Aux gorges Kakizore (Nagiso-cho, Nagano Pref.)

nagiso - 2

nagiso - 4

nagiso - 5

nagiso - 7

nagiso - 11nagiso - 12

Mezame no toko, Atera … La route nationale 19 qui rejoint Nagoya a Nagano est longée par le fleuve Kiso (Kiso-gawa) et de nombreuses merveilleuses cascades insoupçonnées, parfois presque cachées. Les gorges Kakizore, prochaine étape sur notre liste, est autoproclamé comme étant un lieu dit ‘hikyo‘, terme que l’on pourrait définir comme ‘lieu inexploré connu uniquement des habitants du coin’. Rien que d’arriver à l’entrée relève déjà de la chasse au trésor, il faut se faufiler à travers montagnes et champs en suivant consciencieusement les panneaux dont on ne peut pas dire qu’ils soient très explicatifs.

Nous arrivons finalement au petit parking plutôt bien aménagé pour pareil endroit. Le ciel s’est couvert, la forêt n’en paraît que plus dense encore. Il doit bien faire 5 degrés de moins que tout à l’heure. A en juger par le bruit sourd qui résonne dans la vallée, la cascade ne peut pas être bien loin. Sur notre droite apparaît un pont suspendu d’une cinquantaine de mètres qui passe au dessus de la rivière. Un écriteau indique ‘Pas plus de deux personnes à la fois’. Je passe en premier, ne sait-on jamais, et avance prudemment tel un Indiana Jones du dimanche.

Nous remontons la rivière sur son flanc en utilisant une passerelle en bois. L’eau en contre-bas est très limpide, presque transparente, il doit être très agréable de s’y baigner lorsqu’il fait un peu plus chaud – quelques téméraires n’ont pas attendu. Un peu plus loin un long escalier monte en zig-zag le long de la paroi de la montage. Il y a des espaces assez importants entre chaque marche, de surcroît rendue glissante par la pluie récente, il faut faire attention où l’on met les pieds. Après quinze minutes de marche nous arrivons enfin au promontoire où nous faisons une petite pause et contemplons la cascade en contre-bas. Je suis très impressionné par le rafût qu’elle provoque et me sens comme absorbé par le vide. Une étroite passerelle permet de s’approcher encore un peu plus, mais les enfants, inquiets, m’interdisent de l’emprunter. 

Le chemin du retour se fait par un sentier faisant un léger détour à travers la forêt. Léo dit avoir entendu un bruit dans les buissons un peu plus bas. Je regarde discrètement en contre-bas, y aperçois un sanglier qui semble me fixer droit dans les yeux. J’ignore pourquoi mais je suis certain qu’il s’agit d’un mâle. On lit souvent dans les brochures que crier ou lancer des cailloux pour leur faire peur ne fait que les exciter et se ruer vers vous. Nous attendons donc un peu, perplexes, puis entendons après une minute ou deux distinctement deux grognements rauques, mais qui n’ont rien de menaçants. Je jette un rapide coup d’oeil, le (ou les) sanglier(s) ont disparu. Nous descendons silencieusement le sentier et arrivons finalement saints et saufs au pont suspendu du point de départ. 

Nous avions prévus de faire une autre balade un peu plus loin, mais aurons eu notre dose d’aventures. Les enfants s’endorment instantanément, le silence règne dans la voiture. Je suis absorbé dans mes pensées, quelque peu ému par le côté mystérieux et majestueux de la montagne et la magie de ce que nous venons d’y vivre.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s