‘Immer wenn es regnet …’

La saison des pluies s’éternise. Chaque année en cette saison je me retrouve par association d’idées à écouter ‘A.N.N.A’ du groupe de hip hop allemand Freundeskreis, dont le texte commence par ‘Immer wenn es regret’ (‘A chaque fois qu’il pleut …’).

L’orchestration, la rythmique, le flow, et surtout le texte, tout y est parfait. Le thème, la structure du texte et cette manière de jouer avec les sonorités et les mots me rappelle ‘Caroline’ de McSolaar. Une partie du groupe chantant en français, il est probable qu’il y ait une certaine influence après tout.

Nous sommes en 1996 quand ‘A.N.N.A’ sort. Le hip hop allemand se propage doucement. Internet en est à ses balbutiement, la seule source d’informations se fait via la chaîne musicale allemande VIVA. Avec le recul je ne suis pas certain que cela soit très représentatif de ce qui se faisait de mieux a l’époque, mais en tant qu’adolescent on fait avec ce que l’on peut. Bref. Moses Pelham y est omniprésent, que ce soit aux commandes de son groupe Rödelheim Hartreim Projekt , ou bien en tant que producteur pour divers artistes tels que Schwester S., Xavier Naidoo ou le groupe Glashaus. Je me souviens à l’époque être étonné de la fluidité des textes pour une langue à laquelle on reproche souvent ses difficultés de prononciation et ses structures compliquées. Peut être dois-je cette réévaluation de la langue de Goethe aux 8 heures de cours d’allemand que je me tape chaque semaine au lycée à l’époque ?

Quoiqu’il en soit, en quelques années le rap allemand explose, mais je n’en écoute qu’une infime partie ; Freundeskreis cité plus haut, DJ Tomekk ou encore Curse. En 2000, les deux s’offrent justement un featuring avec le mythique Wu Tang Clan (‘Ich lebe fur Hip Hop’) comme les marseillais d’I AM l’ont fait trois ans plus tôt dans ‘La Saga’. C’est la consécration. Mais déjà j’écoute en boucle ‘静かな日々の階段を’ de Dragon Ash, en crédit de fin du film ‘Battle Royale’ …

Chaque année au mois de juillet donc, je m’écoute ‘A.N.N.A’ et en profite par la même pour prendre quelques nouvelles du groupe. Chaque année je suis satisfait de constater que bien qu’il n’y ait aucune nouvelle sortie, Freundeskreis monte encore sur scène dans divers festivals et que surtout, les morceaux sont joués sur des instruments. Le leader du groupe, Max Herre, sort un album le mois prochain, intitulé ‘Athen’ et je suis bien curieux de l’écouter.

– Freundeskreis – A.N.N.A (1996)

– Rodelheim Hartreim Projekt – ‘Höha, schnella, weita’ (1996)

– DJ Tomekk – ‘Ich lebe fur Hip Hop’ (2000)

Publicités

Japan Airlines × A350-900 – ‘Tout ce qui a deux ailes me fait planer’ (8) @ NGO

ngo350 - 2

ngo350 - 4

ngo350 - 7

ngo350 - 8

ngo350 - 12

Japan Airlines vient de réceptionner le mois dernier le premier de ses 31 Airbus 350. L’événement a fait pas mal de bruit dans les médias spécialisés du monde entier puisque c’est à la fois l’entrée dans sa flotte de son premier appareil Airbus, du premier moteur Rolls Royce, et alors qu’à la base cet avion est utilisé pour les vols long-courriers (Singapour-New York, 19 heures de vol, plus long vol commercial actuel) JAL va utiliser cet appareil pour des vols intérieurs, ce qui est là encore une première.

L’appareil flambant neuf, dans sa livrée ‘Challenge Red’ doit entrer en service le 1er septembre sur la ligne Tokyo (Haneda) – Fukuoka, mais effectue depuis une semaine une série de vols d’essai dans les principaux aéroports du pays, dont un passage à Nagoya, en soirée.

Je n’ai jamais su prendre de photos de nuit. D’ailleurs, pourquoi faut-il toujours se sentir obligé de tout prendre en photos ? Il serait pourtant tellement agréable d’être capable de tout simplement apprécier la scène avec ses yeux, ses oreilles (les moteurs sont de plus en plus silencieux) ou bien même son nez (l’odeur particulière du kérosène), au lieu d’avoir à m’énerver sur mon appareil, surtout au vu du résultat ! Un ami, ancien mécanicien avionique, m’a un jour expliqué que sa mémoire photographique s’était développée au point que chaque appareil lui paraissait transparent, qu’il lui semblait pouvoir voir à travers la coque l’emplacement exact du moindre petit boulon vu sur les schémas pendant de longues années. ‘Je ne prends jamais de photos, que ce soit d’avions ou de famille. Tout est gravé ici !’ a-t-il ajouté, pointant son crâne de l’index de sa main droite.

‘Hep, taxi !’

meieki0705 - 1

meieki0705 - 7

meieki0705 - 2

meieki0705 - 4

meieki0705 - 3

meieki0705 - 5

meieki0705 - 6

meieki0705 - 9

meieki0705 - 10

Est-ce encore aujourd’hui ainsi que l’on hèle les taxis ? Partout dans le monde, lever le bras à leur approche suffit-il à les faire s’arrêter, tel un signe universel ?

J’avais l’intention de prendre quelques photos d’immeubles aux alentours de la gare de Nagoya, mais le temps grisâtre ne m’inspire pas. Au fur et à mesure que je me balade, je me rends compte qu’ils sont partout ! Cachés derrière les panneaux ou les arbres, volants au dessus des masses ou bien tout là-bas sous nos pieds. Noirs, bleus, blancs ou verts. Les derniers modèles friment avec leurs portes coulissantes. Dissipés, ignorant le code de la route. Ou encore bien élevés, attendant sagement en rangs.

Je prends le taxi deux ou trois fois par mois dans le cadre du travail, quand nos horaires sont avant ou après ceux des transports en commun. Les taxis sont confortables et toujours cinq minutes en avance sur l’horaire prévu, le service est bien entendu impeccable. Comme c’est toujours moi qui conduit pendant de longues heures lors de nos promenades en famille, me faire trimballer de la sorte est plutôt agréable.

Le seul point qui m’intrigue est le silence qui règne a l’intérieur du véhicule. Par chance, les chauffeurs sont peu bavards, ce qui m’épargne d’avoir à répondre poliment aux ‘vous parlez bien japonais’ et autres ‘vous venez d’où ?’ qui ne mènent nulle part. Mais la radio est toujours éteinte. Le chauffeur allumerait-il la radio pour moi si je le lui demandai ? Ou bien me mettrait-t-il un peu d’enka enregistré par ses soins sur une cassette au son déformé a force de l’écouter en boucle ? A sa place je serai incapable de tenir dix minutes sans m’assoupir, surtout autour de minuit. N’est-il pas fatigué ?

Je profite du silence pour rêvasser un peu. Sur ma gauche la mer est noire comme l’encre. Tout au loin,  de l’autre cote de la rive de la baie d’Ise, à Yokkaichi, les tours des combinat pétrochimiques crachent d’impressionnantes flammes. M’en serais-je rendu compte si j’avais été distrait par la musique ?

Kakegawa Kachoen (Kakegawa, Shizuoka pref.)

kakegawa0630blog - 4

kakegawa0630blog - 6

kakegawa0630blog - 1

kakegawa0630blog - 5

kakegawa0630blog - 2

kakegawa0630blog - 3

Nous venons régulièrement au parc aux oiseaux et aux fleurs de Kakegawa. Que ce soit en hiver ou en été la température y est la même et l’humidité à l’intérieur est moindre par rapport à celle au dehors en cette saison. De toute manière il pleut depuis trois jours, mais nous enfermer dans l’une des gigantesques Aeon Mall du coin est hors de question – et le gaspillage d’énergie et d’argent qu’il implique m’est complètement incompréhensible.

Ce parc d’amusement compte une variété importante de plantes diverses (les nénuphars géants de la première photo !), mais surtout d’oiseaux allant du canari au flamant rose, présentés en diverses sections en intérieur ou extérieur. La liberté dont bénéficient les volatiles et le fait que l’on puisse nourrir de ses propres mains une majeure partie de ceux-ci font la particularité du lieu. Il suffit d’acheter des graines ou des bouts de pommes pour 100 yens pour bien vite se faire de nouveaux amis. Si l’ambiance est bon-enfant, les enfants en bas âge sont parfois surpris et se mettent à pleurer. A les voir béats de la sorte, je me dis que certains adultes semblent trouver dans cette pratique un certain réconfort, un ordre d’idée proche des neko-café (café aux chats) qui ouvrent leurs portes un peu partout. 

Pour ma part je pourrai rester des heures durant à regarder Futaba, le hashibiroko (Bec-en-sabot du Nil), nommé ainsi à cause de son bec qui est aussi gros voire plus gros que sa tête. Cette tête énorme, ces proportions étranges, cette crête toujours en pagaille ! Cet oiseau est surtout connu pour sa capacité à rester immobile pendant plusieurs minutes. Il fixe ainsi le vide comme perdu dans ses pensées, puis tourne lentement la tête et vous fixe du regard, l’air presque mauvais. Maladroit, il fait tomber le poisson que le personnel tente de lui faire ingurgiter. De nombreux visiteurs se moquent de lui, mais étant moi-même maladroit et loin d’être beau-gosse, je trouve l’animal plutôt attendrissant !