Archive for mai 2007

h1

Tournée générale.

mai 21, 2007

Le groupe japonais syrup16g vient en avril de terminer sa tournée qui comptait 4 dates. N’ayant rien sorti de nouveau depuis presque trois ans excepté un double best of comprenant l’une ou l’autre démo, on peut se demander ( ou disons, un auteur du magazine rockin’on japan et moi nous nous demandions ) quel intérêt pouvait bien présenter cette nouvelle tournée. A première vue, si l’on en juge par la fort appétissante playlist qui s’ouvre d’emblée sur trois chansons inconnues et une quatrième lors du rappel, ne s’agissait-il pas de tenir en patience des fans qui parlent déjà d’une hypothétique séparation du groupe tout en testant leurs nouvelles créations en grandeur nature en vue d’un futur single ou album ? Peut-être plus d’éclaircissements au prochain concert, le 3 juin à Hibiya.

Cela dit en passant, je n’ai même pas encore fini d’écouter tout ce qu’ils ont sorti, qu’ils prennent donc leur temps.

Publicités
h1

Pas d’ome … euh … d’emplettes sans oeufs.

mai 20, 2007

On le sait, le Japon est pacifiste, c’est écrit dans sa Constitution (même si peut-être plus pour très longtemps).

Pacifiste, sauf dés qu’il s’agit d’acheter des oeufs en promotion !!! Chaque dimanche, la douzaine d’oeufs est à moitié prix, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’y en a absolument pas pour tout le monde. Mieux, victime de son succès, de nouvelles règles ont vu le jour : On ne peut désormais acheter qu’une douzaine d’oeufs par personne, et il faut comptabiliser au moins 500Yens d’achats par douzaine. Du coup, à 9:30 pile, c’est la moitié de la ville qui s’engouffre dans l’entrée du magasin, tente tant bien que mal de s’emparer d’un chariot et court, que dis-je, vole vers le sacro-saint rayon pour s’emparer du précieux graal, qui dans certains cas, finit en omelette. Une douzaine d’oeufs par personne c’est peu, surtout lorsque l’on vient de loin, alors certains n’hésitent pas à trimballer avec eux leurs deux nouveaux-nés, qui, énervés par le mélange d’annonces, de musique, de bips à la caisse, braillent de plus belle, et le mari encore à moitié endormi, qui semble tout doucement comprendre pourquoi sa femme désire encore de nombreux enfants. Le reste de l’opération consiste à faire de savants calculs pour atteindre le montant le plus proche possible de la ‘douzaine x 500Yens’, faire la queue une dizaine de minutes, emballer le tout dans des sacs toujours trop petits et rentrer chez soi. C’est un beau dimanche qui commence …

De mon côté, courageux comme je suis, je laisse généralement ma joyeuse compagnonne guerroyer contre ses compatriotes tandis que de mon côté je fais le tour des dégustations gratuites ou m’informe des nouveaux Pocky, Toppo, des chips à la crevette et autres cochonneries au rayon gâteaux.

h1

6 mois déjà !

mai 15, 2007

Demain, cela fera jour pour jour six mois que je travaille à Centrair, six mois que bien entendu je n’ai pas vu passer. Si l’on fait un premier bilan, je reste sur ma première impression. Ereintant, mais passionnant. Pas mal de difficultés et de pressions. Des horaires pour le moins spéciaux, devoir se lever en plein milieu de la nuit un dimanche matin. Perdre toute notion de semaine, de week-end. Travailler dans une langue qui n’est pas la sienne, impératifs de temps ( les clients n’ont qu’un temps limité pour effectuer leurs achats ), de vente ( tout fonctionne par objectif à atteindre ), le fait qu’en cas d’erreur de notre part le client ne puisse pas venir changer son produit contre un autre, qu’il lui est impossible de venir réclamer la monnaie qu’on ne lui aurait pas rendue etc. Avoir affaire à des clients qui ne parlent ni anglais ni japonais, à des clients qui, du fait qu’ ils rentrent au pays, n’ont pas toujours le moral au beau fixe et d’autres encore qui du fait d’être riches se croient tout permis. Des collègues plus ou moins sérieux, plus ou moins jaloux et des petits-chefs. Beaucoup de paperasse, de contrôles, de temps perdu en détails, en choses qui ne servent à rien.

Et d’un autre côté, quoi de plus international qu’un aéroport ? La possibilité de pratiquer plusieurs langues chaque jour, de rencontrer une multitude de clients. Sympathiser avec certains clients réguliers, bavarder avec des pilotes. Etudier des bribes de chinois et de coréen chez soi et les mettre en pratique le lendemain sur son lieu de travail. Traduire, interpréter, téléphoner à Hong Kong, écrire en Allemagne. Regarder passer les gens, rêvasser un peu. Avoir envie de partir à l’étranger à son tour.

Au travail il m’arrive parfois de drôles de choses, parfois il n’arrive rien du tout. Outre des progrès en japonais, je pense que le principal changement est que je suis peut-être enfin parvenu par le biais de ce travail à gagner un petit peu confiance en moi à travers le regard des clients et de mes supérieurs. De plus, l’aéroport est tout jeune, tout change, bouge très vite, et finalement assez ouvert et auto-critique, ce qui donne l’impression à chacun de pouvoir, s’il le souhaite, apporter sa pierre à l’édifice.

h1

25122 and counting.

mai 14, 2007

25122, c’est le nombre de chansons écoutées depuis le 10 novembre 2005. J’ai beau être un fan de statistiques, je ne les ai pas comptées moi-même, Last.fm l’a fait à ma place. En fait, à chaque fois que vous écoutez une chanson sur votre ordinateur ou votre lecteur mp3 préféré, le logiciel audioscrobbler envoie ces informations sur votre compte Last.fm. Chaque dimanche à midi, toutes les écoutes sont comptabilisés, compilées, et hop ! vous voilà servies sur un plateau vos statistiques, par artiste, par morceau, par semaine, par mois … Jusque là, soit, pas de quoi s’affoler, j’en conviens.

Par contre, parallèlement, d’après vos goûts musicaux, Last.fm va vous proposer certains artistes qui pourraient vous intéresser car musicalement proches de ceux que vous écoutez. Mieux, vous pouvez écouter en intégralité certains morceaux des-dits artistes. D’autre part, une liste de ‘voisins’, avec qui vous êtes susceptibles d’avoir des ‘affinités musicales’ vous est proposée. Libre à vous de prende contact avec eux. Vous pouvez également créer votre propre station, suggérer des artistes à vos amis, écrire vos réflexion dans un journal, et j’en passe …

Outre la découverte d’un bon nombre d’artistes dont je ne soupçonnais même pas l’éxistence et l’envie de ré-écouter des artistes que j’écoutais beaucoup de par le passé, last.fm m’a surtout amené à écouter de manière plus attentive. Bien que n’ayant aucunement honte de mes goûts musicaux, le fait de les rendre publics m’a probalement poussé à être plus raffiné dans le choix de mes écoutes, ce qui se traduit par exemple par l’écoute de tous mes titres au hasard à une écoute des albums dans leur intégralité.

Et puis, tout simplement, il y a le plaisir de se découvrir soi-même, de se rendre compte que l’on écoute tel artiste ou telle chanson beaucoup plus que l’on ne l’imaginait, et de rentrer en contact avec des personnes ayant les même goûts que vous.

Et puis, surtout, c’est un excellent moyen de trouver une réponse à la question que je me pose depuis un bon moment : Est-ce que ce que la musique que j’écoute change selon mon humeur, ou bien est-ce l’inverse ?

[mon profil sur last.fm]

h1

Ah, Taiwan ! [1]

mai 9, 2007

Au mois de janvier dernier, nous nous sommes rendus à Taiwan pour un court séjour de trois jours. Départ prévu le 26 en milieu d’après-midi, j’ai enfin le loisir de me balader au Duty Free en tant que client, sauf que comme de bien entendu tout le monde m’a reconnu. Ma joyeuse compagnonne, elle, avait vu la chose venir et de peur que l’on nous voie ensemble m’a donc fui comme la peste jusqu’à ce que nous embarquions pour le vol Cathay Pacific Nagoya-Hong Kong avec escale à Taipei.

Nous arrivons deux petites heures plus tard. Première surprise, un Duty Free Shop dans le hall d’arrivée. Deuxième surprise, l’examen pour savoir si vous êtes porteur du SRAS. Vous passez une balise et le tout sonne si votre température corporelle est trop élevée. Si c’est le cas, on vous inspecte rapidement les oreilles. La balise a d’ailleurs sonné au passage de ma joyeuse compagnonne, sur quoi j’ai décidé de la fuir comme la peste à mon tour. Troisième surprise, les pencartesle trafic de stupéfiants est passible de la peine de mort’ et autres joyeusetés. Quatrième surprise, une bonne celle-ci, il fait agréablement doux, autour de 15°C.

Le hall est plein à craquer, comme d’habitude dés qu’il s’agit de faire la queue nous sommes dans celle qui n’avance guère et nous sommes donc les derniers à rejoindre la quarantaine de japonais dans le bus. L’aéroport est situé à une petite heure de bus du centre-ville. Une guide taiwanaise en pleine forme parlant parfaitement japonais en profite pour nous donner quelques conseils que nous n’écoutons qu’à moitié, et rackette la moitié des voyageurs avec un taux de change pour le moins bizarroïde.

L’hôtel, rudimentaire, est situé à l’ouest de la ville. Comme le coin semblait fort animé, à peine nos bagages déposés nous sommes partis à l’aventure. ‘A l’aventure’, c’est vite dit, puisque 50 mètres à peine de la sortie nous tombons nez-à-nez avec un Family Mart, une chaîne de combinis omniprésente au Japon. D’ailleurs, à notre grande surprise, on y trouve de nombreux produits de marque japonaise remaniés à la chinoise.

Nous marchons au hasard le long de longues arcades marchandes. Les avenues ne sont pas bien larges, fort bruyantes, et surtout, elles sont bondées de hordes de mobylettes. Il est dix heures passées mais il y a foule. Succession de petites échoppes dont le menu nous laisse perplexe. Il y a bien des idéogrammes connus dans le tas, mais …

Un peu plus loin nous tombons sur une arcade pleine de jeunes, de bruit, de magasins de fringues, de cd, et surtout et encore, d’échoppes diverses. Nous ne sommes ici que depuis quelques heures mais sommes pour le moins étonnés par l’énergie qui se dégage de cette ville. ‘Le Shinjuku taiwanais, dit ma joyeuse compagnonne, mais ils ont l’air plus énergiques que les japonais.’ Plutôt que dynamique, j’aurai plutôt tendance que tout cela est sacrément bordélique. Mais ça, c’est plutôt une excuse pour moi qui suis également bordélique au possible.

Quoiqu’il en soit, il se fait tard et il se fait faim. Dés le départ nous nous étions mis d’accord pour éviter à tout prix les restaurants pour privilégier les mêts typiquement taiwanais, en nous basant sur l’apparente popularité des diverses échoppes. A chaque échoppe dont nous nous approchons nous nous faisons héler en chinois ( forcément ) en anglais ( à la limite ) ou même en japonais ( ?! ). Ce qui n’empêche pas que nous ne comprenons pas grand chose au menu. Finalement, nous nous décidons pour quelque chose d’à peu près sûr, des nouilles chinoises.

Prix dérisoire, volume énorme et surtout, délicieux. De même pour cette échoppe qui proposait des choses pour le moins curieuses. Je pense qu’il s’agissait de poulet, le tout mélangé avec des épices et de la canelle, et de poisson sèché coupé en morceaux ? En tout cas c’était fort bon, c’est bien là l’essentiel.

h1

Kyle, je te hais !

mai 8, 2007

C’est l’été, ou le printemps. Quoiqu’il en soit, il fait plus de 20°C depuis plus d’une semaine. Je rentre du travail, il est dix heures du soir mais il fait agréablement doux et les 15 minutes que je prenais pour parcourir le chemin de la gare à chez moi en janvier en prennent désormais facilement 30. J’écoute Kyle Bobby Dunn. Expérimental, éléctroacoustique, mélange de Brian Eno (music for airports), d’Auch (kiss tomorrow goodbye ) et de Sutekh ( periods.make.sense). Chansons interminables, boucles, cacophonie, ambiance de fin du monde, de paradis, de naufragé sur une île. C’est paisible mais loin d’être bien gai.

Je marche lentement et me mets à rêvasser, été oblige, à mes potes, à la terrasse de l’Urb’s, à la fête nationale, à la fête de la musique, au BBQ’s, aux parties de foot improvisées sur le parking de l’Ecole Européenne ou sur la place du théâtre à deux heures du matin, au terrain de foot surpeuplé alors qu’il fait 40°C, aux fins de soirées à la ‘forêt magique’, la station service de l’autoroute dévalisée, aux bains de minuit et à toutes ces choses auxquelles je ne pourrais pas assister cette année et probablement les suivantes.

Je suis ici et le monde continue à tourner. C’est effrayant et rassurant à la fois. A mon retour, je ne comprendrais rien à ce qu’ils diront parce qu’il est des choses qui ne se racontent pas, il fallait tout simplement être là pour les vivre, avec eux. Je suis heureux ici et ils sont, je l’éspère, heureux là-bas. J’imagine que c’est ainsi que les choses devaient se passer.

h1

‘travelling without moving’

mai 3, 2007

Tout le monde s’accorde à dire que le Japon, c’est dépaysant au possible, surtout ceux qui n’y ont jamais mis les pieds. En Europe Occidentale, la majorité des gens a déjà entendu parler du Japon. Certains auront beau penser que les japonais parlent chinois, être incapable d’en citer la capitale ou la monnaie d’échange ou vous dire le plus sérieusement du monde qu’Hiro Ito est l’actuel empereur du Japon, il n’empêche que, même si parfois erronées, le Japon véhicule une certain nombre d’images.

Mais qu’en est-il alors de pays comme Panama, le Tadjikistan ou le Kirghizstan. Que sais-je d’un pays dont il m’a fallu vérifier par deux fois l’orthographe dans un dictionnaire pour l’écrire correctement ? Pour ainsi dire rien !

Pour ceux qui une fois mis aux fait de leurs lacunes en géographie auront envie d’en apprendre davantage sur ces pays sans avoir à se procurer d’encombrantes encyclopédies, les blogs leur seront pour une fois utile. En effet, Expat-blog référence par continent et par pays les blogs francophones dont les auteurs sont expatriés un peu partout dans le monde, y compris dans les pays cités ci-dessus ( au Tadjikistan, par exemple ). L’occasion de décrouvrir des régions inconnues ou encore de redécouvrir son pays à travers les yeux d’un expatrié ( un français au Luxembourg, entre autres ).