Archive for février 2009

h1

2 x 4 = hit !

février 24, 2009

Birdy Nam Nam

Epuisé par le manque de créativité flagrant de la scène hip-hop française j’ai délaissé le genre après une bonne dizaine d’années d’écoute intensive. J’ignore si c’est pour les mêmes raisons que Crazy B et ses potes ont décidé de maltraiter encore davantage leurs MKII pour se lancer dans l’aventure Birdy Nam Nam, mais quoiqu’il en soit, ils ont bien fait et mes oreilles les en remercient.

Dix autres années sont passées et l’autre jour, un fabuleux hasard randomien m’a fait tomber sur le premier album d’Alliance Ethnik. Si l’on ne peut pas dire que le texte se soit bonifié avec le temps, il faut accorder à cet album une chose ; Il n’est pas prise de tête. Le ton est à la fête, et je me souviens qu’à l’époque tout le monde connaissait le texte par coeur – même si personne ne voulait jamais vraiment l’admettre – et le déballait dés que résonnaient les premiers ‘hun ! yeah yeah ! phunky’ de ‘simple et phunky‘.

Manual for successful rioting, c’est aussi la fête. Les bras se lèvent spontanément, mais pas de texte à se mettre sous la dent. On pourra hurler, sauter en l’air, ou balancer son poing au travers de la figure de ceux qui croisent notre chemin, pour compenser. Idéal pour se réchauffer les longues soirées d’hiver, un peu moins pour se faire de nouveaux amis. Agressif, mais jubilatoire.

( Quelques titres disponibles sur le site My Space du groupe )

Publicités
h1

Une dernière pour la route.

février 19, 2009

Tout change très vite. Maisons et autres mansions à deux étages poussent comme des champignons. Une grande chaîne de magasins d’électro-ménager ainsi que quelques restaurants se sont installés à à peine cinq minutes à cloche-pied de chez nous. On trouvait ça chouette jusqu’à ce que l’on apprenne que si tout ce beau monde se pointait dans le coin, ce n’était pas pour nous faciliter la vie mais surtout parce que la route située à 100 mètres de chez nous va doubler en taille, ce qui va fortement augmenter le trafic, et donc la clientèle potentielle.

A la limite, la route en question est située assez loin pour que nous ne soyons pas gênés par le bruit, mais sa construction implique la destruction d’un petit parc situé en plein milieu du trajet, la rénovation de la moitié des maisons qui longent la future route parce que le plan de roses empiète de 10 centimètres sur le territoire de la municipalité, mais également le placement d’un feu rouge qui je le sens va passer au vert pour les piétons une fois toutes les cinq minutes.

Et puis cela implique surtout une augmentation de la faune automobile. Alors que depuis 6 mois on nous rabâche sans cesse que le nombre de voiture vendues sont en baisse, que c’est la crise dans le secteur, mais aussi qu’il faut être éco et ne plus utiliser sa voiture pour aller au combini du coin situé à 300 mètres plus bas, on pourra s’interroger sur l’utilité de construire des routes là où on n’en a pas franchement besoin.

h1

C’est ici que tout (re)commence.

février 16, 2009

‘Meublage, regards gênés et l’impression de lui avoir fait perdre son temps. Je m’étais dit que le tout s’achèverait sur un ‘à un de ces jours’ qui, au Japon comme ailleurs, n’est qu’une forme polie signifiant ‘Merci, mais, on va en rester la hein …’

6 années se sont écoulées depuis ce premier rendez-vous. Pour fêter ça, rien de tel qu’un petit repas dans le même restaurant. Voulant ajouter une touche de romantisme au tout je comptais commander les même plats que ceux que nous avions mangés ce soir là, mais, soit parce que j’étais trop préoccupé à chercher mes mots ou, mieux, parce que j’étais complètement ailleurs, impossible de me remémorer quoique ce soit. Heureusement, elle non plus. Ouf !

agura

Agura

h1

( pourquoi faut-il donc toujours un titre ? )

février 13, 2009

Comme le printemps frappe à la porte je daigne enfin me lever pour lui ouvrir. Mi-février, il est un peu en avance il me semble. J’ai beau ne pas aimer l’hiver, trois mois ça commence à faire court. De mon côté je suis en retard et me dois avant tout de m’excuser auprès des nombreuses personnes qui se sont souvenues de mon anniversaire – la trentaine déjà, alors que je n’ai même pas été capable me souvenir du leur. Nous serions bien rentrés au pays pour l’occasion mais quelque ‘imprévu’ ( l’autre me dira que l’on récolte ce que l’on sème ) m’en auront empêché. Je pense bien fort à vous.