Archive for octobre 2009

h1

‘write my name, write my name’

octobre 8, 2009

C’est pas le tout de lui avoir trouvé un nom, encore faut-il attribuer au nom Léo une retranscription écrite. En fait nous aurions très bien pu nous contenter de le retranscrire en caractères dits katakanas, qui servent à écrire les noms et mots d’origine étrangère. Cependant, comme il semblerait que les idéogrammes soient fascinants au point que certaines personnes soient prêtes a se faire tatouer des idéogrammes aux significations obscures un peu partout sur le corps, autant ne pas se priver.

La recherche de l’écriture idéale est un véritable casse-tête régi par des lois que les japonais eux-même ne saississent pas tout à fait si j’en juge par le nombre incalculable de manuels et de sites internet sur le sujet : Une sombre histoire d’idéogrammes porte-malheur, de nombre de traits et de noms pouvant facilement faire l’objet de surnoms parfois difficiles à porter.

Les plus fainéants pourront charger un voyant de s’en occuper. Ne même pas être capable de décider du nom de son enfant soi-même, ça promet pour la suite, mais les parents sont soulagés et le voyant empoche, tout le monde est content.

Nous, à l’ancienne, on a sorti nos dictionnaires et passé en revue la signification de tous les idéogrammes qui se lisent re(i) et o. Il a fallu laisser de côté les combinaisons jolies graphiquement mais dont la lecture pouvait prêter à confusion ( le caractère ‘bruit, son’ qui se lit ‘on’, ce qui nous aurait donné Léon, par exemple ). Les caractères intraçables avant l’âge de 15 ans vu leur complexité, mais aussi les caractères au(x) double(s) sens caché(s). Au final, ne restait plus qu’à savoir si nous voulions faire de Léo un homme [雄] ‘de sagesse’ [怜] ou ‘qui fait un bruit mélodieux’ [玲]. Comme je fais déjà bien assez de bruit à moi tout seul, et ce même au repos, ( paraît-il que je ronfle ), ce fût rapidement décidé.

Publicités
h1

‘j’peux pas, j’ai piscine !’

octobre 1, 2009

On me parle souvent de choc culturel. ( – Pas trop dûr ? – Ca va, on a le gaz et l’eau ! ) Même à la piscine, certaines choses m’échappent. Tout comme il est interdit d’utiliser les maillots de bain dans les bains (publics), il est aussi interdit d’utiliser son gel douche dans les douches. Comme du coup je sens le chlore à 10 mètres à la ronde, ma joyeuse compagnonne est au moins certaine que je ne vais pas au pachinko du coin au lieu d’aller à la piscine.

Nager, ça fatigue. Discuter chiffons avec ses copines dans la piscine tous les 25 mètres, ça fatigue tout autant. Toutes les 50 minutes, la pause s’impose afin d’eviter les accidents, nous dit-on. Tout le monde doit donc sortir de l’eau 10 minutes pour que l’eau se repose elle aussi. A la piscine olympique de Luxembourg ( D’Coque ) qui doit faire bien trois fois la taille de celle ou je vais maintenant je ne me souviens pas avoir vu plus de quatre maîtres-nageurs en service en meme temps. Et encore, ils étaient plus occupes a mater qu’autre chose ( la moyenne d’âge de l’endroit ou j’habite étant nettement plus élevée, le problème ne se pose pas trop ). Ici donc, tout comme il faut 5 personnes pour changer une ampoule, les maîtres nageurs sont au moins 7 ou 8. Tout laisse à penser qu’il doit bien y en avoir un dans le tas qui sache nager.

Mais le clou du spectacle, c’est sans aucun doute ‘radio taisou’. Le sujet est abordé de temps à autre à la télé lorsque l’on aborde le Japon. La scène montre souvent des japonais en uniforme, en rangs, faisant des exercices physiques avant de se mettre au boulot. Si c’est encore parfois vrai dans le cadre du travail – pas chez nous, heureusement, c’est surtout inévitable à la piscine. Après une pause bien meritée de 10 minutes, c’est parti pour 5 minutes d’échauffement physique sur fond musical. Au début, la chose m’énervait : Quel intérêt de faire une pause alors qu’on est chaud si c’est pour se farcir un échauffement par la suite ? Sur une heure passée à la piscine, ne nager que 45 minutes ? On m’a expliqué que jusqu’à il y a quelques années le droit d’entrée était limité à 2 heures maximum et qu’il s’agissait donc d’un véritable échauffement. Ca n’empêche pas que la pause deguisée en échauffement me coupe a chaque fois dans mon élan, mais soit.

Pour les courageux qui veulent s’éxercer devant leur écran, et ce qu’ils soient en costume, en short ou tout nus, voici la chose en video.