Chita Hongu, Tokoname, Aichi

honguu - 2honguu - 3honguu - 4honguu - 5honguu - 6honguu - 7honguu - 1

J’en reparlerais probablement dans un prochain post, mais je me suis remis à courir régulièrement depuis trois semaines. Pendant mes deux jours congés je ne fais généralement qu’une sortie longue (de plus en plus longue d’ailleurs) dans la matinée du premier jour, comme pour me débarrasser d’un devoir à faire. Celle-ci me fatigue au point de tomber raide mort le soir, je dors à poings fermés et la fatigue de la semaine passée est oubliée … au point de ne plus tenir en place et de ne pas pouvoir m’empêcher d’aller me balader le lendemain.

A la recherche d’un peu de dénivelé pour marcher un peu, mes recherches sur l’application YAMAP, très utile pour les balades en milieu montagneux me mènent à Tokoname, au Mont Chita Hongu, qui malgré ses 86 mètres se trouve être la plus haute montagne de la péninsule de Chita. Au sommet se trouve un petit temple que l’on atteint en empruntant les escaliers bordés de drapeaux, ou bien en suivant un petit chemin qui se faufile à travers la forêt.

L’endroit est pratiquement désert. Un gros chat gris un peu ronchon qui semble être le propriétaire des lieux scrute le moindre de mes gestes et tourne la tête à chaque fois que je tente de le prendre en photo de face. Si le panorama sur les champs environnants et Centrair est superbe, dommage que le trafic sur la route qui passe juste en dessous fasse autant de bruit. Je me balade tranquillement dans les environs, monte plusieurs fois les escaliers et emprunte tout ce que l’endroit compte comme sentiers. Je découvre ainsi un petit marais, empiète également sans le vouloir dans ce qui semble être un propriété privée. Quel piètre aventurier du dimanche je fais …

Peut-être, parfait. – La sélection du moi(s) (9)

Musicalement parlant, ces trois derniers mois auront surtout été marqués par une découverte plus en profondeur du groupe Sakanaction (サカナクション). L’efficace fusion de rock alternatif, d’électro et de pop mêlée aux épaisses nappes de synthés new wave font que je suis le groupe depuis plusieurs années et j’ai toujours pensé que rien n’était à jeter dans leur discographie. Leur tournée étant annulée en raison du Covid, en dehors des rediffusions de leurs DVD live sur Youtube, son charismatique chanteur et leader Ichiro Yamaguchi a également organisé de nombreux chats en live sur Instagram où il prenait des fans au hasard pour discuter avec eux, mais surtout de très intéressantes sessions pendant lesquelles il passait l’intégralité d’un album en en commentant chaque titre : Quand, où, comment, dans quel contexte telle ou telle chanson a été écrite, ce qu’elle représente pour son auteur etc.

Je n’ai pas pu participer à toutes les rediffusions et autres événements, mais certaines scènes de concerts m’ont donné la chair de poule, comme par exemple la clarté des graves du live SAKANAQUARIUM 2017 pour les 10 ans du groupe (242 hauts-parleurs dans la salle !), les transissions sur certains morceaux électro et bien sur la mise en scène, comme lors concert au Nippon Budokan et son intro au tambours japonais taiko. J’entends souvent dire qu’il est presque impossible de trouver des places de concerts, je comprends maintenant mieux pourquoi.

Les explications lors des chats m’auront permis de comprendre pourquoi une pause de 6 ans était nécessaires entre deux albums alors que 5 albums sont sortis entre 2007 et 2011, mais surtout d’apprécier encore d’avantage certains albums, notamment kikUUiki et ses deux derniers morceaux 壁 (‘kabe’) et 目が明く藍色 (‘me ga aku aoiro’), très beaux morceaux emprunts d’une certaine mélancolie un peu à part dans leur discographie et dont je n’avais pas compris le sens. A la première écoute ‘me ga aku aoiro’ m’avait surtout marqué parce que dans sa construction et la voix du chanteur j’étais persuadé qu’il s’agissait d’une chanson du groupe Quruli (くるり), autre groupe que j’écoute beaucoup. J’ai également été très étonné de savoir que selon une enquête menée par le groupe auprès des fans, celle-ci était classée comme étant leur chanson préférée, et de loin. Il me semblait effectivement étrange qu’elle soit parfois jouée en dernier, en apothéose, lors des concert.

 

‘Ame ni mo makez’ – saison des pluies

ooinatoko - 1ooinatoko - 2ooinatoko - 3ooinatoko - 4ooinatoko - 5ooinatoko - 6ooinatoko - 7ooinatoko - 8

C’est la saison des pluies. J’ai le sentiment de me répéter chaque année, mais c’est la saison que je déteste le plus. Les années ont beau passer, mon corps ne semble jamais pouvoir s’habituer à cette étouffante humidité, pendant un mois pars au travail équipé contre les soudaines pluies torrentielles comme si j’allais en excursion à la montagne.

Après trois longs mois bloqué dans un périmètres de 5km autour de la maison, les balades sont enfin possibles, bien que par précaution nous évitons les espaces fermés. Si l’on contemple les cerisiers en fleurs au printemps, les momiji en automne, ce sont les nombreuses variétés de chrysanthèmes en fleurs qui serviront de prétexte pour sortir malgré la pluie à l’espace vert d’Odaka, ou faire comme l’année dernière le tour du temple Otsuka Shokai à Inazawa.

Les enfants réclament depuis quelques temps des médakas. Les médakas sont des petits poissons de 2 à 4 cm de longs que l’on trouve généralement dans les rizières, mais que l’on peut évidemment tenir comme animal de compagnie. Il y a quelques mois j’adulais les somptueuses videos d’aquariums et de biotopes sous fond de musique classique de Foo the Flowerhorn et pensais un jour faire la même chose, mais me connaissant j’aurai tout abandonné au bout d’un mois. Un petit bassin extérieur demandera moins de travail et donnera un petit air rafraîchissant au jardin. Nous partons ainsi pour Tokoname, ville célèbre pour ses poteries afin de trouver un récipient adéquat. Encore un loisir de plus !

‘I didn’t wanna self destruct…’ @ Nagoya Minato-ku

ngobis - 1ngobis - 2ngobis - 3ngobis - 4ngobis - 5ngobis - 6

Le choc ressenti lorsque je suis retourné à Paris après plusieurs années au Japon en empruntant le RER B partant de l’aéroport Charles de Gaulle. Au fur et à mesure que l’on s’approche du centre de la capitale les graffitis sont de plus en plus nombreux et agressifs, plus le moindre espace vide. Je me souviens m’être demandé comment Michel Butor (※) aurait 50 ans plus tard décrit cette vue dans une version moderne de ‘la modification‘ que je venais de lire à l’époque, et quelle est la première impression qu’elle procure aux touristes, et particulièrement aux japonais alors que l’art du graffiti est quasiment inexistant au Japon, ou du moins à Nagoya.

Les personnages que l’on trouve parfois dessinés sur les pans de murs sont trop maladroits et mignons pour être considérés comme étant des graffiti. J’ai même du mal à imaginer qu’ils aient pu être dessinés par un adulte ou même un adolescent.

Les photos ci-dessus ont été prises dans Minato-ku, au même endroit que cette série-ci. J’aime le côté étroit et bordélique mais malgré tout propret de ce quartier où destruction est synonyme de renouvellement. Une simple modification, en somme.

 

 

(※) En bas de page de ce lien on pourra lire en ligne les 20 premières pages de ‘la modification’. Je n’aime d’habitude pas particulièrement les longues phrases descriptives, mais ici, la précision, le détail, le réalisme des descriptions donnent le sentiment d’être au centre du roman, dans ce wagon quittant Paris. J’en feuillette régulièrement quelques pages au hasard pour me souvenir à quel point écrire peut être beau quand on s’y applique.

‘Tout ce qui a deux ailes me fait planer’ (13) Mirror mode (@NGO)

ngodeck - 2ngodeck - 3ngodeck - 1 (1)ngodeck - 5ngodeck - 4ngodeck - 2 (1)Depuis le 1 juin, le Sky Deck est enfin ouvert au public. La plupart des appareils sont bloqués au sol, nez à nez, de loin on croirait qu’ils sont reflétés dans un miroir. On pourrait jouer au jeu des 7 différences. Certaines sont plus évidentes que d’autres. Sur la première photo les 6 roues à chaque train d’atterrissage me font savoir qu’il s’agit de deux Boeing 777, mais en regardant plus attentivement celui qui me tourne le dos a 10 portes, celui en face seulement 8 portes -un 777-300 et un 777-200.

– Et alors ? – Et alors rien ! Je suis tout simplement ravi d’être à nouveau en mesure de contempler les avions, même immobiles. Seuls quelques vols cargos atterrissent puis repartent aussitôt. La plupart des compagnies aériennes ont transformé certains de leurs avions de ligne en avions cargo en en arrachant les sièges par exemple. Le vol Polar Air Cargo décolle d’habitude en pleine nuit, et c’est également la première fois que je vois un A330 de Cebu Pacific. Encore combien de temps pour que tout revienne à la normale ?

‘Murakami would have told you so …’ @ Nagoya Minato-ku

ngodim - 1ngodim - 2ngodim - 3ngodim - 4ngodim - 6ngodim - 5

Avec la reprise progressive des activités extra-scolaires des enfants, j’ai désormais une heure à tuer à droite à gauche. Je me balade dans Minami-ku à Nagoya, près de la gare d’Oe. Dans le quartier chaque bloc de maison a son usine bruyante tournant à plein régime, en semaine cela sent la graisse et l’huile à plein nez. En ce dimanche tranquille et ensoleillé je décide de suivre la mystérieuse ligne de chemin de fer Nagoya Rinkai. Comme celle-ci n’apparait sur aucune carte je suppose qu’elle sert à transporter des cargaisons, mais je crois ne jamais avoir vu y circuler quoique ce soit et suis bien incapable de dire si elle est encore utilisée ou non. La voie surélevée en longue ligne droite traverse le sud de la ville d’est en ouest de sorte qu’on passe forcément en dessous lorsque l’on se dirige vers le centre de Nagoya, mais personne ne semble en savoir davantage.

J’ai ‘Yeah Ghost‘, quatrième album du groupe Zero 7 dans les oreilles. Mettre des écouteurs me permet d’être dans ma bulle, mais aussi d’éviter que l’on m’adresse trop facilement la parole. En écoutant récemment la compilation Nova Tunes 1.4 je suis retombé sur leur agréable ‘Throw it all away‘. En passant en revue leur discographie je me suis rendu compte que je n’en connaissais vraiment que ‘The Garden‘, certainement leur album le plus connu. ‘Yeah Ghost‘ est l’album suivant et le dernier en date.

En dehors de la douzaine d’arbres et des trois bancs en plastique qui sont disposés dans les petits squares aménagés par-ci par-là, fleurs et plantes poussent où elles le peuvent. De jolies fleurs violettes côtoient cannes à pêche et vélos démembrés, au coin d’une rue des arbres gigantesques cachent une maison. Difficile de savoir si cette apparente négligence est volontaire ou non. Même les chats restent sagement sur le pas de la porte.

L’album se termine sans qu’aucun morceau en particulier n’attire mon attention. Il y a bien quelques mixtures interessantes à base d’électro dans le dernier tiers mais je ne me souviens de rien hormis ce soudain ‘Murakami would have told you so‘ au quatrième titre ‘Everything Up (Zizou)’. Peut être que ce n’était tout simplement pas l’endroit ni le moment pour apprécier cet album à sa juste valeur. ‘Yeah Ghost‘ … A réécouter lors d’une balade en voiture en soirée toutes fenêtres ouvertes, ou en marchant sereinement au retour du travail.

‘Maji de ?’ (3) – (Toujours) Pas un chat’

ngoout - 1 (1)ngoout - 2 (1)ngoout - 3 (1)ngoout - 4 (1)ngoout - 5 (1)ngoout - 6 (1)

Cette série se terminera sur cette troisième série de photos. L’aéroport est toujours désespérément vide mais les choses pourraient tout doucement reprendre leur cours normal puisque quelques magasins et restaurants rouvrent leurs portes le 1er juin prochain. Cela fait plus de deux mois que je n’ai pas parlé anglais, mais il faudra cependant attendre encore un peu pour voir les touristes étrangers revenir, tous les vols internationaux étant encore annulés jusqu’au moins la deuxième moitié de juin. Il m’arrive de me demander ce que les gens pensent en me voyant dans le train lorsque je ne me rends au travail. Difficile de savoir s’ils essayent de m’éviter comme la peste puisque de toute manière chaque wagon ne compte qu’une poignée de voyageurs.

Pas une seule voiture ! La circulation étant quasiment nulle, l’aéroport et ses environs sont plus silencieux que d’habitude. Comme nous sommes sur une île artificielle, il est cependant fort peu probable que des animaux sauvages viennent s’y promener comme on a peu le voir dans certaines villes dans le monde. Heureusement d’ailleurs, car ils constitueraient un grand danger s’ils étaient amenés à se promener près de la piste d’atterrissage.

‘Maji de ?’ (2) – doing instead of thinking

ngonai - 1ngonai - 2ngonai - 3ngonai - 4ngonai - 5ngonai - 6

Ces photos datent d’une semaine voire plus, mais à l’aéroport rien n’a vraiment changé depuis. Il faut dire que dans le train ce ne sont pas les voyageurs avec leurs encombrantes valises, mais les travailleurs et même quelques lycéens qui refont petit à petit leur apparition.

En attendant de pouvoir me balader en étant serein à Nagoya ce sont mes doigts maladroits que je bouge. Qu’il s’agisse d’assembler les avions en papier ANA ou les puzzle 3D Daiso à 100 Yens autour du thème de l’espace et de l’aviation, de coller ou découper photos et articles, de trier puis déchirer ou ranger tout ce superflu qui encombre chaque pièce, passer la journée à s’occuper autrement que la tête dans un livre ou devant un écran me permet de me changer les idées.

‘Maji de ?’ (1) – ‘This is an announcement concerning …’

ngo - 1ngo - 2ngo - 3ngo - 4ngob - 1ngo - 5

Avant de prendre le service je me balade dans l’aéroport à la recherche de preuves. Car dans quelques années je suis persuadé que les nouvelles recrues ne me croiront pas quand je leur affirmerai qu’il fut une période pendant laquelle l’aéroport était désert du matin au soir, qu’il n’y avait plus un seul vol international pendant deux mois et que comme la plupart des employés étaient priés de rester chez eux, bureaux, magasins et comptoirs étaient fermés. – ‘Sérieux ?’

Il n’y a plus personne là où les gens sont censés se rencontrer, s’embrasser, se faire l’accolade ou encore se dire au revoir ou adieu en faisant de grands gestes ou parfois en larmes. D’habitude on peut entendre les rires, les gros chagrins et les colères des enfants, les engueulades des couples, les cris de désespoir de ceux qui viennent de rater leur avion ou encore de la musique lors des événements. Depuis ce qui me semble maintenant une éternité, le silence est brisé toutes les trente minutes par ma voix trop grave qui répète aux voyageurs courageux (ou imprudents) qu’il faut se laver les mains et respecter les distances de sécurité. A force de l’entendre j’en rêve la nuit.

Pourquoi j’écris … (4) – copy/paste

carnet - 3carnet - 4carnet - 1carnet - 2

Depuis que je suis enfin parvenu à maintenir un rythme de croisière sur le blog, la rédaction de mes carnets a été mise un peu à part, je ne parviens toujours pas à concilier les deux de manière satisfaisante. Parfois j’y colle, en en arrangeant un peu l’ordre, le texte et les photos sans y ajouter quoique ce soit. Ou encore j’en prends uniquement les photos et rédige un texte différent de celui du le billet.

J’ai hier pour la première fois recopié à la main le texte du dernier billet sur une page à part afin de donner davantage un aspect fait-main à ce carnet no16. Je trouvais l’idée intéressante puisqu’il y a quelques années le processus se faisait dans le sens inverse.  Comme j’écris avec une certaine lenteur la manoeuvre m’a demandé une petite demie-heure, mais ce fut plus agréable que je ne le pensais, bien que j’aurai préféré l’écrire à l’encre bleue avec un stylo à plume, mais le papier que j’utilise actuellement (le 026. Dot Grid Refill) est un brin trop fin pour cela. L’encre bleue a un côté apaisant, elle me semble la couleur plus appropriée à une relecture ultérieure à tête reposée. Ici, la calligraphie à l’encre de Chine est un art. Par curiosité j’ai une fois eu la bonne idée de rédiger un rapport de séminaire auquel j’avais participé dans le cadre du travail au stylo à plume, et à l’encre bleue de surcroit, on m’a bien fait comprendre que c’était à l’encontre du bon sens.

Une fois ce billet publié, me faut-il à nouveau coller dans le carnet les deux dernières photos et y recopier ce texte pour boucler la boucle ? Vais-je par la suite continuer à recopier mes billets dans le carnet, ou bien me contenter de les y coller ? J’ai trop peur de perdre tout mes billets publiés sur internet pour ne pas en garder une version papier. Si l’on m’a plusieurs fois proposé de les relier dans un beau livre à la couverture cartonnée, j’ai toujours trouvé cela prétentieux et ne me sens pas le courage de dire à quelqu’un en visite à la maison d’y jeter un oeil une fois celui-ci terminé. Alors que le confinement -tout relatif en ce qui me concerne- semble toucher à sa fin, imprimer puis mettre en page près de 500 articles m’aurait occupé quelques temps. Avant cela il me faut d’abord finir de corriger mes vieux billets !