mais impossible de trouver la moindre place de parking. Après avoir fait trois fois le tour du parc nous abandonnons et mangerons au final dans un family-restaurant quelconque.  Cela n’a pas grand chose à voir avec notre séjour, mais je suis très impressionné par le nombre et l’immensité des hangars des compagnies de transport et de logistique, et encore plus par une curieuse construction aux couleurs et aux formes d’un rare mauvais goût. J’apprendrais plus tard après recherche qu’il s’agit du Maishima Incineration Plant , une usine d’incinération, et non pas du temple d’un gourou de quelque secte.

L’hôtel où nous logeons est doté d’une large terrasse d’où l’on peut contempler, de l’autre côté de la baie d’Osaka, les lumières de la ville de Kobe. On peut distinctement apercevoir le quartier de Nada et ses lumières qui grimpent jusqu’au milieu du Mont Rokko, qui surplombe la ville. Je dois avoir quelque part une vue nocturne prise à partir du sommet. J’aime assez l’idée de me retrouver à l’endroit que j’avais pris en photo ultérieurement, comme c’était déjà le cas à Yokkaichi. Il y a certainement là une thématique à développer. Le lendemain matin, la lumière douce du soleil donne un toute autre impression.

L’aquarium vu la veille était très intéressant, mais la visite à l’Aéroport International d’Osaka (KIX) est pour moi le principal événement de notre séjour. Le passage d’un gigantesque A380 de Thai Airways juste au-dessus de nous alors que nous traversons en voiture l’interminable pont qui mène à l’aéroport est de bonne augure. Aujourd’hui, un léger vent souffle de l’est vers l’ouest. Les avions prennent leur élan sur la piste 24R (3,500m), décollent aux trois quarts de la piste et passent à basse altitude à une centaine de mètres du dernier étage du KIX Observation Hall Sky View, où nous avons pris position.

Outre le deck d’observation, le bâtiment abrite le Sky Museum, un musée autour de l’aviation et des métiers qui y sont liés, le Sky Shop Town, où le geek d’aviation trouvera son bonheur, ainsi que ‘The Legend of CONCORDE‘, un restaurant où l’on peut manger des plateaux-repas de compagnies aériennes diverses, comme à bord des avions. Nous nous sommes aperçus en sortant, mais c’était en fait le dernier jour d’ouverture du restaurant avant sa fermeture définitive. D’ailleurs dans l’ensemble le bâtiment est plutôt vieillot et les installations pas toujours mises à jour. Le fait qu’il faille prendre une navette à partir du Terminal 1 pour s’y rendre rend l’accès compliqué, ce qui explique pourquoi il n’y a pas grand monde alors que nous sommes dimanche.

Pour moi qui viens ‘de la campagne’, la taille de l’aéroport, ses mouvements incessants, la variété des compagnies aeriennes et des appareils me fascine. KIX est la base de la compagnie Peach et ses avions rose-bonbon, que je vois pour la première fois. Un B777 de China Southern, un B787 de KLM, j’ai même la chance de voir pendant sa séance d’entraînement le premier B787 de ZIPAIR, la compagnie low-cost moyen-courrier détenue par Japan Airlines. Je guette toute l’après-midi un MD-11 de FedEx parqué tout au loin, mais il ne décollera pas. Malheureusement, nous en sommes en plein contre-jour, les photos prises ce jour-là ne me satisferont pas vraiment. Je suis excité comme un gosse qui voit un avion pour la première fois, et comme tel, je fais mon grincheux quand il faut quitter les lieux.

Patterns, bridges, and … (Nagoya, Minato-ku)

lala-3lala-14lala-18lala-6lala-1

J’ai Burial et son ‘Tunes 2011-2019’ dans les oreilles. J’aime fréquenter un lieu qui m’est inconnu en écoutant un album pour la première fois. J’y laisse une sorte d’empreinte sonore, les morceaux marquants me remémoreront un endroit précis, ou à l’inverse un endroit me rappellera tel ou tel morceau. Tandis que les morceaux du premier des deux cd s’enchaînent, je suis content de retrouver le côte énigmatique, vaporeux et fantômatique d’Untrue, réécouté quelques jours plus tôt en guise d’apéro. J’ai également récemment relu en diagonale Blame! de Tsutomu Nihei en tombant par hasard dessus au Book-Off du coin dans sa réédition au format A4. J’avais acheté le dernier Burial il y a de cela quelques mois, il me fallait un contexte adéquat pour l’écouter et pouvoir l’apprécier. Après cette relecture, je m’étais dit qu’il serait intéressant de retrouver dans la vraie vie quelques bâtiments qui pourraient, même de très loin, faire penser aux gigantesques constructions qui parsèment l’oeuvre avec Burial en fond sonore – en plein jour, pour éviter d’être inutilement effrayé.

La compagnie de gas TOHO GAS, qui alimente en gas la région de Tokai, a rasé il y a quelques années une surface de 31 hectares pour la réaménager en ‘ville dans la ville environnementalo-consciente et économique en énergie’. En ce froid après-midi de janvier je me balade seul autour du ‘centre-ville’, le complexe commercial Lalaport NAGOYA Minato AQULS qui a ouvert quelque part fin 2018. Pour être franc je ne vois pas en quoi l’endroit diffère des autres villes-commerce qui poussent comme des champignons dans la région – Aeon Mall à Minami Odaka, Hill’s Walk à Narumi entre autre et ce rien que dans un rayon de 10 kilomètres. Les gens affluent vers les métropoles, et Nagoya s’élargit encore et encore. Comme la région sud-est de Nagoya il y a 10 ans (Odaka) puis la région nord est de Nagoya il y a 5 ans (Nagakute), c’est maintenant autour du port de Nagoya que viendront s’entasser les gens quand tout les immeubles seront élevés.

TOHO GAS semble s’être amusé à parsemer batiments, immeubles et parkings d’un motif en damier de couleur gris, brun et beige. Je suis a peu près certain de l’avoir vu dépeint sur les murs d’un énorme hangar de la firme dans la péninsule de Chita, mais dans des teints bleus et blanc. Afin d’éviter sans doute les embouteillages que provoquent toujours ce genre de complexe commerciaux, de larges routes le traversent ou font le tour de celui-ci. Le terme complexe commercial porte bien son nom. Passerelles et ponts, partent dans toutes les directions dans des inclinaisons variées comme sur la dernière photo. On monte, on descend sans trop savoir à quel étage l’on se trouve. Quand on y regarde de plus près, même les ombres semblent s’y perdre.

Quatre vues du Mont Fuji – Nihondaira, Shizuoka-shi

fuji - 1

fuji - 2

fuji - 3

fuji+ - 1

Chaque année on peut voir reportages et articles de personnes qui grimpent au sommet du Mont Fuji ou encore prennent l’avion pour le voir pointer le bout de son nez à travers une mer de nuages au premier lever de soleil de l’année. Les années passent, et sans en faire autant, voir le Mont-Fuji reste toujours un événement … ou tient même du miracle, au vu de ma solide réputation d’homme-pluie. Keiko a probablement raison quand elle affirme que le Mont Fuji, le vrai, le plus beau, ne peut être observé qu’en hiver, lorsqu’il est recouvert de neige.

A la fermeture du Shizuoka Municipal Nihondaira Zoo, où nous avons passé une très agréable après-midi, le soleil commence à se coucher. Nihondaira … En dehors du Nihondaira Ropeway, il y avait un endroit où je m’étais dit qu’il fallait absolument me rendre si nous passions dans le coin sans être capable de me rappeler duquel, jusqu’à ce que je tombe sur un panneau indiquant les sites touristiques des environs. ‘Montez vite, on y va !’ Je trace à travers le centre Shizuoka, le Mont Fuji surgit en plein milieu de la route, sublime déjà, à la sortie d’un virage.

Quand nous arrivons à Nihondaira Yume Terrace, il fait déjà sombre. Le bâtiment, qui apparaît vaguement à droite sur la dernière photo, a été construit par le célèbre bureau d’architectes Kengo Kuma & Associates et inauguré il y a un peu plus d’un an. Constitué d’une tour principale en bois de forme octogonale et aux grandes baies vitrées, cette oeuvre d’art vaut le détour à elle même. Mais nous sommes surtout venus pour déguster la superbe vue qui s’offre à nous du haut de la terrasse et de la passerelle surélevée, de forme octogonale également, qui en font le tour.

Au fur et à mesure que le ciel d’obscurcit, outre le Mont Fuji, majestueux comme jamais, ont peut apercevoir en contre-bas les lumières du port de Shizuoka à l’est, celles de la ville de Shizuoka et l’autoroute qui serpente jusqu’au loin au nord, et la mer, noire comme l’encre, au sud. Je lutte du mieux que je peux avec mon appareil, grognant de ne pas avoir pris mon trépied, puis baisse les armes pour savourer la vue. Le froid glacial nous tire bien vite de nos rêvasseries. Il faudra revenir.

‘Si proche et pourtant si lointaine Osaka’ (1)

xmas24 - 2

xmas24 - 3

xmas24 - 4

xmas24 - 5

Si des villes du Kansai j’aime beaucoup Nara et Kobe, j’ai toujours eu quelques difficultés avec Osaka. Son étroitesse me rend claustrophobe, ses gares où l’on ne retrouve jamais son chemin me rendent fou, ses habitants qui ne peuvent s’empêcher de vous adresser la parole comme le ferait un ami de longue date m’épuisent. Mais Louis veut prendre sa revanche sur Himakajima et s’empiffrer de takoyaki (que de lieux communs dans cet article…) Léo veut aller faire un tour à l’Aéroport International du Kansai (KIX). Soit !

KAIYUKAN (海遊館), l’aquarium d’Osaka sera notre première étape. Une fois entré au premier étage de l’imposant bâtiment à la forme particulière, on monte un long escalator jusqu’au neuvième étage. Après avoir traversé différents bassins aux thèmes divers on débouche sur un gigantesque bassin de 9 mètres de profondeur autour duquel la galerie tourne en spirale vers le fond et dont les deux somptueux jinbei-zame (requin-baleine) sont la principale attraction. La conception de ce bassin est un coup de génie puisqu’il permet aux visiteurs de contempler son contenu sous tous ses angles, mais aussi de fractionner la cohue qui normalement se rue autour de ce genre de bassins et gâche parfois le spectacle.

J’ai une certaine affinité avec le jinbei-zame pour l’avoir de par le passé plusieurs fois pris en photos … dépeint sur les avions de la flotte Japan Transocean Air (JTA) dans la sa livrée bleue (Jinbei-jet) ou rose (Sakura-jinbei). Même si j’aurais préféré d’abord le voir dans son milieu naturel à Okinawa, ou même encore à l’aquarium Churaumi, la grâce avec laquelle ces deux mastodontes de 5 mètres de long se déplacent est captivante.

‘Comme un soleil de fin de siècle’ (…11@ NGO)

ngo1231b - 1

ngo1231b - 2

ngo1231b - 3

ngo1231b - 4

ngo1231b - 5

31 décembre. Une dernière virée à NGO. Il y a un de vent de tous les diables, une partie du Sky Deck est fermée.  Avec l’ouverture du Terminal 2, le flot des vols est pratiquement ininterrompu, petits avions à hélices et gros porteurs se bousculent sur la piste. Le ciel ne m’a jamais paru aussi expressif. Les épais nuages noirs et menaçants percés par ces tapis de rayons de soleil me semblent tout à fait résumer l’année écoulée ; J’ai pas mal été chahuté mais ai fini par percer, grâce à la famille, aux amis, à la musique, la course à pied, l’écriture, ma passion pour l’aviation, ce blog, et vos commentaires. J’ai pris en cette dernière journée quelques unes de mes plus belles photos. La persévérance et la patience gagnent. Toujours.