‘wǒ bù míng bai’ (je ne comprends pas)

Je m’étais autrefois donné pour objectif de maîtriser une nouvelle langue par décennie. Si la période 2000-2009 est validée grâce au japonais, alors qu’il ne reste plus qu’une dizaine de jours avant que finisse 2019 force est de constater que j’ai lamentablement échoué cette fois-ci. Je me suis essayé dans un premier temps au coréen, une langue que j’aime beaucoup pour ses sonorités et que je prétendais facile grâce à proximité grammaticale avec le japonais. Puis au chinois, mais plus par nécessité que par réel intérêt puisqu’à l’aéroport nous sommes depuis quelques années assaillis par leurs voyageurs.

Dans les deux cas cela n’a pas donné grand chose. Je sais lire, ou disons prononcer et à peu près écrire le coréen, mais suis bien incapable de lire quoique ce soit en en comprenant véritablement le sens. Pour ce qui est du chinois, je sais compter jusqu’à neuf et ainsi reconnaître les numéros de vols, et connais une vingtaine de mots et expressions qui me permettent de répondre aux FAQ des clients. 

Dans les deux cas je rejette la faute de mon échec sur les manuels d’apprentissages. Toute librairie de bonne taille regorge de bouquins divers et variés, mais tous ont un point commun : Cette foutue fixation sur la prononciation ! J’ai le plus sérieusement du monde suivi pendant un mois les cours quotidiens de chinois de la chaîne radio NHK. Je suis sans doute passé pour un détraqué, à prononcer à haute voix tous les sons dans leurs quatre intonations lors de mes aller-retours de et vers la gare. J’ai finalement baissé les bras en m’apercevant que malgré tous ces efforts je n’étais même pas capable par exemple de me présenter, et encore moins de formuler la moindre phrase. 

Dans une langue comme le chinois où l’intonation d’une syllabe change complètement le sens d’un mot, je veux bien comprendre que l’on puisse accorder beaucoup d’importance à sa prononciation, mais au Japon le problème est le même quelle que soit la langue que l’on tente d’apprendre. Il faut dire que les japonais n’ont pas de chance ; Les pubs à la radio pour les procédés d’apprentissages de l’anglais leur vantent le fait de devenir capable de parler comme s’il s’agissait de leur langue maternelle, de nombreux livres expliquent mots et expressions à utiliser pour avoir l’air naturel. On leur ressasse qu’il faut avoir une prononciation parfaite ou bien se taire de peur de paraître ridicule. En attendant, une ex-collègue japonaise ayant vécue aux Etats-Unis quelques années et parlant l’anglais avec un accent américain californien qui sent bon le sable chaud était complètement incompétente dans son travail. 

Maintenant, dois-je persévérer dans ces deux langues ? Pour me changer les idées pendant les dix années à venir, je suis tenté par l’apprentissage du vietnamien, du thaïlandais ou même de l’arabe, surtout pour leurs graphies si particulières. Encore me faut-il trouver un manuel qui ne me décourage pas au bout d’un mois …

‘The bass made my speakers come alive’ – la selection du moi(s) (7)

Cette décennie (déjà?) encore, le label WARP aura agrémenté mes journées de découvertes musicales. La plus importante sera sans doute celle du groupe Mount Kimbie et son dernier album ‘Love what survives‘, parfait du début à la fin en terme de diversité des ambiances, des paysages sonores et des émotions ressenties. En remontant dans la discographie du groupe j’ai eu des frissons à la première écoute de ‘Made to stray‘ et de sa rythmique si particulière. Le titre a également permis à Léo d’ouvrir en grand une porte d’entrée vers l’électro déjà entrebâillée par mes écoutes lors de nos balades en voiture. Dans le cadre des WXAXRXP Session fêtant les 30 ans du label WARP vient de sortir une série de remix de 4 titres, qu’un remix de ‘Made to stray’ vient finir en apothéose. Un peu plus caverneux et embué que l’original, mais jouissif tout de même.

Chez WARP, il y a (avait?) Flying Lotus. Ce dernier a monté son propre label, Brainfeeder, regorgeant d’artistes d’horizons divers dont la compilation ‘Brainfeeder X’ donne un excellent aperçu. Vu l’excellente qualité de l’intégralité de celle-ci j’avais dans l’idée d’écouter plus en profondeur chacun des artistes, mais suis resté scotché sur place par Teebs, le tout premier sur la liste, dont le dernier album ‘Anicca‘ est sublime. Mystérieux (‘Atoms Songs‘) et aérien (‘Threads‘, ‘Studie’), puis soudain on croit retrouver un FlyLo plus jeune et plus énervé (‘Black Dove‘, ‘Mirror Memory‘).

Ecouter ‘I didn’t know’ me (vous?) transporte. Loin du froid, loin d’ici. C’est magique. A la première écoute j’en avais presque les larmes aux yeux. C’est tout simplement beau, et je ne trouve rien d’autre à dire. Skinshape est un génie, et pour être franc je trouve décevant qu’il ne soit pas un peu plus connu.

Kaytranada déborde d’une créativité qu’il lui permet de couper parfois ses chansons en deux (‘Glowed Up‘) alors que l’album ‘99,9%‘ compte pourtant 15 titres. L’album a provoqué chez moi le même enthousiasme que celui que j’avais eu a la découverte de Flume il y a 6 ans déjà, et d’ailleurs j’ai cru y retrouver des structures identiques. Il y a surtout ces lignes de basses improbables qui parsèment certains morceaux (‘Track Uno‘, ‘Breakdance Lesson N.1‘) et qui me retournent (replacent?) le cerveau au retour des longues journées de travail et sont également à l’origine du titre de ce billet. Il s’agit d’un commentaire laissé sur un site à propos de l’album, j’ai trouvé que la formule résumait fort bien l’affaire.

Tokai City Half Marathon 2019

スクリーンショット 2019-12-09 18.08.30

Dimanche dernier j’ai couru le semi-marathon de la ville de Tokai, ville où nous résidons. Chaque année l’événement est constitué de courses de 10km, 4km et 2km. Les courses de 10km étant beaucoup trop rapides à mon goût je n’y ai jamais pris part, mais cette année à l’occasion des 50 ans de la fondation de la ville a été rajouté un semi-marathon. Je m’y suis inscrit en pensant qu’un mois après Ibigawa, en m’entraînant un minimum la distance ne devrait pas me poser de problème particulier. Le principal intérêt est surtout de courir dans les rues que je parcours au quotidien sans avoir à m’arrêter à chaque foutu feu de croisement tous les 100 mètres. Et quel bonheur de n’être qu’à deux gares du départ de la course ! 

La course part très vite, comme s’il s’agissait d’un 10km. J’ai beau faire attention, je me fais entraîner dans un rythme trop rapide pour moi, autour de 5’/km. Ce n’est guère convenable, mais soyons fous ! Je viens de courir plus de 100km par mois pendant trois mois d’affilée pour la première fois de ma vie et ai même fait des exercices de vitesse à m’écrouler à terre, cela ne peut-être que payant. Alors je m’accroche.

Pour être franc, le parcours est sans grand intérêt et on ne peut pas non plus dire qu’il y ait foule au bord des rues. Après une interminable ligne droite de 5 kilomètres, les coureurs reprennent la même route en sens inverse. Les coureurs se croisent, c’est l’occasion de se divertir en saluant et encourageant les collègues de travail et connaissances qui participent à la course eux aussi. 

Une fois ainsi avoir croisé les derniers de la course je me retrouve seul avec moi-même et la fatigue se fait soudainement sentir, mais je m’efforce de maintenir mon rythme. Je rattrape ceux qui sont partis trop vite, des types me doublent en haletant comme s’ils allaient perdre connaissance dans quelques secondes. Mais pourquoi nous faisons-nous autant de mal ? La légère pente en fin de course est bien plus pénible que lorsque nous l’avons parcourue avec quelques amis coureurs il y a deux semaines de cela. Mais au moins je sais qu’une fois franchie, il n’y a plus qu’une descente puis un plat sur un kilomètre. Je décide de ne pas m’arrêter au dernier ravitaillement. Non pas par prétention, mais pour ne pas avoir à casser mon rythme et faire l’effort mental de me remettre à courir après avoir marché quelques mètres. 

Je finis en faisant la grimace, mais en améliorant de 4 minutes mon record personnel sur la distance alors que ce n’était même pas mon objectif. Je ne suis pu genre à crier ‘No pain, no gain’ sur tous les toits, mais cette année l’entraînement a été largement récompensé. Je dois désormais me reposer un peu, c’est la saison du ski !

スクリーンショット 2019-12-09 18.09.54

‘LH737, do you coffee ?’ – ‘Tout ce qui a deux ailes me fait planer’ (10) @ NGO

ngosh - 2

ngosh - 1

shadow - 1

shadow - 3

shadow - 2

A force de fréquenter au quotidien les avions depuis plus de dix ans maintenant vient un moment où les simples photos au décollage ou à l’atterrissage deviennent ennuyeuses. Je n’ai pas la patience nécessaire pour attendre en pleine nature pendant une demie-journée qu’un appareil vienne se placer juste dans mon cadre, et encore moins les ressources qui me permettraient d’aller visiter un aéroport different chaque week-end.

Alors je laisse balader mon objectif et prends à la volée des gestes. Un pilote qui salue les visiteurs, un autre qui déguste un dernier café avant le départ. Il y a une toute autre beauté, plus esthétique, dans ces ombres que forment les ailes d’avions sur le tarmac en cette matinée d’automne, et qui font apparaître des détails que l’on ne peut voir sous cet angle.