‘Dekai Tokyo’ – prélude

DSCF4304

DSCF4288

DSCF4286

DSCF4289

DSCF4296

Tous les 5 ans je suis amené à me rendre à Tokyo pour le renouvellement de mon passeport. J’y vais généralement seul puisque l’ambassade n’est ouverte qu’en semaine, et pour l’occasion j’y passe une nuit. Je suis allé une dizaine de fois à Tokyo pour le travail, seul ou accompagné. Une fois le travail terminé il y a toujours un peu de temps libre. Le trajet se fait la plupart du temps en train, les horaires sont donc flexibles. Mais par peur d’être entraîné dans quelque embrouille ou accident ou bien de perdre mon porte-feuille ou autres documents importants en cours de route, au lieu d’en profiter pour me balader je finis toujours en train de rêvasser sur le toit du KITTE près de la gare de Tokyo pour ensuite me perdre dans le labyrinthe de ses sous-sol.

Lors de mon précédent passage en 2015, en tant que touriste donc, j’avais profité de mes deux journées pour faire le tour de plusieurs papeteries uniques dispersées dans la ville. J’avais alors perdu beaucoup de temps dans les transports et en raison d’un flagrant manque de préparation, à me retrouver à 11h devant un magasin ouvrant ses portes à 12h. Carte à la main je m’étais  perdu dans les galeries marchandes de Nakano-ku et ses magasins spécialisés improbables (dont le ‘Book Garage‘, le paradis des brochures de voitures). J’avais particulièrement apprécié la papeterie ITOYA à Yurakuchô, son ambiance feutrée, la classe, la gentillesse et surtout la disponibilité de ses vendeurs. J’en étais sorti le sourire jusqu’aux oreilles avec mon LAMY Safari Neon Lime Green, et je me remémore avec plaisir ce voyage à chaque fois que je m’en sers. 

J’avais traîné du côté d’Asakusa afin de jeter un oeil au flambant neuf ‘Centre d’information touristiques et culturelles‘ puisqu’à l’époque j’étais en charge du centre d’information touristique à l’aéroport. Alors que j’attendais au feu devant le sanctuaire d’Asakusa j’avais été interpellé par deux énergumènes et m’étais même retrouvé devant la caméra en train ‘d’éplucher’ deux onigiris emballés afin de savoir lequel était le plus facile à éplucher. Vivant déjà à l’époque au Japon depuis quelques années, les onigiris faisaient si je puis me permettre l’expression, partie de mon pain quotidien et je n’avais eu aucune difficulté à défaire l’emballage. Ce qui ne m’empêchera pas la scène d’être diffusée à la télé deux mois plus tard, selon les dires d’un collègue surpris de me voir surgir ainsi au petit écran. Le Tokyo Sky Tree venait d’être achevé, je m’étais contenté de le contempler de loin en me promettant d’y grimper une fois la frénésie calmée. 

Ne voulant pas m’encombrer je n’avais pas pris mon Nikon avec moi. Je n’avais pas encore de smartphone et n’étais revenu qu’avec une vingtaine de photos. J’étais au creux de la vague et loin d’être en état de reprendre mon blog. Mon carnet n°7 accorde trois pages à ce séjour, mais il n’y a presque que du texte, nous sommes bien loin de l’espèce de scrap-book que je peaufine méticuleusement aujourd’hui. J’en suis plutôt étonné car mon enthousiasme pour la chose me semblait à priori être bien plus important que maintenant.  

Bref, Tokyo, c’est la capitale ! Pour le ‘campagnard’ que je suis, y passer deux jours était et est encore un véritable événement. J’y suis retourné ce mois-ci et pense écrire quelques billets à propos de mon séjour. 

※ Le titre fait référence à la chanson ‘Akai densha’ (赤い電車) de Quruli (くるり). Le train rouge qui y apparait part de la banlieue de Tokyo pour arriver à Shinagawa et au fur et à mesure qu’il avance, Tokyo semble de plus en plus ‘dekai’, c’est à dire énorme. On se moque un peu de moi à chaque fois que j’en parle autour de moi, mais cette immensité est fascinante !

Publicités