6 mois déjà !

Demain, cela fera jour pour jour six mois que je travaille à Centrair, six mois que bien entendu je n’ai pas vu passer. Si l’on fait un premier bilan, je reste sur ma première impression. Ereintant, mais passionnant. Pas mal de difficultés et de pressions. Des horaires pour le moins spéciaux, devoir se lever en plein milieu de la nuit un dimanche matin. Perdre toute notion de semaine, de week-end. Travailler dans une langue qui n’est pas la sienne, impératifs de temps ( les clients n’ont qu’un temps limité pour effectuer leurs achats ), de vente ( tout fonctionne par objectif à atteindre ), le fait qu’en cas d’erreur de notre part le client ne puisse pas venir changer son produit contre un autre, qu’il lui est impossible de venir réclamer la monnaie qu’on ne lui aurait pas rendue etc. Avoir affaire à des clients qui ne parlent ni anglais ni japonais, à des clients qui, du fait qu’ ils rentrent au pays, n’ont pas toujours le moral au beau fixe et d’autres encore qui du fait d’être riches se croient tout permis. Des collègues plus ou moins sérieux, plus ou moins jaloux et des petits-chefs. Beaucoup de paperasse, de contrôles, de temps perdu en détails, en choses qui ne servent à rien.

Et d’un autre côté, quoi de plus international qu’un aéroport ? La possibilité de pratiquer plusieurs langues chaque jour, de rencontrer une multitude de clients. Sympathiser avec certains clients réguliers, bavarder avec des pilotes. Etudier des bribes de chinois et de coréen chez soi et les mettre en pratique le lendemain sur son lieu de travail. Traduire, interpréter, téléphoner à Hong Kong, écrire en Allemagne. Regarder passer les gens, rêvasser un peu. Avoir envie de partir à l’étranger à son tour.

Au travail il m’arrive parfois de drôles de choses, parfois il n’arrive rien du tout. Outre des progrès en japonais, je pense que le principal changement est que je suis peut-être enfin parvenu par le biais de ce travail à gagner un petit peu confiance en moi à travers le regard des clients et de mes supérieurs. De plus, l’aéroport est tout jeune, tout change, bouge très vite, et finalement assez ouvert et auto-critique, ce qui donne l’impression à chacun de pouvoir, s’il le souhaite, apporter sa pierre à l’édifice.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s