Archive for avril 2010

h1

‘il fait trop beau pour travailler’

avril 13, 2010

Puis finalement, il a fait beau. Un temps merveilleux pour …

sortir les cartons ...

déballer les cartons entassés dans le couloir depuis deux semaines en raison de la pluie …

creuser un trou …

creuser encore … ( 100cm x 40 cm )

acheter quelques paquets de sable et de béton au Leroy Merlin nippon du coin, les transporter avec un pick-up piqué en douce sur le parking du magasin, et entasser le tout en plein milieu de la terrasse.

Ah, vraiment, quelle journée magnifique ! Mais, à quoi tout cela va-t-il donc servir ?

( la suite, c’est dés qu’il refait beau … )

Publicités
h1

Vivement l’été.

avril 4, 2010

L’année dernière, les météorologues japonais étaient d’une rare incompétence, ce qui m’avait fait les comparer aux sondeurs électoraux ; influence non négligable sur la vie quotidienne des masses, le droit de se tromper, et surtout, n’ont pas besoin de s’excuser quand ils font mal leur travail – je m’emporte.

Depuis février 2010, je me suis improvisé météorologue. C’est tout simple. Les jours où je travaille, il fait un superbe ciel bleu. Cela n’empêche pas qu’il fait bigrement froid pour un mois d’avril, mais au moins, il fait beau. Par contre, dés que je suis en congé, il pleut des cordes ! En mars je n’ai pas eu un seul jour de congé sans pluie. Même au Luxembourg, pays pourtant loin d’être réputé pour la clémence de son climat, je pense que cela ne m’est jamais arrivé.

Je suis en congé après-demain. On annonce 21°C et du soleil. Le temps parfait pour aller contempler les cerisiers en fleurs. Mais …

h1

‘Je m’y suis remis, c’est la faute à Mitani.’

avril 1, 2010

Kôki Mitani est un metteur en scène, réalisateur et acteur japonais qui publie chaque vendredi dans l’édition du soir de l’Asahi Shimbun sa petite chronique. Ca parle souvent travail, parfois de sa femme, de son chien, des acteurs qui l’entourent ou de choses parfois insignifiantes, mais surtout le monsieur a un grand sens de l’humour et de l’auto-dérision qui en font quelqu’un de fort sympathique. Comme il a commencé à écrire ces chroniques en 2001, le tout est régulièrement publié sous forme de livre dont le huitième tome vient de paraître. Je suis actuellement plongé dans la lecture du deuxième tome, et le tout me remplit d’un tel enthousiasme que je me suis dit qu’il fallait que je m’y re(re-re-re-re)mette. Et puis tiens, à quand mon article dans le Wort ?