Le retour du Muppet Show (Inabu, Aichi pref.)

inabu - 32

inabu - 40

DSC_0020 (2)

DSC_0025 (3)

DSC_0008 (2)

DSC_0043 (3)

Inabu, petit bled perdu au milieu des montagnes tout en appartenant à la gigantesque ville de Toyota, est réputée pour son onsen ‘Donguri no yu‘ et nous nous y rendons fréquemment. A l’occasion de la fête des enfants, la ville organise un stamp rallye autour des fukuyose-hina, ces petites poupées normalement posées sur des petites estrades à plusieurs niveaux lors de la ‘fête des petites filles’, qui a lieu le 3 mars de chaque année.

Notre quête nous mènera au ‘Donguri Kobo Workshop‘ situé tout près de l’onsen. Là sont entreposées autour de 500 poupées autour d’un château fabriqué au milieu de la pièce, dans des positions et des situations plutôt inhabituelles : Ninjas et cours de calligraphie, course de bateaux, Coupe du Monde de rugby, références aux tubes récents et aux talento à la mode.

Publicités

‘nippon no hataraku hitotachi’

IMG_20190315_100631

IMG_20190315_101531

IMG_20190315_100830

IMG_20190315_101231

Est-ce l’âge, je suis amené depuis quelques temps à me rendre chez le dentiste toutes les deux semaines pour de grands travaux, ce qui me donne l’occasion d’aller régulièrement me balader au centre-ville de Nagoya. La galerie marchande souterraine Central Park située à Sakae prête un mur d’une cinquantaine de mètres en guise galerie d’art. J’y jette toujours avec plaisir un oeil avant mon rendez-vous. La plupart du temps y sont présentées des tableaux ou dessins d’élèves de quelque école d’art ou de design à caractère humanitaire ou encore des photographies thématiques. Selon le sujet ou la qualité des oeuvres il m’arrive de survoler la galerie ou d’y jeter un oeil plus attentif. Pendant ce temps les passants passent. Je me suis souvent demandé ce que pourrait bien se passer si j’osais barrer le chemin à l’un d’eux et lui dire : ‘Et vous, vous en pensez quoi de ce tableau ?’ ‘Mais vous êtes cinglé !?’, me répondrait-il probablement.

Aujourd’hui, sur un immense panneau de 3m x 1.5 environ, une dizaine d’employés d’une entreprise de déménagement prennent la pose cartons en main tandis qu’au fond un type fait l’acrobate et que deux autres se passent un carton en faisant du trapèze. Sur la photo d’à côté, les employés de l’entreprise Secom, spécialisée en agencement de sécurité jouent au foot en tenue de patrouille et casque sur la tête … Petites, moyennes et même grandes entreprises, chaînes de télévision, organisations diverses et même clubs de sport prennent la pose pour cette série intitulée ‘Nippon no hataraku Hitotachi’. L’enthousiasme par rapport au travail qui saute aux yeux sur chacune des photos m’intrigue puisque je peine à motiver mes troupes dans le cadre du mien. Je rêvasse, l’année prochaine notre boîte fête ses 15 ans, un concept dans le genre pourrait serrer des liens et remonter le moral à tout le monde …

Alors que je regarde les photos avec beaucoup d’insistance, un type s’approche de moi. Il me semble l’avoir vu quelque part … Sur la photo de profil de la galerie ! J’ai eu le plaisir de discuter avec l’auteur des photos, Sugiyama Masahico, et lui ai fait part de tout ce que j’en pensais de bien, du bonheur éprouvé à voir des gens fiers de leur entreprise -même pour de faux, même ne serait-ce que l’instant d’une photo. 

Pour ceux qui veulent en savoir plus, une vidéo prise lors d’un événement TEDx explique le processus et le concept derrière cette série de photographies. Sinon, mises à jour sur Twitter et autres Instagram. Pour les rares personnes de Nagoya, l’expo a lieu jusqu’au 24 mars.

‘Dekai Tokyo’ (1) JL200 Nagoya – Haneda

– Suwatte kara zutto neteta.  (Je me suis assise, et j’ai dormi pendant tout le voyage.)

– Tabun yoppodo nemukattandarô. (Tu devais être vraiment fatiguée …)

La conversation entre les deux protagonistes malgré-elles, dérobée à la sortie de l’appareil, vient merveilleusement ponctuer cette séquence audio et me permet de donner un fil conducteur à ce billet. Car il était impossible de dormir, le signe lumineux indiquant ‘Attachez vos ceintures !’ étant resté allumé pendant tout le voyage en raison des turbulences. Il fallait effectivement être vraiment épuisée, ou alors habituée aux voyages mouvementés pour pouvoir fermer l’oeil …