‘Etoile des neiges …’ Yabuhara Kogen (Nagano)

dscf7255

dscf7261

dscf7264

dscf7268

Le vendeur du magasin de sport m’a longuement expliqué que l’année prochaine, skis et snowboards disparaîtront vraisemblablement des rayons. Qu’en raison du réchauffement climatique (?) il neige de plus en plus tard et la saison des sports d’hiver se fait chaque année plus courte. Que la population de skieurs diminue, que les investissements sont trop importants et risqués … Il m’aurait presque fait pitié ! Mais ce ne seront pas ses lamentations qui me feront acheter une paire de skis. Quoiqu’il en soit, c’est un fait qu’alors que l’année dernière nous passions un Noël blanc sur de belles pistes, il n’y a que 80 petits centimètres de neige à Yabuhara, où nous faisons notre première sortie cette saison. 

Je ne suis pas seulement un ame-otoko (homme qui amène la pluie), mais également un yuki-otoko (homme qui amène la neige) semble-t-il. Alors qu’il a fait beau pendant une semaine, le temps se dégrade au fur et à mesure que nous approchons. Tout au long de la journée il neige et le vent est plutôt violent en hauteur. L’après-midi la neige se fait lourde, nous sommes trempés et grelottons sur le télé-siège avec Léo. D’habitude tout le monde râle lorsque les remonte-pente s’arrêtent, mais aujourd’hui nous levons le camp aux alentours de 15h. Le parking pourtant plein à craquer le matin est déjà presque vide, preuve que nous aurons tout de même été téméraires !

Publicités

‘Tout ce qui a deux ailes me fait planer’ (6) @ Centrair (NGO)

dsc_0015dsc_0029dsc_0053dsc_0086dsc_0065

A force de contempler les magnifiques photos de Luke Ozawa et autres Charlie Furusho, j’ai décidé que cette année j’allais m’appliquer un peu et faire les choses sérieusement. Délaisser un peu les gros plans faciles intéressants pour les fanatiques, mais moins pour … la famille, entre autre.

J’ai donc pris position en fin de matinée bien loin de mon Sky Deck habituel, en bord de mer en ce froid matin pour une première tentative. La piste étant cachée par les bâtiments je pensais utiliser Flightradar pour au moins connaître l’ordre d’arrivée et de départ des appareils, mais la batterie de mon smartphone me lâche au bout de 10 minutes sans explications. Soit, à l’ancienne alors ! Après tout je connais les horaires départs internationaux pratiquement par coeur. Il y a beaucoup de vent, même les long courriers n’utilisent pas toute la piste et apparaissent soudain au dessus des hangars là où on ne les attend pas. Avec les bourrasques, difficile de prendre une photo sans que l’horizon ne soit plus ou moins incliné. Voilà donc pourquoi Ozawa expliquait qu’il est indispensable d’utiliser un trépied et d’attendre que l’avion entre dans le cadre, au lieu de le chasser …

Je me bats ainsi une heure durant avec le vent, le matériel et mon incompétence. Le résultat est plutôt médiocre, mais je me suis beaucoup amusé. Il faudra également que j’apprenne à retoucher mes photos. A suivre, donc.

‘We are, Sea Horses’

dscf7228

dscf7238

dscf7244

Cela faisait un petit moment que Léo réclamait pour aller voir un match de basket. Comme j’en parlais ici, depuis le début de la saison NBA en octobre je regarde les highlights des matchs sur internet, à défaut de regarder le match en direct à la télé, j’écoute les commentaires à la radio, prétextant que cela fait progresser Léo en anglais.

Il y a trois clubs dans la préfecture : Les Nagoya Diamonds à Nagoya, Mikawa Sea Horses à Kariya, et les San-en Neophoenix à Toyohashi. Les Sea Horses jouaient à domicile pour le premier match de l’année contre l’équipe d’Hokkaido. J’ai fait monter Léo en voiture sans lui dire où nous allions, à la vue du grand stade et du parking plein à craquer il était tout excité.

S’il parait que le basket à la cote ces derniers temps, je ne m’attendais pas à un tel monde. Le match débute à 14h, l’ouverture des portes se fait à 12h. Comme j’avais pris des places en tribune libre et ne savais pas s’il y aurait du monde je m’étais dit qu’il valait mieux y aller en avance, mais bien que nous soyons arrivés à 11h30 il y avait déjà plus de 100 personnes devant nous ! Comme c’est les vacances et que tout le monde est de retour pour voir la famille, j’imagine qu’il y a un peu plus de supporters que d’habitude ? Quasiment tout le monde est habillé en bleu, couleur du club, et déjà Léo râle parce que nous ne sommes pas habillés pour l’occasion.

12h, les portes s’ouvrent. La tribune libre derrière le banc des Sea Horses est prise d’assaut, nous prenons place dans celle située juste derrière les supporters adverses. Je suis surpris par l’aspect moderne de la salle. Néons et lasers bleus, écrans géants au milieu. C’est là ce que j’ai l’habitude de voir dans mes matchs de la NBA ! Voilà qui explique pourquoi place coûte 20 Euros au lieu des 5 Euros payés lors de notre match en France.

Je ne connais rien de ce club, ni ses joueurs ni son classement. Après vérification je suis rassuré de constater que les Sea Horses sont en milieu de tableau et notre adversaire bon dernier. Peut-être allons nous même assister à une victoire ? Entrée des cheerleaders, entraînement aux chants des supporters, ‘fan service’ en balançant des goods de l’équipe à travers la salle. Présentation des joueurs sous les feux d’artifices et les lasers … Quel show !

Le score est serré jusqu’au dernier quart-temps, mais nous parvenons à gagner, laborieusement, sur le maigre score de 69-59. Ca jouait très lentement et plutôt mal des deux côtés, un vrai festival de passes et de tirs ratés. Mais l’ambiance était excellente, très bon-enfant, et Léo tout heureux de pouvoir crier et chanter. Comme quoi, parfois la foule a du bon aussi !

 

‘Never do, what they do …’

‘Lost generation, fast paced nation. World population confront they frustration …’

dsc_0039

dsc_0040

dsc_0047

dsc_0072

C’est maintenant à la mode depuis deux ou trois ans ; Au Nouvel An, faire la queue plusieurs heures avant l’ouverture des magasins pour être parmi les premiers à s’arracher un – ou plusieurs – Fukubukuro, paquets-surprise comprenant un lot d’articles à prix cassés d’une marque ou d’une enseigne de magasin. S’entasser ensuite dans les shopping-mall, mettre une heure rien que pour trouver une place de parking, attendre une autre heure pour trouver une table au restaurant, faire ses courses dans un boucan monstre, et se refiler la grippe en prime. Consommer, consommer, consommer … Argent, temps, énergie, tout y passe. Quelle merveilleuse manière de commencer l’année !

Afin d’éviter la foule et les embouteillages, nous ne sortons pas d’un rayon de 10km autour de chez nous. Nous nous rendons au temple le 4 janvier généralement. Après tout le monde, puisque personne n’a encore été capable de m’expliquer pourquoi il fallait impérativement s’y rendre avant, inutilement bousculé par la foule. Les parcs sont pratiquement déserts. Basket, foot, freesbee et cerf-volant sont au programme. ‘Mais … les enfants n’ont pas froid ?’ me demande-t-on souvent. ‘Froid ? Mais … non. Bien sûr que non !’ A force de courir, c’est à peine s’ils ne se plaignent pas d’avoir trop chaud.

Au Nouvel An, à force de faire tout différemment des autres, c’est à chaque fois la saison des remise en question. A propos de moi, mais aussi de ma famille. Suis-je, sommes nous bien au bon endroit ? Comment va se passer cette année, à l’école, au travail ? Cette nouvelle année nous apportera-t-elle une réponse à ces questions ?

la sélection du moi[s] 1811 – débriefing

Pourquoi avoir choisi tel album et pas un autre ? Ce que j’en attends, et au final, est-ce qu’il m’a plu ou pas ? Alors que pratiquement n’importe quelle chanson peut être écoutée quasiment instantanément sous un format ou sous l’autre sur internet, j’aime m’attarder sur la démarche autour de l’écoute d’un album en tant qu’entité. Jusqu’à présent dans mes sélection du moi[s] je ne parlais que de l’avant, il me semblait juste d’également parler de l’après. L’exercice est loin d’être évident.

Wednesday Campanella – Galapagos. Quand un album balance dés l’ouverture son morceau phare sorti en single, on est souvent soit face à un album extraordinaire, soit un album … dont c’est le seul bon morceau. Kaguyahime (かぐや姫) est un très bon titre, j’aime beaucoup l’ambiance qui y règne et son refrain sorti de nulle part -à l’image de la légende – Mais c’est aussi le seul. La suite est mal construite et bâclée, sans narration ni fil conducteur. 

Utada Hikaru – Hatsukoi (宇多田ヒカル – 初恋) Les trois premiers morceaux sont un regroupement des tubes entendus dans divers drama et publicités. Au moins ici tout s’enchaîne efficacement bien que certains morceaux soient d’un niveau un peu inférieur. Puis vient en fin d’album, alors qu’on est sur le point de lâcher prise, le meilleur morceau de l’album, Yunagi (夕凪 ). Un morceau très lent, tout en douceur, avec un beau texte. A en croire les commentaires sur le site officiel de l’artiste, le morceau fait l’unanimité, même si les ‘je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer dés la première écoute’ sont un brin éxagérés. 

Beck – Colors C’est net et sans bavure, un bon album, mais sans véritable identité. Si je n’en avais pas entendu à répétition deux ou trois morceaux à la radio je serai bien incapable de me souvenir de quoique ce soit. 

Rokuro – Meiso (轆轤- Meiso ). Youssoupha, dans un autre couplet de ‘Viens !’ aurait écrit : ‘Viens on va à Hard Off ! Viens on achète une boîte à rythme ! Viens on appelle not’ pote ‘ricain Myka9. Viens on fait un disque !’ Le reproche est le même que je faisais au rap français quand il a commencé à me gaver il y a 20 ans : n’importe qui s’y met ! Déçu par déjà tant de disques je pars sans doute sur un à-priori, mais ce disque est un des pires de l’année. Quelques sons comme celui sur ushimitsu sont originaux mais les featuring sont trop nombreux, le flow change constamment et que soit ce soit en japonais ou en anglais, ça rappe pour ne rien dire. Je n’ai pas tenu tout l’album. 

The Velvet Underground. En un mot : Surprenant ! Vraiment surprenant. Je m’en suis pris plein les oreilles au point d’avoir à faire une pause au milieu pour digérer et tenter de comprendre ce que je venais d’entendre. En cette fin de 2018 cette fresque psychédélique est encore trop moderne pour moi, alors imaginez lors de sa sortie en 1967. Ou alors je suis tout simplement trop coincé dans mes choix musicaux …

Nagato Farm ( Nagano pref.)

DSC_0305

DSC_0293

DSC_0288

DSC_0310

Après ce court séjour dans l’espace nous revenons sur le plancher des vaches, à la ferme Nagato plus exactement, à 15 minutes de route d’où nous sommes partis ce matin. Alors que le soleil se couche tout doucement et que le froid a fait fuir la plupart des visiteurs, les enfants donnent à manger aux vaches et montent sur les vieux tracteurs abandonnés au milieu de la prairie. Les photographier lorsqu’ils sont trop occupés par ce qu’ils font pour faire attention à l’appareil est à chaque sortie un de mes grands plaisirs. L’espace gigantesque leur donne des ailes, ils sont déchaînés. Avec le peu de lumière qu’il reste la moitié des photos finiront floues. Epuisé de leur courir après, je prends en photo les montagnes immobiles, un bien curieux arc-en-ciel, et ce nuages en forme de zeppelin ? de baleine ? non, de citron ?

Usuda Deep Space Center (Saku-shi, Nagano pref.)

DSC_0144

JAXA Usuda Deep Space Center 臼田宇宙空間観測所

JAXA Usuda Deep Space Center 臼田宇宙空間観測所

JAXA Usuda Deep Space Center 臼田宇宙空間観測所

DSC_0214

Lors de notre première tentative, le GPS a tenté de nous tuer en nous faisant passer par un minuscule passage traversant la forêt. Après y avoir plongé le capot en premier je me suis bien vite rendu compte que la route n’était pas praticable, mais la pente était trop raide pour la remonter en marche arrière, et le chemin bien trop étroit pour faire demi-tour. Il avait fallu faire descendre toute la petite famille de voiture, marcher un peu jusqu’en contre-bas pour y trouver un endroit où faire demi-tour, y rouler en évitant d’énormes nids-de-poule, puis refaire le même chemin en sens inverse, seul à bord, en collant la voiture à la falaise pour ne pas tomber dans le ravin sur ma droite. Aujourd’hui nous en rigolons, mais j’ai eu la trouille de ma vie, le pire moment étant sans doute celui où, avant de remonter la pente, au creux de la montagne, je me suis aperçu que mon portable ne captait aucun signal. 

Malgré une préparation sans faille, ce n’est donc pas sans une certaine appréhension que nous sommes partis à l’assaut de l’Usuda Deep Space Center. Non seulement un deuxième échec serait impardonnable, mais c’est aujourd’hui le dernier jour où le site est accessible au public, la route verglacée devenant dangereuse à partir de décembre. 

Nous roulons vers l’ouest direction Karuizawa en contemplant l’imposant Mont Asama sur notre droite. A hauteur de la gare d’Usui, nous nous arrêtons au supermarché Tsuruya pour acheter à manger et vérifier une dernière fois la route sur nos cartes. Nous quittons la voie principale pour une discrète petite route qui part sur la droite. Nous sommes encore au flanc de la montagne mais déjà le chemin se fait étroit, traversant sur toute sa longueur un village que bordent disséminées d’énormes baraques paysannes en bois. Il est autour de midi, avec le soleil derrière nous les feuilles colorées en rouge et or sont superbes, mais il n’est pas question de s’arrêter. La bande originale du film Interstellar en musique de fond donne le ton.

Le GPS est depuis longtemps éteint et hors d’état de nuire, je roule prudemment et m’arrête à chaque croisement pour vérifier notre itinéraire. Nous grimpons pendant dix ou quinze minutes, puis la parabole apparaît soudain à la sortie d’un virage. C’est un peu ma rencontre du troisième type à moi, je suis fou de joie ! 

Après avoir photographié la parabole ( 64m, la plus large du Japon ) sous tous les angles possibles et rêvassé en prenant notre déjeuner sur un banc au pied de l’installation, nous faisons le tour du petit musée juste à côté. Pendant que les enfants s’affairent sur le simulateur de la mission Hayabusa ( lancement de fusée, atterrissage sur l’astéroïde Ryugu … ) je lis consciencieusement les explications détaillées sur l’utilisation des paraboles, médite devant les cartes des gigantesques paraboles dans le monde, les superbes photos des lancements H20 à Tanegashima et autres maquettes de fusées. Il n’a y a pas un chat, nous avons tout notre temps pour profiter de l’endroit. Quel plaisir de voir nos efforts récompensés!