‘Etoile des neiges …’ Yabuhara Kogen (Nagano)

dscf7255

dscf7261

dscf7264

dscf7268

Le vendeur du magasin de sport m’a longuement expliqué que l’année prochaine, skis et snowboards disparaîtront vraisemblablement des rayons. Qu’en raison du réchauffement climatique (?) il neige de plus en plus tard et la saison des sports d’hiver se fait chaque année plus courte. Que la population de skieurs diminue, que les investissements sont trop importants et risqués … Il m’aurait presque fait pitié ! Mais ce ne seront pas ses lamentations qui me feront acheter une paire de skis. Quoiqu’il en soit, c’est un fait qu’alors que l’année dernière nous passions un Noël blanc sur de belles pistes, il n’y a que 80 petits centimètres de neige à Yabuhara, où nous faisons notre première sortie cette saison. 

Je ne suis pas seulement un ame-otoko (homme qui amène la pluie), mais également un yuki-otoko (homme qui amène la neige) semble-t-il. Alors qu’il a fait beau pendant une semaine, le temps se dégrade au fur et à mesure que nous approchons. Tout au long de la journée il neige et le vent est plutôt violent en hauteur. L’après-midi la neige se fait lourde, nous sommes trempés et grelottons sur le télé-siège avec Léo. D’habitude tout le monde râle lorsque les remonte-pente s’arrêtent, mais aujourd’hui nous levons le camp aux alentours de 15h. Le parking pourtant plein à craquer le matin est déjà presque vide, preuve que nous aurons tout de même été téméraires !

Publicités

‘Tout ce qui a deux ailes me fait planer’ (6) @ Centrair (NGO)

dsc_0015dsc_0029dsc_0053dsc_0086dsc_0065

A force de contempler les magnifiques photos de Luke Ozawa et autres Charlie Furusho, j’ai décidé que cette année j’allais m’appliquer un peu et faire les choses sérieusement. Délaisser un peu les gros plans faciles intéressants pour les fanatiques, mais moins pour … la famille, entre autre.

J’ai donc pris position en fin de matinée bien loin de mon Sky Deck habituel, en bord de mer en ce froid matin pour une première tentative. La piste étant cachée par les bâtiments je pensais utiliser Flightradar pour au moins connaître l’ordre d’arrivée et de départ des appareils, mais la batterie de mon smartphone me lâche au bout de 10 minutes sans explications. Soit, à l’ancienne alors ! Après tout je connais les horaires départs internationaux pratiquement par coeur. Il y a beaucoup de vent, même les long courriers n’utilisent pas toute la piste et apparaissent soudain au dessus des hangars là où on ne les attend pas. Avec les bourrasques, difficile de prendre une photo sans que l’horizon ne soit plus ou moins incliné. Voilà donc pourquoi Ozawa expliquait qu’il est indispensable d’utiliser un trépied et d’attendre que l’avion entre dans le cadre, au lieu de le chasser …

Je me bats ainsi une heure durant avec le vent, le matériel et mon incompétence. Le résultat est plutôt médiocre, mais je me suis beaucoup amusé. Il faudra également que j’apprenne à retoucher mes photos. A suivre, donc.

‘We are, Sea Horses’

dscf7228

dscf7238

dscf7244

Cela faisait un petit moment que Léo réclamait pour aller voir un match de basket. Comme j’en parlais ici, depuis le début de la saison NBA en octobre je regarde les highlights des matchs sur internet, à défaut de regarder le match en direct à la télé, j’écoute les commentaires à la radio, prétextant que cela fait progresser Léo en anglais.

Il y a trois clubs dans la préfecture : Les Nagoya Diamonds à Nagoya, Mikawa Sea Horses à Kariya, et les San-en Neophoenix à Toyohashi. Les Sea Horses jouaient à domicile pour le premier match de l’année contre l’équipe d’Hokkaido. J’ai fait monter Léo en voiture sans lui dire où nous allions, à la vue du grand stade et du parking plein à craquer il était tout excité.

S’il parait que le basket à la cote ces derniers temps, je ne m’attendais pas à un tel monde. Le match débute à 14h, l’ouverture des portes se fait à 12h. Comme j’avais pris des places en tribune libre et ne savais pas s’il y aurait du monde je m’étais dit qu’il valait mieux y aller en avance, mais bien que nous soyons arrivés à 11h30 il y avait déjà plus de 100 personnes devant nous ! Comme c’est les vacances et que tout le monde est de retour pour voir la famille, j’imagine qu’il y a un peu plus de supporters que d’habitude ? Quasiment tout le monde est habillé en bleu, couleur du club, et déjà Léo râle parce que nous ne sommes pas habillés pour l’occasion.

12h, les portes s’ouvrent. La tribune libre derrière le banc des Sea Horses est prise d’assaut, nous prenons place dans celle située juste derrière les supporters adverses. Je suis surpris par l’aspect moderne de la salle. Néons et lasers bleus, écrans géants au milieu. C’est là ce que j’ai l’habitude de voir dans mes matchs de la NBA ! Voilà qui explique pourquoi place coûte 20 Euros au lieu des 5 Euros payés lors de notre match en France.

Je ne connais rien de ce club, ni ses joueurs ni son classement. Après vérification je suis rassuré de constater que les Sea Horses sont en milieu de tableau et notre adversaire bon dernier. Peut-être allons nous même assister à une victoire ? Entrée des cheerleaders, entraînement aux chants des supporters, ‘fan service’ en balançant des goods de l’équipe à travers la salle. Présentation des joueurs sous les feux d’artifices et les lasers … Quel show !

Le score est serré jusqu’au dernier quart-temps, mais nous parvenons à gagner, laborieusement, sur le maigre score de 69-59. Ca jouait très lentement et plutôt mal des deux côtés, un vrai festival de passes et de tirs ratés. Mais l’ambiance était excellente, très bon-enfant, et Léo tout heureux de pouvoir crier et chanter. Comme quoi, parfois la foule a du bon aussi !

 

‘Never do, what they do …’

‘Lost generation, fast paced nation. World population confront they frustration …’

dsc_0039

dsc_0040

dsc_0047

dsc_0072

C’est maintenant à la mode depuis deux ou trois ans ; Au Nouvel An, faire la queue plusieurs heures avant l’ouverture des magasins pour être parmi les premiers à s’arracher un – ou plusieurs – Fukubukuro, paquets-surprise comprenant un lot d’articles à prix cassés d’une marque ou d’une enseigne de magasin. S’entasser ensuite dans les shopping-mall, mettre une heure rien que pour trouver une place de parking, attendre une autre heure pour trouver une table au restaurant, faire ses courses dans un boucan monstre, et se refiler la grippe en prime. Consommer, consommer, consommer … Argent, temps, énergie, tout y passe. Quelle merveilleuse manière de commencer l’année !

Afin d’éviter la foule et les embouteillages, nous ne sortons pas d’un rayon de 10km autour de chez nous. Nous nous rendons au temple le 4 janvier généralement. Après tout le monde, puisque personne n’a encore été capable de m’expliquer pourquoi il fallait impérativement s’y rendre avant, inutilement bousculé par la foule. Les parcs sont pratiquement déserts. Basket, foot, freesbee et cerf-volant sont au programme. ‘Mais … les enfants n’ont pas froid ?’ me demande-t-on souvent. ‘Froid ? Mais … non. Bien sûr que non !’ A force de courir, c’est à peine s’ils ne se plaignent pas d’avoir trop chaud.

Au Nouvel An, à force de faire tout différemment des autres, c’est à chaque fois la saison des remise en question. A propos de moi, mais aussi de ma famille. Suis-je, sommes nous bien au bon endroit ? Comment va se passer cette année, à l’école, au travail ? Cette nouvelle année nous apportera-t-elle une réponse à ces questions ?